Archives

958 486 Dominique de Villepin

La France et l’Europe ont besoin d’un nouveau souffle

Invité par le “Grand rendez-vous” d’Europe 1, en partenariat avec CNews et Les Echos, Dominique de Villepin s’est livré à l’analyse des défis pour la France et l’Europe, dans un contexte de crises diplomatiques et de divisions nationales aiguës. A l’occasion du centenaire du 11 novembre 1918, l’ancien Premier ministre est revenu sur plusieurs enjeux décisifs, à commencer par la revitalisation du débat démocratique en France et la structuration de la défense européenne face au bouleversement des alliances traditionnelles.

 

Pour visualiser la vidéo entière : https://www.cnews.fr/emission/2018-11-11/le-grand-rendez-vous-du-11112018-799849

 

 

 

 

 

600 339 Dominique de Villepin

Speech for the International day of Peace in Nanjing

Former PM of France Dominique de Villepin opened the commemorative ceremony for the International Day of Peace 2018 held in Nanjing, capital of Jiangsu Province, on Friday 21st September.

Ladies and gentlemen, dear friends,

It’s an honour to be here today, among people gathered to celebrate the virtue of dialogue. To begin, in this town of Nanjing, I’d like to express my sympathy to those who suffered in a painful time that is not so far away from us.

The past is full of lessons we have to learn and recognize to build up the future. It is true with long history shaped by war, tensions and reconciliation. But it’s also true in recent times with two global confrontations in less than a century.

Let me take this opportunity to pay tribute to the memory of a great servant of peace who passed away one month ago. Kofi ANNAN, the former General Secretary of the United Nations, was a man whose life has been entirely dedicated to justice. I had the chance to be a friend of his and my conviction is that we will need more people like him in the future.

Because never before has the duty of peace been higher than today.

  1. Over the last years, global security has been put under growing pressure

Today, the world is facing three major threats.

First, the threat of unilateralism is breaking up the spirit of consensus: we see that in diplomacy with the US withdrawal from the Iranian deal and the Paris Climate agreement. We also see that in economy with the US pulling out of the TPP and the US-China trade confrontation.

The second threat is aggressive nationalism. It’s the case in the USA, of course, where national interest is mainly based on disdain and hostility towards the rest of the world. But it’s also the case in Europe torn apart by the rise of national populism in countries like Poland and Hungary.

The third threat is the expansion of inequalities all across the world. Economic inequalities have soared worldwide with 1 % of the population concentrating 80 % of global wealth. But inequalities are also expanding regionally and locally with concerns like climate change and social unfairness.

  1. Globalization has created a new world of hopes and dangers

Today, peace is not only about local security. It has become the main global challenge of the time.

We are now living in a world of interconnections where domestic instability is a concern for the whole region. Look at the war in Iraq, Libya and Syria that has destabilized the Middle-East and spread global terrorism. Look at tensions in Venezuela increasing the risk of civil war in South America. Look at the nuclear crisis in North Korea putting security at stake in Japan, South Korea and beyond.

But globalization is also a chance for peace. It means we are all part of the same world with the necessity to promote universal common goods like prosperity, health, free-trade and environmental security. It also means we can be stronger together and combine our forces to build a more diverse, more stable and more sustainable world.

3 / Let me tell you a strong belief: there is no peace without courage and imagination

Peace doesn’t come from nowhere. It is the achievement of a shared commitment.

First of all, peace requires action. Let’s consider the example given by visionary projects opening the path to cooperation: over the last sixty years, Europe has become emblematic of this ideal of peace. But that’s also the ambition of current initiatives like the New Silk Road, launched in 2013 by President XI Jinping, and calling for more openness and mutual understanding.

Peace is also about symbols, rites and dialogue. Today, this forum is a wonderful opportunity to discuss the best tools and experiences of peace: I do believe we all have a role to play, leaders, scholars, entrepreneurs as well as citizens. It is also a strong message sent to the world: peace is not alone. It has its own day, its audience and its proponents.

Thank you very much.

 

870 580 Dominique de Villepin

Conference at CEIBS: inventing a new globalization

Dominique de Villepin delivered a conference in Shanghai on 7th September 2018 about the transition of the Sino-US-European relations in the international system. He spoke as Distinguished Professor of the China Europe International Business School (CEIBS) and was, at this occasion, appointed new Chairman of the International Advisory Board of the School.

 

Faced with a series of risks and the increasing possibility of both economic and military confrontation, what can China and the EU do to combat US actions and address an overall weakness in the international community? Dominique de Villepin explains his vision for a new approach to globalisation.

 

The weaknesses of the international scene after Brexit, after Donald Trump being elected President of the United States, after the many crises we are facing, are showing the incredible weakness of the international community. This is a fact. Our world society is weak; fragile. And, there is also a very important fragility of peace. The world can turn to one side or another, depending on how we are going to behave and handle the situation. The challenge today is about saving multilateralism and re-inventing a new globalisation. Globalisation as it is today cannot work for the benefit of humanity if we do not deeply change [our approach].

Assessing the importance of uncertainties 

The first uncertainty is the risk that the West is facing; a risk mainly of fragmentation which has, of course, huge consequences in the international society.

Europe is facing three big risks. The first one is separatism, we see it with Brexit, we see it with Catalonia, we see it with the situation in Spain, Italy – this is an important new factor for Europe.

The second risk is populism, we see it mainly in the eastern part of Europe. Countries like Hungary that are taking the lead, taking advantage of the migration crisis. But this is spreading everywhere in Europe. Countries like France, Germany and Sweden are not [immune to] this new reality.

This is a problem we are all facing in Europe, and it is going to be at the heart of European Parliamentary elections in May 2019.

The third risk for Europe is protectionism. Europe has been the more open space to free trade and to the world in the last decade. So, of course, Europe is hit strongly by the perspective of protectionism that is rising in our world.

Unilateralism is gaining ground in the US [and] has destroyed many of the achievements of diplomacy in the last year. First, it has destroyed the global commitment of the international community to climate change. The US’ signature on the Paris Agreement is gone. Second, it has destroyed many of the peace efforts that have been tried by the international community. We saw that with the decision of the US to withdraw from the Iranian deal, with all the consequences it has for the stability of the Middle East. We know how much the Middle East has known instability in the last year. Let me tell you, we are not at the end of the road. We could see in the next month and years, maybe the fall of Saudi Arabia, maybe the fall of all the Gulf monarchies. This is on the table today. The US diplomacy is making so many mistakes with a strong alliance with Israel, and a strong alliance with Saudi Arabia, which is leaving such a big space for Iran, Russia, Hezbollah and some other allies – such as Turkey – in the region at the risk of confrontation. A new risk of war can happen in this very region.

The same [can be said of the situation in] North Korea, where we have seen a too candid Donald Trump – an innocent Donald Trump – ready to go to Singapore like he was going to solve the matter in just one day. And now, he is finding out that things are not going the way he believed they should go and might be tempted to show force in North Korea. He is going from one [approach] to another in a totally erratic way. There is not one thing more dangerous in the international scene than to have a strong power with an important leadership [figure who is] acting without predictability.

We also see the destruction of achievements in the field of free trade. Donald Trump has left the TPP, has questioned NAFTA, has questioned the TIPP; so there is a complete change from what used to be the rules of the game in the world of free trade. Last, we have to take [into account] the fact that we are a couple of weeks away from the mid-term elections. A lot of things can happen [between now and then] because this is a very important [period of time] for Donald Trump. He must win. If he wins this election, he might have a second term. If he loses the election, then the mechanism of, and the question about, his legitimacy to stay in power – facing the risk of the commission on Russia – will create a very big danger for him and he might face a lot of difficulties in the coming months and years.

So, the West is facing fragmentation and there is a risk of confrontation which is much higher than before. We see the risk in the field of economics. Not only with what is called, in the policy review, the enemies: China and Russia. But also former friends, former allies: Canada, Europe, Korea. All of these countries are now seen as potential dangers for the US. Economic confrontation is the new rule between Europe and the US, but also between the US and China. You know how much pressure Donald Trump has put on trade in order to get some return.

But, this battle on free trade is hiding another battle, which is much more important: the technological confrontation. This is the key for the US. Why? Everybody knows that the big question is: within how many years will China be number one in the world? Five years, 10 years, 15 years. The only objective of US diplomacy is to try to make it later, or even to make it impossible. This is the only logic behind US politics today.

[The goal is to] avoid this humiliation of the rise of China and the US as a descending power. Graham Allison put it very clearly, calling this situation the Thucydides Trap. [It has occurred] over 16 times in world history in the last 500 years. Twelve times, we have seen a rising power confronting a descending power; 12 times this ended with war.

The question is how are we going to get out of such a mess? The only way for the US to avoid the rise of China, or to stop it, is to put a strong hand on technology. That is why Made in China 2025 was such an issue for them. That is why the US’ questioning of free trade is such an issue. Because if they can stop this progress of China in technology, digital, artificial intelligence – even if they have to pay with a cyber war – they will gain at least some time and maintain US power.

We should also know that the possibility of a military confrontation is not to be completely [discounted]. [In terms of] conventional war, the capacities are bigger than ever. Every year the budget of the US is 600 billion dollars, compared to China’s 230 billion and Europe’s 180 billion.

And of course, the nuclear risk should also not be [ignored]. There is a risk of confrontation through the Iranian crisis, and a risk of confrontation in the North Korean crisis. Donald Trump’s dissatisfaction over the deal on Iran, as well as the changing mood on North Korea, could make the United States use this situation as an opportunity to go for a deep crisis and take advantage [of that]. Because their military [advantage] is still strong.

China’s role

Faced with this situation, these uncertainties, China has a major responsibility because it can be a pole of stability. The rise of China has already profoundly transformed global governance. In less than 50 years, we have gone from the western order to a multilateral order because of the rise of China. We see China’s hard power in the country’s capacity for innovation. When you look at the tech companies – Tencent, Baidu, Alibaba, JD.com – there is a capacity in this country, which is the only one that can [compete with] the capacity of the US. The battle for being number one is more and more important.

