Tag

Syrie

1024 493 Dominique de Villepin

Changer un régime, aussi mauvais soit-il, ne règle rien

Invité de Patrick Simonin sut TV5 Monde, Dominique de Villepin est revenu sur la vision du monde portée par nos démocraties dans un monde en guerre, regrettant que la politique ait cédé le pas à l’outil militaire.

1024 614 Dominique de Villepin

We need much more than war speeches. We need political action

 – Dans une interview en anglais donnée à The Guardian, Dominique de Villepin critique la rhétorique guerrière des pays occidentaux, à laquelle il souhaiterait voir se substituer une volonté politique plus efficace  –

Air strikes can help weaken Isis, but no one would consider it wise today to send troops to the Middle East. Because we know that after Syria and Iraq, we will have to do the same in Libya, in Nigeria and Chad, in Somalia, maybe tomorrow in the Gulf states or in central Asia. The logic of war would imprison us in lasting military occupation of large parts of the world, without any guarantee of success. Has any military intervention since 2001 been a political success? Afghanistan? Iraq? Libya?

We need much more than war speeches. We need political action. We need the world to stand united in the fight against terrorism. Not the western world, but the whole world. That was my belief in 2003, when France opposed the war in Iraq, and this is still my belief today.

First, we need the Muslim world to stand at our side. Because going to war on our own will only remove the burden of responsibility from some of the countries at the forefront. Why should they take difficult decisions if we do what it takes in their place? It will also allow some countries of the region to pursue their own interests and hidden agendas, as well as to settle old neighbourhood disputes while seeming to fight Isis.

Who really fights Isis in Syria and Iraq? Not the Assad regime, which needs this devil to find legitimacy and a foothold against rebel movements. Not Turkey, which is at least as much concerned by Kurdish separatism. Not Saudi Arabia, which wishes before all to keep the trust of its people by being hard on Iran and Shia movements. And the people of the region sometimes feel the threat of Isis weighs less than the hundreds of thousands who have died in the bloodbath of the Middle East in the past three decades, in their view because of regimes supported by the west or because of western military interventions. Let’s be aware of what many think in the Middle East: “This is not our war”.

Second, we need the whole international community to stand united against terrorism. But how could it be so if we give the impression of double standards, that victims in Russia or in China are not quite as innocent as ours? This is not a threat only for the western world. All five permanent members of the UN Security Council have had to face massive attacks in the past decade, with 9/11; the London bombings of 2005; the attack on a school in Beslan, Russia, in 2004; the bombings in Kunming, China, last year. Over two-thirds of mankind are today in direct danger, including India, south-east Asia, central Asia, west and east Africa. Islamist terrorism has become a worldwide concern.

Third, even within the western world, there is still a long way to go to define a common strategy. The diplomatic discussions in the past weeks have shown how few European countries were willing to engage in this war, despite last week’s decisions of the British and German parliament to participate or support the French and American air strikes, out of fear of the risks of increased exposure it would represent to their populations.

The unity of Europe is all the more crucial, as the disintegration of European solidarity is one of the main objectives of the terrorists, aiming at isolation, distrust and fear. Likewise, the US has sounded half-hearted in their support of the French strategy, because of their Iraqi experience. Today, we need to speak with one voice to address the terrorist threat effectively.

Our first task is to develop global awareness and unity. We need a new Atlantic Charter, on a worldwide basis, expressing the common will of all powers. But for this, we need to reach out to other powers, in particular to China and Russia. United, we will be able to send out a message against the terrorists that will be heard in the Muslim world; we will be able to give ourselves the tools to asphyxiate Isis in its home territory by cutting off its communications, its recruitment and its access to easy money through oil, antiquities and human trafficking. This requires at the same time a combination of air strikes, support of regional troops and strong political co-ordination.

Our common task – and it will be a long one – is also to fight all Islamist terrorism. If we overcome Isis, it should not be at the price of a greater danger arising elsewhere. This is exactly what happened in the fight against al-Qaida. True, the central organisation has been weakened, even if in Yemen, Libya, Syria and western Africa the remains of al-Qaida are still active. But in the meantime, we allowed the emergence of a new threat, taking advantage of our mistakes: a global terrorist movement with a territorial base and the ideological appeal of a reborn caliphate.

Overcoming terrorism itself can only be achieved through the stabilisation of the Middle East, which is suffering a catastrophe of historic dimensions comparable only to Europe’s suicide between 1914 and 1945. This can only be done by the pressure of the international community on