And of course, [there is also a battle underway] in soft power. This is going to be one of the most important challenges for China. [It will involve issues such as] how China is going to deal with increasing influence in the art world, in the cultural world, in the academic world. These are places where, because of the foundations, because of the think tanks, because of Hollywood, because of a whole system, the US has acquired a strong capacity since World War II. And in this sector of soft power, China needs to be more influential and more creative. And that is where, with Europe, a very strong partnership can be created.

China has more influence, but also more responsibility. Today China is among the five members of the Security Council. In terms of economic and financial commitment, we all know the capacities and the responsibilities of China. In 30 years, the GDP of China has grown 30 times, so that shows the country’s progress and importance in the world economy. The same in climatic responsibility: one of the most amazing achievements made by China has been the hard work [done in fighting] climate change and pollution, and this has been really a revolution in this country in the last five, ten years.

But, there is another reality we should face. China cannot succeed alone. China needs new frames of cooperation. China needs new markets, new partners. Very few people know how influential China is today in Africa, or in South America. Even the US do not know the extent of China’s influence in countries like Venezuela, Peru, Argentina. The strength of China is rising every day in those countries, and it is an absolute need for China to gain influence around the world.

Of course, there are difficulties. China’s global debt is a big issue. Its total global debt is 30 trillion dollars, and its corporate debt is 160 percent of GDP. This is too much; this is a very important weakness for the country that needs to be addressed.

The second factor that has to be addressed is the question of security. To deal with the growing number of crises in the world, China has chosen, as is its right, to give priority to a multilateral treatment of crises. But, China can get more involved in order to change the trend of some of these crises, for example the Syrian crisis. Whatever the solution in North Korea, I think China is key; we need China to get more involved. I believe also that in global challenges like migration and climate change, China’s role, its responsibility, is key.

The rules have changed

I believe that the current trend in the US is a long-term one. Some naïve people believe that when Trump is out of office, everything will be settled. There will be no more problems with the US and we will be back on track like before. This is a big mistake. The agenda of the US is not going to change. Because, the agenda of the US is to face the rise of China, and the rise of China will keep [on going].

We have to understand that the choice that has made Donald Trump president may look stupid, but it is not stupid. Donald Trump believes the post-Second World War institutions, the rules of post-Second World War society, the world community that the global order has created in the last 60 years, is not aligned with the interests of the United States. [There is] the belief, faced with the rise of China, that anyone that competes with the US – whether it is China, Europe, Canada, Mexico – is an enemy of national security. This is something very new in the mentality of the US. Why [has this new thinking emerged]? Because the best ally of the US today – and this is a key point – is chaos.

We Europeans and you, the Chinese, we believe in institutions, we believe in rules, we believe in multilateral order. The US today, they take a strong advantage in disruption – in chaos. The more there are uncertainties, the more there are crises, the more they can triangulate – play one against another. Divide to be able to dominate. This is a new law in the international community, and this is not going to change.

So, in this context, the [important issue] is how China and Europe can unify their forces in order to create a new global order based on multilateralism. This is the challenge. We need a common vision of peace and of prosperity. We have based our friendship on history. France was the first country to have diplomatic relations with China in 1964 because of General de Gaulle, and it has been the same for most of the European countries. We are today strong partners, not only in trying to find peace in the world but also for defending the world order of free trade. We should reinforce [this friendship], and we have a fantastic opportunity which should not be missed: the strategy of President Xi Jinping launching, in 2013, One Belt One Road.

I believe this strategy is a very important vision. Because for the first time we see a new tool, a new possibility in world diplomacy, which is a diplomacy of projects. Not bilateral diplomacy, not multilateral diplomacy, but a project where everyone can participate and utilise their strengths for the same goal. The goal is how to develop some countries, that are too weak today, through new infrastructure with the help of Europe, China, any country that wants to participate to create more stability. This is the best way to fight against terrorism; the best way to fight against [radical] Islamism and to give hope to millions of people who are going to be part of a new prosperity which is going to open new markets. This is not only an economic approach, it is a political approach, it is a strategic approach, and it is a cultural approach. [It is] betting on the fact that when states know each other better, they should live in peace with one another.

So, I believe we should make it a success. Of course, we know that there are difficulties, Europe today is scared by the project. Because, they believe this project is too much of a Chinese project [geared] toward China’s benefit; [that it is] too much in the [interest] of Chinese technology and Chinese products. So we should make it a double track project where everyone can be in a win-win situation, and not in a zero-sum game like the US wants it to be. It has to be for the [benefit] of both. So, it has to be supported both ways. The New Silk Road should be supported at the origin in China, and very strongly in Europe. Because we need to learn to work together more and we need to create more trust with one another.

The second point, in making Europe and China a cornerstone of world stability, is we need to reinforce what Donald Trump doesn’t want: our institutions, our capabilities, our rules, in order to work more efficiently together. I personally believe that we need more economic and financial coordination. I hope in the next years, between France and China for example, we will have a public office for investment between Europe and China. We need such a public office for investment in order to make sure that any investment made from Europe in China, and China in Europe is going to be for the benefit of everyone.

We have seen in the past years, too many Chinese private investors coming to Europe with fake deals. Promises but no money or strategy to buy a company, to sell the assets of the company and then to go back in Shanghai in order to make more money. We need to secure the reality of these investments, and it is in the interest of both parties to control the credibility of such strategy. I think we also need some kind of a permanent secretariat for the New Silk Road based here in Beijing, but also in Brussels, that could work together in order to concretely appreciate the quality and capacity of each project. I think that could be a way to import a new perspective for the One Belt One Road.

Second, we need more financial coordination, and I believe in this [regard], it should be very important to have more coordination between the [People’s Bank of China] and the European Central Bank. Maybe, if we are successful in better coordinating the euro and the yuan, then we can extend it to a G3 with the Federal Reserve Bank. But we have to show the way for more coordination. I believe if we show the way, the US will then be willing to be on board. If we start by saying, ‘okay let us have a G3 right now’, the US will say no and then nothing is going to happen. The same for political and diplomatic coordination. (Because it is so difficult to have such coordination in the G7) we need a political G4 with Paris, Berlin, Moscow, and Beijing. This is of course going to be seen as a provocation in Washington, but if we start working together to make progress on some crises, on some [challenge], that will be a strong incentive for the US to be back on track with dialogue, on coordination.

For example, Emmanuel Macron has proposed a global pact for the environment, this could also be an initiative that we could take together in order to give credibility to our efforts facing climate change. But, we should not wait for the US to change [its] mood because I do not think they will. We should create a situation in which we choose movement, initiative, dynamism, trust between us in order to change the mindset of the world.

At this very moment, it could be very damaging for the international community to wait too long and to act in a too cautious way. We need to take risks because the world is in great danger.”

This is an edited transcript of a speech given to Chinese academics at a September 7 event in Shanghai. 

Dominique de Villepin is Distinguished Professor & Chairman of the International Advisory Board at China Europe International Business School.

 

225 225 Dominique de Villepin

Hommage à Kofi Annan

Kofi Annan était idéaliste et pragmatique à la fois

Dans les pages du JDD, Dominique de Villepin rend hommage à Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies (1997-2006), décédé le 18 août dernier. Ministre des Affaires étrangères au moment de la crise irakienne, Dominique de Villepin se souvient d’un homme volontaire, déterminé et exigeant dès lors qu’il s’agissait de promouvoir et de construire la paix.

Kofi Annan, c’était une curieuse alchimie entre un idéal de paix, de justice, de défense du multilatéralisme, des Nations unies qu’il portait plus fortement que n’importe lequel de ses prédécesseurs. Et en même temps, la détermination, le pragmatisme dans l’approche de chacun des problèmes auxquels il était confronté qui le conduisait à bousculer le système international et à refuser d’accepter le système des tout-puissants. Kofi Annan a été précurseur dans la lutte contre le terrorisme, après le 11-Septembre 2001. On avait ensemble, à un moment où la France était présidente du Conseil de sécurité, en janvier 2003, décidé d’organiser un sommet sur le terrorisme. Il s’est insurgé contre la vision réductrice d’une « guerre » contre le terrorisme. On ne peut pas régler par la force seule les grands problèmes du monde.

Dans la crise irakienne de 2003, Kofi Annan a essayé de trouver le meilleur compromis entre les Américains et la France. Je sentais une volonté d’aller le plus loin possible dans la responsabilité des Nations unies, multilatérale. Il était directement engagé dans la définition de cette méthode d’envoyer des inspecteurs sur le terrain, pour y traquer les armes de destruction massive. Il ne pouvait accepter que les États-Unis décrètent seuls que cela ne fonctionnait pas. Il était véritablement désireux d’aller au bout pour montrer que la communauté internationale n’était pas acculée à la guerre dès lors qu’elle n’était pas nécessaire. Sur ce point, il avait une très grande unité de vue avec Jacques Chirac. Après mon discours le 14 février 2003, alors que le Conseil de sécurité applaudissait, il s’est penché vers moi et m’a dit « Tu sais, ça n’est jamais arrivé ». Il avait une très haute idée de la France et de la responsabilité qui était la sienne.

Kofi Annan voulait aller le plus loin possible dans l’engagement onusien. Après ce qu’il avait vécu comme étant l’impuissance de l’ONU à Srebrenica en Bosnie puis au Rwanda et au Darfour, il ne pouvait pas accepter de rester les bras croisés face à de tels drames. C’était quelqu’un qui s’engageait, porteur d’un idéal, pas un idéal contemplatif mais celui d’un homme d’action.

Plus tard, lors de l’intervention militaire en Libye en 2011 et l’invocation de la responsabilité de protéger, je me suis retrouvé sur la même position que Kofi Annan. Dès lors qu’on sortait du cadre de cette résolution, il fallait clairement marquer son refus et il l’a fait. Cette intervention militaire a sans doute été une profonde erreur qui a, en partie, expliqué l’impuissance des Nations unies dans la crise syrienne.

1024 573 Dominique de Villepin

Faisons le pari de la nouvelle route de la soie

 – Dans une tribune publiée par Les Echos, Dominique de Villepin expose sa vision du projet de la Nouvelle Route de la Soie –

 

La mondialisation change de forme et de centre de gravité et c’est à peine si nous nous en rendons compte, enfermés dans nos débats internes français et européens, engoncés dans une pensée de la mondialisation occidentale et libérale, emprisonnés par des outils financiers et économiques d’un autre temps.

Un projet symbolise ce basculement, c’est celui de la nouvelle route de la soie, dont la présidence de Xi Jinping a fait une priorité économique et diplomatique de la Chine.

Ce récit collectif rappelle l’âge d’or des Tang, tout en offrant un cadre souple pour répondre aux défis majeurs du pays : l’internationalisation de son économie et le renforcement du rôle mondial de sa monnaie dans les échanges mondiaux, le rééquilibrage du développement au profit des provinces de l’intérieur et de la consommation des ménages, la coopération internationale pour résoudre les tensions islamistes parmi les Ouïghours du Xinjiang.

Mais c’est aussi un nouveau récit collectif pour le monde, en panne de projet commun depuis la fin de la guerre froide et l’échec de la démocratisation libérale à marche forcée. Il s’agit de combler le vide, humain, politique et économique, qui sépare les deux pôles de prospérité du Vieux Monde, Europe et Asie orientale, ainsi que le Moyen-Orient riche en ressources énergétiques, voire plus loin l’Afrique, à travers de nombreux projets d’infrastructures, portuaires, ferroviaires, autoroutières, mais aussi financières et de communication. La France a trois bonnes raisons de s’y intéresser.

C’est une vision économique qui transpose la planification à la chinoise à la coopération économique internationale. Dans un monde financier volatil et instable, il est urgent de prendre en main les projets de long terme, à travers de nouveaux outils multilatéraux, à l’image du Fonds asiatique et à travers une nouvelle évaluation du risque des projets. Les Chinois souhaitent des partenariats entre groupes européens et chinois pour conquérir des parts de marché le long de cette route, pour créer des synergies dans les capacités technologiques, administratives et commerciales. C’est une chance pour l’Europe dans les projets de transports et les services urbains, où la France est en pointe (eau potable, électricité, éclairage, hôtels), ainsi que pour des partenariats communs à destination de pays tiers, africains par exemple. L’Europe prendrait la mesure de ce défi en s’efforçant d’articuler le plan Juncker d’investissement de 300 milliards d’euros à une feuille de route définie en commun autour du thème de la route de la soie.

C’est une vision politique qui lutte contre la propagation de l’islamisme du Moyen-Orient au nord du Caucase jusqu’à l’Asie centrale par le développement. C’est également un outil pour articuler la relation nouvelle entre la Chine et la Russie, à l’heure du mégacontrat gazier de 400 milliards de dollars et de nombreux projets communs, notamment en Sibérie. Se tourner vers l’ouest, c’est se donner le choix de sa politique, éviter le face-à-face avec les Etats-Unis et contourner l’endiguement par le « collier de perles ».

Troisième raison, c’est une matrice pour un nouveau multilatéralisme. D’une part, il s’agit de créer de nouvelles institutions multilatérales à projet, qui seront jugées sur leurs résultats. D’autre part, c’est l’occasion d’ouvrir des cercles existants, comme l’Organisation de coopération de Shanghai, à des pays européens pour renouveler le dialogue. Cela peut permettre aussi de trouver des cadres de discussion et de projets plus souples entre l’Europe et la Russie, notamment pour trouver les 30 milliards nécessaires à la stabilisation de l’Ukraine.

Ce fil entre Est et Ouest reste à saisir. Ce sera faire de la politique autrement, par la force des projets économiques, en donnant un cap à nos entreprises. C’est une tâche qui doit mobiliser l’Union européenne, les Etats, mais aussi les collectivités locales, les chambres de commerce, les entreprises, sans oublier les universités et les think tanks.

27 février 2015, Les Echos

1024 827 Dominique de Villepin

Pour un nouvel esprit de paix

 – Dans une tribune parue dans le quotidien La Croix, Dominique de Villepin propose de travailler à la création d’un nouvel esprit de paix alors que les interventions militaires se multiplient à travers le monde – 

 

La paix est une idée neuve. Nous assistons en effet aujourd’hui à la décomposition du monde né en 1945 des décombres de l’Europe et dont la règle d’or était : maintenir la paix. Aujourd’hui, le défi, autrement plus grand, est de construire la paix face à la tache d’huile de la violence.

L’ancienne idée de paix s’est effondrée en vingt ans. C’est tout d’abord l’effet secondaire de la mondialisation. Elle a fait surgir des États faillis qui sont le terreau de tous les trafics et de toutes les violences. Qu’on songe à la Somalie, au Yémen, au Mali, à l’Afghanistan. Elle a avivé les identités, confessionnelles, ethniques ou nationales, favorisant ainsi les séparatismes et les haines. D’anciennes frontières tenues pour certaines sont remises en cause, au Moyen-Orient celles des accords Sykes-Picot de 1916, en Extrême-Orient celles de 1945, en Europe orientale celles de 1991.

Cet effondrement de la paix est aussi le résultat de la tentation de la force chez les Occidentaux. La force a triomphé sur la scène internationale faute d’équilibre et de contre-pouvoirs. La superpuissance américaine après 1989, inédite dans l’Histoire et encore longue à résorber, a permis de transformer des règles communes appuyées sur l’équilibre en décrets mondiaux fondés sur la morale – une morale parfois trop sûre d’elle-même et aveugle à ses propres préjugés. La force a triomphé également parce que l’Occident est hanté. Hanté par le précédent de Munich – argument récurrent du débat diplomatique devant Benghazi, devant Bamako, devant Kobané ; hanté également par ses échecs plus récents, en Bosnie et au Rwanda. Alors tous les raccourcis sont bons pour ne pas se sentir coupables.

Le résultat c’est un monde dangereux où surgissent sans cesse de nouveaux monstres opportunistes, nourris par la force des puissances occidentales et par la faiblesse des États-nations. Un monde où la paix échoue sans cesse. Regardons au Moyen-Orient. Comment se fait-il que plus de la moitié de la puissance militaire du monde soit incapable de protéger Kobané ? Parce que cette « guerre globale » n’existe que sur le papier et sur les écrans de télé. Cela suffit à nourrir et légitimer l’ennemi. Cela ne suffit pas à dépasser la myriade de conflits locaux, légués par l’Histoire, qui empêchent toute action efficace. Le conflit entre Turcs et Kurdes retarde l’aide ; celui entre sunnites et chiites empêche de dissocier les populations locales de l’EI.

Il est temps d’opposer à la force un nouvel esprit de la paix.

Une paix faite d’initiative. Dans un monde où chaque conflit local peut devenir global, travaillons à des paix locales. Au Mali, la question touarègue n’a pas avancé depuis 2012, or c’est la cause profonde de l’influence islamiste. Aux Philippines ou en Indonésie, que faisons-nous pour favoriser des processus de paix ? Il s’agit de mettre les autorités locales devant leurs responsabilités, mais aussi les puissances régionales qui profitent de la surexposition occidentale pour prendre du recul. À charge pour la communauté internationale de peser pour débloquer le conflit, comme entre Israël et la Palestine où la pression extérieure est désormais indispensable.

Ce nouvel esprit de la paix exige aussi du dialogue. Les Occidentaux ne peuvent piloter le monde depuis leur vigie, en brandissant des sanctions, des diabolisations et des excommunications à tout va. Il faut parler avec toutes les nations. Sans quoi toute négociation est perdue d’avance. C’est dans cet esprit que je me suis rendu à plusieurs reprises en Russie, pour évoquer les pistes d’un véritable dialogue constructif sur l’Ukraine, à travers un groupe de contact permanent qui mette fin à la diplomatie par intermittence qui règne depuis un an.

Enfin, ce nouvel esprit de la paix exige des outils. La paix est aujourd’hui désarmée. Nous avons besoin, j’en suis convaincu, d’une force militaire de réaction rapide sous drapeau de l’ONU, avec état-major et entraînement permanent, capable de prendre des risques pour empêcher le pourrissement de conflits. Nous en aurions eu besoin en Syrie en 2013 pour appuyer l’initiative sur les armes chimiques. Nous avons besoin également d’une force de reconstruction étatique. C’est un savoir-faire de l’Europe, mêlant capacités administratives, programmes économiques et coopération judiciaire contre la corruption, qu’elle devrait mettre en avant. Car la seule véritable politique étrangère pour l’Europe, c’est la paix. C’est son histoire, c’est sa vocation, c’est sa conscience et c’est son intérêt.

Que la nouvelle Commission européenne se dote d’un commissaire à la paix et nous retrouverons enfin une voix, un rôle, une identité dans le vacarme du monde.

31 octobre 2014, La Croix

 

960 640 Dominique de Villepin

Au Moyen-Orient, le vertige du sang et de la vengeance

– Dans une tribune publiée par Le Monde, Dominique de Villepin donne sa vision du tournant auquel se situe le Moyen-Orient –

 

Des convois djihadistes emportent ville après ville en Irak, tandis que les forces armées régulières s’évanouissent dans la nature. En quelques heures toute l’impasse du Moyen-Orient est exposée en plein jour. Impasse du néoconservatisme bien sûr, puisque l’invasion en Irak n’aura après dix ans laissé que deux vainqueurs, les chiites pro-iraniens et les djihadistes sunnites. Impasse des révolutions arabes, car l’État islamique en Irak et au Levant est aussi le produit de la sauvage guerre civile syrienne, qui a créé un appel d’air pour les apprentis terroristes et a fini d’abattre les frontières nationales dans la région.

Nous assistons au tournant dans la grande guerre civile que traverse tout le Moyen-Orient.

Face aux transformations sociales et dans la sclérose politique de l’après-indépendance, trois forces se sont mises à travailler en profondeur la région : l’islamisme, porteur d’une vision théocratique de la société et d’un refus en bloc de l’Occident et de ses valeurs ; le modernisme, soucieux de démocratie et de libéralisation des sociétés ; et troisième force, le nationalisme né des indépendances, attaché à la stabilité, aux frontières nationales et aux institutions étatiques – l’armée en premier lieu. Elles ont une origine commune dans le profond sentiment d’humiliation des peuples de la région produit pêle-mêle par la colonisation, le mal-développement, la corruption et la mondialisation, mais aucune de ces forces ne peut tolérer l’existence des deux autres. Aucune n’est capable de l’emporter contre les deux autres. Restent donc des alliances éphémères désignant l’une des trois comme ennemi commun.

Dans le premier temps, ce jeu de bascule a tissé la trame de l’histoire du printemps arabe, lorsque les démocrates ont cru pouvoir s’allier pour un temps avec les islamistes contre des dictatures nationalistes corrompues. C’est aussi l’histoire de son échec, lorsque dans certains pays les démocrates, effarés par le danger de la poussée islamiste dans les urnes, se sont tournés vers le rempart des nationalistes laïcs et autoritaires, la place Tahrir et le maréchal al-Sissi faisant cause commune à l’été 2013. C’est enfin l’histoire de la guerre civile syrienne où les nationalistes de Bachar al-Assad finissent par être les alliés objectifs des djihadistes pour abattre la rébellion démocratique et se partager les dépouilles de la Syrie.

Trois ans plus tard, s’ouvre une nouvelle phase de la guerre civile à mesure que les décombres des États laissent le champ libre à toutes les folies, que les forces s’enracinent chacune dans ses territoires comme autant d’abcès de fixation et que les identités sont chauffées à blanc. L’implosion identitaire conduit à la « libanisation » du Moyen-Orient tout entier. Les quartiers et les régions sont devenus homogènes et étanches. Les communautés se sont retranchées, armées jusqu’aux dents, et se sont approprié des territoires. Les pays se sont dépeuplés de leurs minorités, juives, chrétiennes.

En Irak, sous nos yeux, nous voyons non tant l’édification d’un État islamiste durable, mais le laboratoire de la guerre identitaire entre potentats sunnites fondamentalistes et chiites, avec les Kurdes aux aguets, à Kirkouk. C’est le vertige du sang et de la vengeance. Partout au Moyen-Orient et sur ses marges, du Sahel au Pakistan, la même fragmentation est à l’œuvre, en Syrie, en Libye, au Soudan, au Mali, en Afghanistan.

Partout, les interventions militaires occidentales ont nourri l’engrenage de la guerre identitaire, au lieu de l’empêcher. Profondément engagé dans le combat diplomatique des dernières années, j’ai été marqué durement par tant de morts innocents et de malheurs qui n’ont pu être évités. Nous devons aujourd’hui tirer les leçons des erreurs qui ont été commises au nom d’idéologies simplistes.

Forts de ce constat, ayons le courage de dire qu’il n’y a de solution que politique en Irak aujourd’hui pour éviter le bain de sang communautaire. Se substituer militairement à un régime défaillant pour contrer les milices islamistes sunnites ne ferait que souder la population sunnite dans le rejet des chiites et de leurs alliés occidentaux de circonstance. Seule la chute imminente de Bagdad pourrait justifier un appui aérien à l’armée irakienne dans le cadre d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, pour éviter la perspective de massacres terrifiants dans une ville à 70 % chiite.

Il faut aujourd’hui en priorité rendre possible un dialogue national inclusif visant à donner des garanties à toutes les populations dans le cadre d’un État irakien aussi unitaire que possible. L’armée en particulier, dans son commandement et dans ses troupes, doit donner des garanties de diversité confessionnelle et ethnique pour ne pas être instrumentalisée par une communauté contre une autre.

Il faut ensuite que la coopération contre le terrorisme international change d’échelle. Il y a une lutte efficace possible contre le terrorisme, mais pas de « guerre contre le terrorisme » victorieuse. Ne retombons pas une nouvelle fois dans les ornières qui nous ont conduits aux dérives actuelles. Misons sur la coopération policière, l’échange de renseignements, l’amélioration des outils financiers de lutte contre les réseaux. L’enjeu d’une conférence internationale sur la coopération contre le terrorisme, c’est aussi d’unir la communauté internationale dans l’action, à l’heure où elle est plus partagée que jamais entre interventionnistes casqués, partisans du veto systématique ou indifférents. Or c’est un phénomène criminel qui touche aussi bien la Chine au Xinjiang que la Russie au Daghestan ou les Européens et Américains, à Boston, à Londres, à Toulouse, à Bruxelles avec la radicalisation de quelques « loups solitaires ».

Il faut enfin mettre autour de la table les grands acteurs régionaux pour obtenir des garanties de désescalade, notamment sur l’affrontement entre chiites et sunnites qui cache aussi un affrontement de puissances entre l’Iran et l’Arabie saoudite. L’Irak et la Syrie deviendront sinon, jour après jour, le terrain d’une guerre par procuration.

Prenons la mesure de ce qui se joue ici : la communauté internationale est face au défi du suicide moral du Moyen-Orient, comme jadis elle dut faire face à celui de l’Europe. Le pire peut être encore à venir. Comment mettre fin à une guerre civile d’ampleur régionale ? Comment faire cesser l’ensauvagement des esprits ?

Il nous faut mettre en œuvre une stratégie régionale au long cours et l’Europe peut, par son voisinage et sans oublier la Russie, en devenir le chef de file, au moment où les États-Unis ne sont plus en mesure d’assumer un leadership dans la région.

La première tâche, c’est d’agir en faveur d’une vision régionale fondée sur la coopération en favorisant l’émergence de cadres diplomatiques adaptés. Ce n’est ni le Conseil de coopération du Golfe, sorte d’Otan sunnite, ni la Ligue arabe, sorte de Conseil de l’Europe divisé. Il faut une armature régionale fondée sur des projets communs d’investissements dans les infrastructures, dans la culture et l’éducation, ainsi que dans le renforcement des capacités administratives des États.

La deuxième tâche, c’est de renforcer ou constituer des piliers de stabilité régionale. Cela passe par l’appui décidé à des puissances d’équilibre, comme la Turquie ou le Maroc, mais aussi par le pari sur la capacité de changement de pays clés comme l’Algérie ou l’Iran. Cela passe enfin par l’association de puissances importantes, dont certaines monarchies du Golfe, qui par ambition de puissance ou crainte de marginalisation peuvent être tentées d’entrer dans le jeu communautaire au risque de l’envenimer.

La troisième tâche, c’est de rester mobilisés sur les crises accumulées dans la région, car la rancœur suscitée par chacune d’entre elles nourrit la guerre identitaire. Ne gâchons pas la chance que représente la possibilité d’un accord avec l’Iran, seule bonne nouvelle dans la région depuis des années. Nous devons continuer à plaider pour une solution à deux États dans le conflit israélo-palestinien, en dépit des revers récents. Nous ne pouvons prétexter des « lignes rouges » déjà enfoncées en Syrie pour rester aujourd’hui inactifs, notamment pour des accords humanitaires.

Là comme ailleurs, comme nous n’avons cessé de le répéter avec Jacques Chirac, la première exigence c’est de maintenir en vie un processus politique, même si c’est difficile, lent et frustrant, car c’est la seule façon de préserver l’essentiel, le dialogue et l’espoir.

14 juin 2014, Le Figaro

1024 1002 Dominique de Villepin

L’Amérique et le monde, le pouvoir de partager le pouvoir

Un nouveau monde est en train de naître, dans lequel un désordre croissant menace chaque continent et où l’anarchie générale prédomine. Mon expérience des affaires du monde et de la gestion de crise, tous les différends et les débats du passé, m’indiquent que la clé de ce monde complexe et désordonné réside dans la nécessité pour chaque pays de trouver sa juste place.

Pour cela, nous avons besoin de points de vue venus d’ailleurs, nous devons faire l’effort de nous voir à travers les yeux des autres. Je suis convaincu que la course présidentielle américaine sera, en ce sens, décisive. Je ne voudrais pas interférer avec le débat politique d’un autre pays. J’ai trop d’amitié, de respect et de goût de l’indépendance pour cela. Mais j’aimerais donner un aperçu de ma vision du rôle de l’Amérique dans le monde à venir, parce que c’est la paix qui est en jeu.

Quelle est la tentation pour l’Amérique aujourd’hui ? C’est d’imaginer un monde simple, c’est de refaire vivre le monde d’hier, c’est de conjurer «un nouveau siècle américain» basé sur la force. C’est, en simplifiant, d’imaginer un futur avec la même vision bipolaire : l’opposition entre la Chine et les Etats-Unis. Comme cela serait rassurant d’avoir de nouveau un adversaire connu, un adversaire dont, d’une certaine façon, vous vous sentiriez proche.

C’est le plus sûr moyen d’oublier le reste. Que s’est-t-il passé durant la Guerre froide ? La stratégie contre l’Union Soviétique a fini par payer. Mais ailleurs ? Ca n’a certainement pas été le cas en Amérique Latine, en Afrique, en Asie du Sud-Est. Faisons en sorte que cette erreur ne se reproduise pas.

Parce qu’en fait, le nouveau monde n’a rien à voir avec celui que les responsables politiques américains imaginent.

Ce monde sera un monde sans amis ou ennemis, un monde dominé par la coexistence d’ “amennemi”, pouvant être, selon les circonstances, partenaires, rivaux, ou adversaires. C’est inévitable dans un monde dominé par la pénurie de ressources et l’émergence de nouvelles puissances. Le temps des super héros et de leur ennemi juré n’est plus. Mais ce monde peut devenir un monde de loups, où chaque grande puissance s’attaque aux plus petits pays ; ou il peut devenir un monde d’éléphants, où les superpuissances ont besoin de leur propre espace pour pouvoir cohabiter en paix.

Ce monde sera un monde de pouvoirs et contre-pouvoirs, parce que la mondialisation crée plus d’interdépendances qu’auparavant, et c’est pourquoi autant la domination que l’anarchie seront insupportables. L’Amérique doit accepter hors de ses frontières ce qu’elle a été capable de créer à l’intérieur, un système équilibré et durable qui garantit la stabilité et la diversité. Ces dernières décennies, les Etats-Unis ont agi sur la scène internationale comme l’aurait fait un Président dans son propre pays, s’il avait dit: “Peu importe le Congrès, il n’est jamais d’accord ; peu importe la Cour Suprême, elle empêche toujours d’agir”. Certes, les Nations Unies ne sont pas parfaites. La Cour pénale internationale non plus. Mais les institutions nationales sont-elles vraiment infaillibles?

Ce monde sera un monde de compromis et pas un monde de force. Pas un seul Etat, pas même les Etats-Unis, ni même la Chine, ne sera capable dans vingt ans de s’attaquer tout seul aux défis mondiaux: ni à la stabilité économique et monétaire, ni au changement climatique, ni à la sécurité collective. C’est pourquoi nous avons besoin d’une nouvelle gouvernance et d’une nouvelle architecture internationale.

Les Etats-Unis sont-ils prêts pour ce nouveau monde ? Pas du tout. Et le débat politique ne les aidera pas parce que les médias ne voient les choses qu’en noir et blanc, parce que l’esprit bipartisan ne distingue pas politique intérieure et étrangère. C’est la réalité dans toutes les démocraties modernes et nous l’avons expérimenté en Europe et en France ces derniers mois.

Mais l’Amérique a en elle toute la force pour accomplir cette transformation interne, pour devenir la graine qui donnera naissance à cette évolution mondiale, pour devenir un pouvoir de seconde génération, une puissance sachant évoluer et faire ce qu’aucune puissance n’a fait jusqu’ici, partager le pouvoir après en avoir atteint le sommet. Son destin et son message universel de liberté sont toujours nécessaires, les promesses doivent toujours être accomplies mais par d’autres moyens. Notre nouveau monde est devenu interdépendant et connecté comme un organisme géant.

Un pouvoir central doit être connecté, et non pas en roue libre, un pouvoir dont l’existence même et la stabilité sont la garantie des lois et des institutions communes. Cela veut dire parfois accepter l’imbroglio agaçant des régulations et institutions collectives, unique source de légitimité.

Un pouvoir central doit être collectif, et ne pas faire cavalier seul, un pouvoir qui est fort seulement parce qu’à ses côtés, il y a d’autres pays et que tous se soutiennent. Cela veut dire trouver des pouvoirs équilibrés et alliés partout, pour prévenir l’apparition de vides dangereux. Cela signifie aussi redéfinir le rôle de l’OTAN pour qu’elle soit plus simplement un outil passif. La tentation de penser qu’on ferait mieux les choses sans les autres existe toujours. C’est une erreur de la part des managers et des chefs d’entreprise, mais aussi des États et de responsables politiques. Soyons clairs : l’excès de puissance américaine a créé un fossé et, dans certains régions, un vide de pouvoir. C’est une des clés dans le Moyen-Orient, et c’est un rôle que l’Egypte devrait être en mesure de jouer. C’est un rôle qui aurait du être dévolu à l’Iran il y a longtemps, avant que le pays ne s’égare. Et les Etats-Unis ont aussi besoin d’une Europe forte à leurs côtés.

Enfin, un pouvoir central est un pouvoir qui construit, en créant une architecture stable pour le monde et prendre des initiatives pour la garder vivante, parce que la complexité de nos sociétés demande une architecture plus forte et ne peut pas s’appuyer sur les initiatives de pouvoirs isolés. Ceci doit être fait aujourd’hui à trois niveaux.

Le monde a besoin de pays intermédiaires facilitant le dialogue. C’est traditionnellement le rôle de la Suède ou de la France. C’est aujourd’hui aussi le rôle de la Turquie, du Qatar ou du Brésil. Ce sont les synapses permettant que le monde évolue, devienne plus raisonnable, soit plus connecté avec lui-même.

Au deuxième niveau, la résolution des crises peut être accomplie seulement par des organisations régionales collectives, qui seraient désignées en charge de toutes les médiations, au Moyen-Orient avec la Ligue Arabe, ou au Sahel avec la CEDEAO en Afrique. Pour beaucoup de ces organisations, l’Union européenne, malgré ses difficultés, est un modèle historique. Les Etats-Unis tendent trop souvent à établir un dialogue bilatéral avec chaque état, plutôt que de discuter avec des entités collectives dont ils ne maîtrisent pas vraiment le fonctionnement.
Enfin, au troisième niveau, le monde a besoin d’une responsabilité globale à travers un Conseil de Sécurité basé sur des principes communs et une capacité à pouvoir agir concrètement. Ce Conseil de Sécurité doit mieux représenter le monde d’aujourd’hui. Nous avons aussi besoin que le G20 et le G8 soient plus efficaces, à travers la création d’un secrétariat permanent.

Plus de pouvoir, moins de domination, tel est en un certain sens la ligne directrice pour la transformation de l’Amérique dans la prochaine décennie. C’est ce qui doit être mis en œuvre au Moyen-Orient, dans les relations transatlantiques, dans celles avec la Chine et l’Extrême-Orient, et dans les échanges Nord-Sud. En tant que citoyen français, citoyen du monde, je crois que l’Amérique pourra être fidèle à sa mission et à son destin en apprenant “le pouvoir qui vient du fait de partager le pouvoir”. Après le temps de “construction de la nation”, voici celui de la “construction du monde”.

L’alternative -revenir au passé, rester prisonnier du choix entre faiblesse ou force- aurait des conséquences graves : plus de domination, moins de pouvoir.

C’est le temps des choix. Pour l’Amérique. Pour le monde.

5 octobre 2012, Huffington Post

1024 768 Dominique de Villepin

Discours à la New York Public Library

Mesdames, Messieurs,

C’est un grand honneur pour moi de prendre la parole devant vous. C’est un privilège de m’exprimer à la New York Public Library, une institution qui ne cesse de promouvoir le dialogue culturel et les échanges avec les autres pays, à commencer par la France. Je voudrais remercier chaleureusement le président de la Library, M. Paul Leclerc, ainsi que son Directeur des programmes publics, M. Paul Holdengraber, pour leur aimable invitation. Permettez-moi aussi de remercier M. Stanley Hoffmann pour ses chaleureux mots d’introduction.

Je voudrais rassurer tout de suite ceux d’entre vous qui pourraient être inquiets de ma présence : je suis ici, ministre de l’Intérieur d’un pays allié, dans un esprit d’amitié et de coopération. Je suis ici pour vous dire mes convictions, tirer les leçons de l’expérience et marquer une double exigence : une exigence de travail en commun d’abord, car c’est l’intérêt de nos deux pays et de nos deux peuples. Une exigence de fidélité aux valeurs démocratiques ensuite, car la démocratie est notre véritable chance, notre véritable force.

Je suis ici à un moment particulier de l’histoire du monde : nous vivons un temps de rupture, comme nous en avons connu à la Renaissance ou au temps des Lumières. Quels que soient les choix politiques du peuple américain dans les prochaines semaines, votre pays aura avec les autres nations du monde de grandes décisions à prendre qui nous engageront tous. Nous devons le faire ensemble, Américains et Européens, Américains et Français, dans l’esprit qui nous avait guidés et réunis aux heures les plus graves de notre histoire, quand l’indépendance de l’Amérique était en jeu ou quand il s’agissait de libérer l’Europe et la France du joug nazi.

Les efforts entrepris au lendemain du 11 septembre ne nous ont pas encore permis de venir à bout de la menace terroriste. Nous avons enregistré des succès, mais aussi des échecs. Nous devons donc faire plus et mieux.

Notre premier devoir, c’est la lucidité. Le terrorisme n’est pas un fait nouveau, depuis les Haschischins semant la terreur, les Assyriens jetant des cadavres par-dessus les murailles de leurs adversaires pour propager des épidémies jusqu’aux anarchistes des Balkans. Avec le recours au terrorisme par certains extrémistes se réclamant de l’islam, nous sommes cependant entrés par vagues successives dans une ère nouvelle.

Première vague : un terrorisme national au service de revendications politiques. Dès l’entre deux guerres, ce sont les actions des Frères musulmans en Egypte. Puis dans les années 70 et 80 les attentats qui frappent le territoire européen, en particulier la France.

Deuxième vague : un terrorisme internationaliste sans ancrage géographique précis, qui s’implante au cours des années 90 dans les zones de crise et opère un découplage entre la cause à défendre et le champ d’action. La Bosnie, l’Afghanistan et la Tchétchénie se transforment ainsi en bases arrière de groupes radicaux et violents, prêts à frapper des cibles dans d’autres pays musulmans.

Troisième vague : le terrorisme planétaire du 11 septembre, que j’évoque ici à New York avec une émotion toute particulière.

Notre second devoir, c’est la ténacité. Car cet avatar le plus violent du terrorisme est le produit d’une stratégie construite sur trois piliers : la démonstration de force, qui se mesure au nombre de victimes et à l’émotion provoquée ; l’impact médiatique, qui conduit à frapper une cible éloignée mais symbolique afin de gagner en légitimité et de propager la peur ; l’idéologie, qui s’inspire de l’islam extrémiste. Le 11 septembre est le fait d’un djihad qui a décidé de se projeter loin de sa sphère géographique traditionnelle afin de capter l’attention de la planète tout entière. Pour les responsables d’Al Qaida, frapper les Etats-Unis, c’était donner à leur projet un retentissement qu’il n’avait jamais eu dans les conflits régionaux d’Afghanistan ou de Tchétchénie. En quelques secondes, grâce aux relais des télévisions et des radios, l’organisation terroriste prétendait se hisser au niveau de la première puissance mondiale.

Aujourd’hui la menace terroriste reste plus présente que jamais.

D’un bout à l’autre de la planète, les attentats se multiplient depuis trois ans et se rapprochent du monde occidental par cercles concentriques.

Après New York et Washington, la menace s’est d’abord déplacée hors de l’occident. L’Asie est alors devenue la première cible des terroristes, avec l’attentat à la voiture piégée à Bali le 12 octobre 2002 et l’attaque contre des ressortissants français à Karachi le 7 mai 2002. L’Afrique a ensuite été visée, avec le double attentat de Mombasa le 28 novembre de la même année. Puis le Moyen Orient est directement touché. Les pays musulmans comptent désormais parmi les premières victimes du terrorisme islamiste : Djerba en avril 2002, Riyad en mai 2003, Casablanca en mai 2003, Istanbul en novembre 2003. Sans parler des explosions de violence régulières en Iraq qui touchent d’abord la population civile. Enfin l’attentat du 11 mars 2004 à Madrid frappe l’Europe au cœur et apporte la preuve qu’Al Qaida est à nouveau en mesure de porter le fer dans le monde occidental.

Une double question se pose : pourquoi les pays musulmans ? Pourquoi l’Europe ?

Pour la même raison : la détermination des groupes terroristes à créer des déchirements irréparables au sein de la communauté musulmane, afin d’apparaître comme les seuls garants d’un islam pur. De ce point de vue, les pays musulmans et l’Europe représentent chacun à leur façon un enjeu considérable. Les pays musulmans, parce qu’ils sont présentés par les fondamentalistes religieux comme dirigés par des régimes corrompus, incapables de résister aux pressions économiques et sociales des pays non musulmans. L’Europe, parce que certains de ses membres comportent des minorités musulmanes importantes et que le modèle politique européen, contrairement au modèle islamique, sépare clairement la règle de droit et la norme religieuse. Dans les deux cas c’est la division qui est recherchée : à l’intérieur de l’oumma, la communauté des musulmans, pour mettre fin à la domination des régimes jugés impies et imposer la charia. A l’extérieur de l’oumma, pour affaiblir les pays non musulmans.

Face à la persistance de la menace, il est impératif d’approfondir notre analyse et d’aller beaucoup plus loin dans notre réponse.

Rappelons une réalité stratégique : depuis l’origine, le terrorisme est une arme qui conjugue le secret, la surprise et la fulgurance de la frappe. Il est le moyen qu’utilisent les groupes ou les individus dépourvus de force militaire pour faire valoir leurs revendications et illustrer leur capacité d’action. Le 11 eptembre a changé la donne et opéré une véritable « évolution dans les affaires terroristes » en montrant que la maîtrise de la destruction de masse n’était plus réservée aux seuls Etats. Et nous sommes conscients que l’accès aux armes de destruction massive – chimique, biologique ou radiologique – est aujourd’hui l’un des objectifs des groupes les plus radicaux.

Mais prenons la mesure du phénomène : ceux qui veulent nous frapper représentent quelques centaines d’individus répartis à travers la planète, dispersés dans des pays éloignés les uns des autres. Et pourtant de cette dispersion, les terroristes ont fait un atout. De leur mobilité, une arme redoutable dirigée contre tous les peuples du monde. De leur faiblesse, une force. Si bien qu’aucun Etat aujourd’hui ne saurait placer la lutte contre la menace terroriste ailleurs qu’au premier rang de ses priorités en matière de sécurité. C’est bien ce paradoxe de la force terroriste qu’il faut comprendre si nous voulons non seulement l’éradiquer définitivement, mais prévenir sa mutation en organisation politique structurée.

Pour cela, je voudrais avancer trois explications qui soulignent la gravité du piège qui nous est tendu.

Première explication : l’opportunisme du terrorisme. Le terrorisme se greffe sur toutes les plaies du monde pour élargir son territoire et son recrutement.

Son territoire : comme il ne défend lui-même aucune cause nationale, il s’efforce de récupérer toutes les causes à son profit. Il est apatride, et fait donc de n’importe quel pays son repaire. Il se nourrit des plaies et des crises du monde. Il fait halte sur toutes les friches, sur tous les terrains vagues de la planète où règnent l’arbitraire et le non-droit. Les revendications nationalistes tchétchènes sont-elles les mêmes que celles de la Jamaah Al Islamyiah en Indonésie ? Non. Et pourtant des éléments liés à Al Qaida sont présents aussi bien dans le Caucase qu’en Indonésie, fédérant des aspirations diverses auxquels ils veulent donner la légitimité d’une cause globale. Dans le Caucase par exemple, ils entretiennent l’hostilité des Ingouches musulmans contre les Ossètes orthodoxes en exacerbant les revendications nationalistes et les différences religieuses. La crainte des musulmans de se fondre dans l’ensemble russe leur ouvre la possibilité de présenter l’islam radical comme un recours.

Son recrutement : les groupes terroristes proposent à des individus privés de repères de servir une cause. Plus le désespoir ou le ressentiment gagne certains peuples, plus la base de recrutement des terroristes s’élargit. C’est vrai dans les zones de conflit, comme hier en Bosnie ou aujourd’hui en Afghanistan. C’est vrai également dans les pays musulmans accusés de faire le jeu de l’Occident, comme en Arabie saoudite ou dans les pays du Maghreb. C’est vrai encore dans nos propres populations, dont les membres les plus fragiles peuvent être séduits par les discours extrémistes.

Ce processus de récupération systématique des lieux et des individus, nous l’avons observé à plusieurs reprises depuis le début des années 90.

En Afghanistan d’abord. Au début des années 80, des combattants arabes se sont rendus à la frontière du Pakistan pour soutenir la lutte des Afghans contre l’envahisseur communiste. Ben Laden lui-même est le symbole le plus accompli de ce terrorisme déraciné, qui se greffe sur une cause étrangère, mobilise des musulmans de toutes nationalités et lance enfin des opérations lointaines dans les meilleures conditions de sécurité. Car ce processus de greffe demande du temps et conduit rarement à une fusion avec le pays. Ce n’est qu’au bout de plusieurs années que les combattants d’Al Qaida ont acquis une véritable stature en Afghanistan. Et leur chef s’est toujours efforcé de préserver l’autonomie de ses troupes, dont il souhaitait qu’elles utilisent les combats dans les provinces afghanes pour se former militairement, mais qu’elles puissent également intervenir à l’extérieur, par exemple en Tchétchénie.

Le conflit tchétchène attire les combattants d’Al Qaida pour une double raison. Symbolique d’abord : consciente de l’opportunité religieuse de la crise, l’organisation terroriste l’a exploitée pour en faire l’une des causes de l’islamisme radical. Au côté du chef de guerre Chamil Basaiev se trouvent désormais des combattants arabes indifférents aux motivations nationales de Grozny, conduits par le Saoudien Khattab. L’aspiration à l’indépendance nationale pourrait ainsi évoluer en djihad, dont les ramifications s’étendent aujourd’hui jusqu’au mafias turques, abkhazes ou géorgiennes. Raison stratégique aussi : les montagnes du Caucase forment une barrière naturelle entre le continent russe et le Moyen-Orient et offrent un double débouché sur la mer Noire et sur la mer Caspienne, avec leurs réserves en matières premières. Sur la base de motivations religieuses, Al Qaida sait donc investir des zones politiquement sensibles qui décuplent son pouvoir de nuisance.

En Iraq, enfin, des centaines de combattants étrangers sont venus s’installer, profitant de la porosité des frontières, de l’instabilité du pays et des aspirations de différentes factions. Régulièrement, des groupes nouveaux se créent et procèdent à des enlèvements, des exécutions sommaires ou des attaques contre les forces étrangères. Leurs membres sont parfois en rivalité ouverte les uns avec les autres en raison de la diversité de leur recrutement : loyalistes de l’ancien régime, nationalistes humiliés par la présence étrangère sur leur sol, islamistes iraquiens ou internationalistes. L’évolution la plus préoccupante tient au renforcement des liens avec Al Qaida et à la radicalisation des modes d’action. Même les groupes extrémistes kurdes comme Ansar Al-Islam s’imprègnent davantage de la rhétorique djihadiste. Au total, une infinité de groupes constituent en Iraq une nébuleuse intégriste complexe, un véritable laboratoire du chaos.

Deuxième explication à l’emprise du terrorisme : sa capacité de démultiplication. Elle tient à un triple paradoxe.

Paradoxe d’abord de modalités opératoires qui mêlent modernité et archaïsme. Les groupes terroristes sont capables de recourir à des moyens de virement sophistiqués et de continuer à transférer des fonds par le mécanisme de la hawala, fondé sur la seule confiance dans la parole donnée. Ils cherchent à maîtriser la dispersion des agents chimiques et biologiques, mais procèdent à des égorgements barbares et sèment la terreur avec des attentats suicides. Ils emploient les technologies de communication les plus modernes, mais pour diffuser des messages aux consonances les plus primitives. Leurs actions sont universellement retransmises par les médias, alors qu’ils visent l’islamisation radicale des institutions et des règles sociales.

Paradoxe aussi d’une organisation éclatée qui est mise au service d’une stratégie de globalisation. Les coups portés aux différents responsables d’Al Qaida ont conduit à la dispersion du groupe en une multiplicité de cellules autonomes, qui peuvent se fondre plus facilement dans la réalité régionale, épouser les causes nationales les plus diverses et agir sans en référer directement à une autorité supérieure. Les messages diffusés par internet servent de point de ralliement à des individus sans aucune attache, et donc d’autant plus difficiles à repérer et à appréhender. En Europe, au Maghreb ou en Asie, ce sont encore des cellules éclatées qui cherchent à diffuser leur message de haine et à construire par des attentats l’unité d’un islam extrémiste. En définitive, Al Qaida semble fonctionner comme un holding : une tête virtuelle fournit les motivations et les financements éventuels, tandis que des franchisés autonomes passent à l’action. L’avantage de ce fonctionnement est double : il garantit une protection efficace contre toute offensive extérieure et il démultiplie les capacités de frappe des groupes terroristes. La cause globale engrange les bénéfices de la terreur locale.

Paradoxe enfin d’une mouvance où se trouvent à la fois des inspirateurs et des exécutants, des intermédiaires et des poseurs de bombes. Le terrorisme n’est pas homogène. Il opère une division des tâches qui permet de maximiser l’efficacité de chacun. Aux prêcheurs extrémistes d’entretenir le climat de haine et de radicalisation qui facilitera le recrutement des éléments destinés à l’action. Aux organisateurs de prévoir les caches, relais et appuis financiers qui permettront le moment venu de passer à l’action. Aux exécutants enfin de se regrouper en cellules clandestines prêtes à commettre un ou plusieurs attentats dans des délais réduits.

Troisième explication : la mobilité du terrorisme.

Elle est d’abord une règle d’action. Les groupes terroristes frappent où les démocraties ne les attendent pas. Ils se recomposent au moment où nous pensons les avoir définitivement abattus. Ils constituent des alliances de circonstance avec des formations éloignées de leurs préoccupations immédiates, afin de s’implanter dans de nouveaux territoires et d’accroître leur force de frappe. Ils s’infiltrent dans notre tissu social dont ils connaissent les failles et les faiblesses. A leur manière, les terroristes sont de véritables pirates, qui circulent en parfaite clandestinité dans nos réseaux pour les brouiller et y diffuser des messages de mort.

Mais la mobilité est aussi une technique d’enracinement dans les consciences du monde, suivant un processus en deux temps  déflagration, consolidation. Déflagration, pour choquer les esprits et nourrir l’imaginaire de la peur. Consolidation, pour exploiter les résultats des attentats et gagner en influence auprès des populations. De ce point de vue, nous devons accorder une vigilance particulière aux œuvres sociales dont Al Qaida s’est servi en Afghanistan pour renforcer ses soutiens locaux et qui pourraient servir de modèle dans d’autres régions du monde. Les financements d’écoles, de mosquées, voire l’aide directe aux familles ont été autant de moyens pour Ben Laden de s’enraciner dans les provinces afghanes.

Cette mobilité ouvre enfin une perspective particulièrement inquiétante, qui n’a rien de certain mais dont nous devons garder la possibilité à l’esprit : le regroupement des mouvances dispersées à travers la planète en un mouvement politique structuré. Deux éléments pourraient accélérer ce processus : la formalisation d’une ambition politique commune d’abord, avec l’objectif d’établir un islam fondamentaliste dans le plus grand nombre de pays. Le lancement d’actions d’une ampleur radicalement nouvelle ensuite, grâce à la maîtrise des armes de destruction massive qui permettent d’exercer un chantage sur les gouvernements.

La gravité des circonstances actuelles, la détérioration de la situation internationale depuis trois ans comme la perspective d’une nouvelle mutation du terrorisme nous obligent à faire preuve de responsabilité. Plus que jamais, dans notre lutte contre le terrorisme, nous devons éviter trois pièges.

Le premier piège est l’assimilation de la lutte contre le terrorisme à une guerre sans merci. Cette assimilation ne me paraît pas appropriée.

Pas appropriée, parce qu’elle suppose que le terrorisme représente un ennemi clairement identifié, auquel un Etat ou un groupe d’Etats pourrait s’opposer dans un combat régi par des règles et des principes. Or le terrorisme échappe à cette définition : il ne représente pas une menace comme les autres. Il porte tous les visages de ces individus qui ont décidé d’enfermer le monde dans la violence et dans la peur.

Pas appropriée encore, parce que les groupes terroristes ne respectent aucun des principes qui gouvernent le droit de la guerre. Ils ne font pas la guerre contre nous, ils se livrent à un véritable massacre des innocents. De New York à Beslan, c’est toujours l’innocence que le terrorisme mutile et tue. Il n’y a donc aucune paix possible avec le terrorisme. Aucun accord, aucun armistice, aucune trêve qui soit envisageable.

L’appel à la guerre contre le terrorisme me semble aussi risqué, parce qu’il donne aux différents groupes terroristes une légitimité et une audience auxquelles ils aspirent. Il valorise le combat qu’ils conduisent, avec les armes de l’aveuglement et du fanatisme. Il leur accorde le statut dont ils ont besoin pour répandre le plus largement possible leurs thèses extrémistes. Al Qaida a d’ailleurs été la première organisation à évoquer l’idée d’une guerre contre l’Occident. La première à se construire une légitimité non seulement sur le terrain, mais aussi à partir de la réaction des puissances occidentales. Ce que cherchent depuis le début les principaux responsables d’Al Qaida, c’est bien d’être singularisés et à ce titre reconnus par l’Amérique. Ben Laden contre Washington, pour des populations démunies et réceptives aux discours fondamentalistes, c’est David contre Goliath. La faiblesse contre la puissance. Piège terrible, dont nous devons sortir au plus vite.

En définitive, ce qui se profile derrière les mots « guerre contre le terrorisme », c’est la confirmation d’un choc des civilisations dans lequel certains veulent voir le nouvel aboutissement de l’histoire. Car c’est bien là que les terroristes veulent nous conduire : à une opposition frontale des religions et des cultures, dont nous sortirions tous meurtris et brisés. A nous de lutter contre cette vision caricaturale et pessimiste, qui ne tient compte ni de la diversité de l’islam, ni de l’aspiration de l’immense majorité des musulmans à la paix, ni des influences réciproques qui existent depuis des siècles. A nous de trouver l’issue.

Le deuxième piège est la peur, qui nous conduirait soit à la fuite en avant, soit au repli sur nous-mêmes.

Face à l’horreur des actes terroristes, nous pouvons avoir la tentation de l’exception, en sortant des lois démocratiques. J’en suis convaincu : cette voie est une impasse. Elle conduirait les démocraties à renier les valeurs de liberté, de droit de la défense, de respect de l’individu, qui font sa force. Que vaudrait une démocratie qui ne respecterait plus elle-même les valeurs qu’elle souhaite étendre à travers le monde ? Que vaudrait une démocratie qui en viendrait à priver ses citoyens des droits les plus fondamentaux sous le prétexte de garantir leur sécurité ? Est-ce que cela ne signifierait pas que les organisations terroristes l’ont déjà emporté sinon sur le terrain, du moins dans nos esprits ? Nous, Français, Européens, nous avons déjà connu dans le passé cette tentation des méthodes exceptionnelles au nom de la sécurité de nos concitoyens. Je vous le dis en conscience : ces choix ne produisent aucun résultat et se payent pour des années.

Face au terrorisme la démocratie a un devoir d’exemplarité. En toute circonstance, nous devons rester fidèles à ses exigences. Dans un Etat de droit, rien ne saurait justifier que le gouvernement prive un justiciable du droit à une défense équitable, quels que soient les crimes dont il s’est rendu coupable. Cela signifie que des prévenus convaincus de liens avec le terrorisme doivent avoir accès à un avocat et bénéficier de conditions de détention acceptables.

Le troisième piège est celui de la force seule.

Nous voulons tous mettre fin aux actions terroristes dans les délais les plus brefs. Nous rêvons tous d’un monde qui serait enfin débarrassé de la crainte des attentats et qui n’aurait plus à craindre partout et à tout instant une manifestation de violence aveugle. Dans ce contexte, l’usage de la force militaire peut s’avérer indispensable : nous l’avons vu en Afghanistan. Toute la difficulté est de combiner efficacement l’usage de la force avec tous les autres moyens à notre disposition pour combattre le terrorisme. En revanche, l’emploi de la force à lui seul ne nous permettra pas de venir à bout du terrorisme.

Car nous vivons aujourd’hui une révolution de la puissance : les moyens militaires les plus performants sont mis au défi par les instruments les plus sommaires. La puissance matérielle est tenue en échec par l’obstination des consciences. Si bien que l’usage inconsidéré de la force ne peut que rassembler et motiver des groupes dont nous avons vu qu’ils étaient dispersés. Il leur donne cette cohésion qui leur manque, et qui pourrait conduire à une menace plus grave encore. L’emploi ciblé de la force est un leurre : les populations civiles en souffrent toujours, quelles que soient les technologies employées. Et les martyrs se multiplient, qui sont autant d’icônes nouvelles pour des populations privées de toute autre perspective que la violence. La force ouvre des plaies qui sont autant de brèches dans lesquelles les terroristes peuvent s’engouffrer.

Alors comment être plus efficaces ? Comment gagner ensemble une bataille à laquelle nous n’étions pas préparés ?

Avant tout en restant fidèles à nos principes : ils nous éviteront les dérives et renforceront l’efficacité de notre action.

Principes de l’Etat de droit d’abord : contre des terroristes qui voudraient nous entraîner dans la répression systématique et dans la remise en cause des libertés publiques, nous avons un devoir d’exemplarité. La force de la démocratie, c’est la place qu’elle accorde aux droits individuels, la reconnaissance de la valeur de chaque personne, la protection de chacun de ses membres. Nous devons défendre ces valeurs. Cela n’exclut pas la fermeté et l’adaptation de notre dispositif à la menace : en tant que ministre de l’Intérieur, j’ai le souci permanent de disposer des instruments les plus efficaces pour lutter contre le terrorisme. Les mesures que j’ai prises en matière d’expulsion des ressortissants étrangers appelant à la haine et à la violence, la modernisation des documents d’identité grâce à la biométrie ou le renforcement de la coordination du renseignement intérieur répondent à cet objectif. Mais aucune de ces décisions n’a été prise sans veiller au strict respect des règles de l’Etat de droit. Se défendre, oui. Se renier, non.

Le respect ensuite. De quoi se nourrissent les discours extrémistes ? Du mépris que nous afficherions à l’égard des populations les plus déshérités, de l’indifférence dans laquelle nous laisserions sombrer des régions en proie à la violence, du soupçon qui pèse désormais sur les interventions des Etats occidentaux : pour quels motifs agissent-ils ? Au nom de quelles valeurs ? Au profit de quels intérêts économiques ou de sécurité ? Libre à chacun de juger que ces questions n’ont pas d’objet. Mais personne ne peut ignorer qu’elles existent et qu’elles renforcent le discours de ceux que nous combattons. Pour en désamorcer l’effet, nous devons faire preuve d’écoute, d’attention et de respect à l’égard de toutes ces identités blessées qui aspirent à la reconnaissance et au dialogue.

L’unité enfin. Le terrorisme cherche sans relâche la division. A l’échelle du monde, division entre les sociétés occidentales et les sociétés musulmanes. A l’échelle des pays musulmans, division entre les islamistes extrémistes et les pratiquants modérés. A l’échelle de l’Europe, division entre les individus de confession musulmane et les autres. Le projet terroriste inspire ce qui sépare, rejette ce qui rassemble. C’est pourquoi l’unité est notre bien le plus précieux. Elle affirme notre volonté politique de faire face ensemble au terrorisme.

Sur cette base commune, nous devons poursuivre notre coopération. Utiliser les compétences de chacun, s’appuyer sur tous les relais, c’est le gage de notre succès.

A cet égard la France et les Etats-Unis, qui disposent de moyens importants et d’atouts complémentaires, ont un rôle essentiel à jouer. La force de la coopération entre nos deux pays en matière de lutte contre le terrorisme est connue de tous. Elle va très loin au-delà de nos actions conjointes en Afghanistan, qui marquent déjà sans ambiguïté notre détermination commune. Sur les sujets les plus sensibles, notamment dans le domaine de l’échange de renseignement, Paris et Washington sont en contact permanent et comparent régulièrement leurs analyses. Lorsque vous manifestez une inquiétude particulière, comme cela a été le cas en décembre dernier au sujet de vols commerciaux à destination des Etats-Unis, nous répondons dans les plus brefs délais et nous prenons les mesures qui s’imposent. Qu’il s’agisse du démantèlement des réseaux de financement ou du contrôle de certains armements susceptibles d’être détournés par les organisations terroristes, nos échanges conduisent toujours à des solutions pragmatiques et efficaces. La rigueur de nos travaux permet d’accélérer les réflexions dans d’autres enceintes, en particulier le G8. Les décisions qui ont déjà été prises pour la sécurité des transports ou la sécurisation des documents de voyage en témoignent.

A l’échelle européenne également, le renforcement de la coopération reste une préoccupation quotidienne. Car nous le savons : les filières terroristes ignorent les frontières et exploitent la moindre faiblesse dans notre dispositif. La cellule de Francfort, qui avait planifié un attentat contre la cathédrale de Strasbourg en France, est une bonne illustration de cette capacité des groupes à se projeter d’une ville à l’autre, d’un pays à l’autre, dans la plus parfaite clandestinité. Ici encore, la qualité du renseignement technique et humain, la capacité à lancer des procédures judiciaires à l’échelle européenne, la maîtrise des meilleurs outils technologiques sont autant d’atouts à développer.

Prenons conscience aussi de l’impératif d’une coopération plus étroite avec les pays du Sud. Dans le cadre des Nations unies, un dispositif de coopération technique avec les Etats les moins bien armés en matière de lutte contre le terrorisme a été mis sur pied. Il touche aussi bien les questions de réseaux de financement que de trafics d’armes ou de contrôles aux frontières. C’est un premier pas. Mais il est encore insuffisant au regard de la réalité du risque : les groupes terroristes prennent appui sur les Etats les plus faibles en exploitant les carences de leurs systèmes de sécurité et de contrôle. Rappelons-nous que le double attentat contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie le 7 août 1998 a été planifié à partir du Soudan. Que l’attaque contre le destroyer américain USS COLE le 12 octobre 2000 a été lancée à partir du Yemen. Que l’influence des djihadistes menace de s’étendre chaque jour davantage dans l’Afrique sahélienne. Il y a donc urgence à accroître notre aide et à renforcer nos procédures de coopération.

Mais au-delà de cette réponse immédiate et nécessaire, nous ne viendrons pas durablement à bout du terrorisme sans ouvrir une voie de règlement aux crises régionales les plus graves et sans nous attaquer au retard de développement de certains pays.

Une fois encore, n’oublions pas les leçons de l’histoire proche. Pour que la stratégie d’Al Qaida puisse fonctionner, pour que la mobilisation d’un nombre limité de fanatiques se transforme en rassemblement de l’oumma, il a fallu un élément de cristallisation. Ni la Tchétchénie, trop éloignée du Moyen-Orient, ni l’Afghanistan, dirigé par les taliban, n’avaient réussi à fédérer les consciences musulmanes fondamentalistes. En revanche, la détérioration de la situation au Proche-Orient aiguise les frustrations et les ressentiments. Car le conflit israélo-palestinien occupe dans l’imaginaire de cette région une place à part. Il constitue un facteur d’identification qui dépasse les clivages nationaux et ethniques. Le terrorisme contemporain ne plonge pas ses racines qu’en Afghanistan. Il trouve aussi son origine – ce qui ne constitue en rien une justification – dans l’exploitation du conflit israélo-palestinien et dans la fermeture durable de toute perspective de paix. C’est pourquoi nous ne pouvons pas espérer en finir avec le terrorisme islamique sans éliminer les prétextes idéologiques qu’il retourne à son profit, en particulier la colère et le désarroi que suscite dans la population arabo-musulmane la persistance du conflit israélo-palestinien. Aujourd’hui nous devons rattraper le temps perdu. Nous devons le faire vite. Nous devons le faire ensemble, Américains et Européens.

Toute notre action doit être guidée par un impératif de justice, au service de trois priorités.

Première priorité : ouvrir une perspective de paix au Proche Orient. Aujourd’hui l’horizon est fermé. Palestiniens et Israéliens n’ont devant eux que la perspective au mieux de la séparation imposée, au pire des attentats et des représailles. Américains et Européens ont un rôle essentiel à jouer pour amener les deux parties à trouver la voie d’une paix juste et équitable. Nous avons les instruments, en particulier la feuille de route et le Quartet : mettons toute notre volonté politique à leur service. Car si la porte de Bagdad nous a conduit à la guerre, la porte de Jérusalem nous conduira à la paix. Elle marquerait notre volonté de justice pour toute la région, notre refus d’une politique de deux poids deux mesures, notre capacité à prendre à mains nues le risque de la paix, laissant de côté la peur, l’égoïsme ou l’idéologie.

Deuxième priorité : sortir l’Iraq de la spirale du chaos, pour que ce pays reprenne pied dans sa propre histoire, retrouve sa place dans sa région et au sein de la communauté internationale. La situation est insupportable pour la population iraquienne, dangereuse pour la stabilité de la région, menaçante pour les pays voisins et terriblement lourde pour les forces étrangères.

Troisième priorité : maintenir notre soutien à l’Afghanistan. Ce pays traverse aujourd’hui une phase délicate, avec les prochaines élections présidentielles et le retour de la menace des taliban. Nous avons fait ensemble un pari en Afghanistan : celui d’une transition démocratique respectueuse de l’identité ethnique et religieuse de la nation afghane. Ce pari, nous pouvons encore le gagner. Alors que l’Afghanistan avait connu deux décennies d’affrontements, d’oppression et de misère, il retrouve progressivement le chemin de la liberté et de la paix. Ne laissons pas les groupes fondamentalistes et les intérêts de minorités remettre en cause nos efforts.

Ces perspectives, nous devons les inscrire dans le cadre d’une vision d’ensemble de l’organisation internationale. Le défi est immense parce qu’il repose sur un paradoxe : d’un côté il faut accorder à chaque individu, à chaque peuple une représentation à la mesure de ses attentes. De l’autre nous devons être en mesure de régler des problèmes à l’échelle mondiale : crises régionales, prolifération des armes de destruction massive ou encore terrorisme. Comment jeter un pont entre l’individuel et le global, la défense des identités particulières et la définition de règles communes ? Pendant de longs siècles, l’objectif de chacun de nos pays a été de bâtir une démocratie nationale. Aujourd’hui, face aux nouveaux défis du monde, économiques, sociaux, culturels, environnementaux, éthiques, c’est à l’élaboration d’une véritable démocratie mondiale qu’il faut s’atteler. L’enceinte des Nations unies paraît le seul cadre envisageable pour définir les outils, les normes et les structures indispensables. Utopie ? Je ne le pense pas. Mais objectif à atteindre pour un monde qui vacille.

Mesdames, Messieurs,

Devant vous, dans cette ville qui a connu il y a trois ans l’attaque la plus meurtrière qu’ait jamais subie l’Amérique, je voudrais vous faire part d’une conviction : ensemble, nous viendrons à bout du terrorisme. C’est une question de volonté. C’est une question de lucidité.

La volonté, parce que seule la mobilisation constante des responsables politiques, seul le travail nuit et jour des services de renseignement et l’emploi systématique des moyens technologiques à notre disposition, seule la vigilance de tous les citoyens nous permettront de déjouer de futures attaques. La menace est grave. Mais notre détermination absolue à y faire face l’est tout autant.

La lucidité, parce que nous faisons face à un mouvement qui garde un coup d’avance sur nous. Il faut renverser la tendance. Comment ? Le terrorisme est un iceberg, avec une partie visible et une partie immergée. Il appelle un traitement global : face à la partie visible, nous devons démultiplier nos efforts dans le domaine du renseignement, de la police, des contrôles aux frontières, des enquêtes judiciaires, de la traque sur le terrain, de la coopération technique avec les pays à risque, afin de remonter une à une les filières et de les démanteler. Face à la partie immergée, face à cette réalité complexe dont se nourrit le terrorisme, il faut mêler la ruse et la grâce.

La ruse, pour aller au fond des problèmes, comprendre et démonter les mécanismes de la haine, désamorcer les facteurs de conflit ou d’incompréhension. De ce point de vue, le détournement systématique des moyens médiatiques et de communication par les groupes terroristes devrait nous inciter à la réflexion : pouvons-nous accepter que nos imaginations soient prisonnières de communiqués menaçants mais souvent faux ou dépourvus de toute crédibilité diffusés par internet ? Allons-nous continuer à accorder aux messages de propagande islamistes transmis par les chaînes de télévision une attention disproportionnée par rapport à la réalité des rapports de  force ? Devons-nous subir des images qui n’ont d’autre but que la propagation de l’horreur et de la peur, pour toucher nos pays au cœur, affaiblir, manipuler et diviser nos peuples. Face à l’esprit de destruction c’est en nous que nous devons trouver les ressources nécessaires : sur le ring du monde, face à un adversaire qui ne respecte aucune règle, ce n’est pas de la boxe qu’il faut faire, mais bien du judo, c’est-à-dire utiliser l’énergie et les erreurs de nos adversaires qui, pour nous frapper, veulent prendre en otage les peuples. Sans jamais se résigner, il faut savoir esquiver, feindre, se dérober.

La grâce, pour saisir les opportunités, faire preuve d’audace, tendre des mains jusque là fermées, dans la fidélité à nos valeurs et à nos idéaux. L’approfondissement de notre politique de coopération, l’aide au traitement des épidémies qui ravagent des continents entiers, les travaux conjoints sur la maîtrise des phénomènes climatiques sont autant de voies à approfondir ensemble.

Notre siècle est face à un défi majeur. Ne nous trompons pas. Demain nos enfants nous demanderont des comptes sur les décisions que nous aurons prises aujourd’hui pour la justice et pour la paix. C’est aujourd’hui que nous devons réagir. C’est maintenant que nous devons nous mobiliser et travailler ensemble à l’unité du monde. Nous avons tous à gagner d’une meilleure coopération entre les Etats. Nous avons tous à gagner de l’affirmation sereine des identités, du respect accordée à chaque nation, de l’égalité entre les peuples.

Lorsque j’étais étudiant, il y malheureusement un certain temps, l’usage était de dire : ce qui est bon pour la General Motors est bon pour les Etats-Unis, et ce qui est bon pour les Etats-Unis est bon pour le monde. Aujourd’hui je crois qu’il serait plus juste de dire : ce qui est bon pour les peuples est bon pour le monde, et ce qui est bon pour le monde est bon aussi pour les Etats-Unis.

28 septembre 2004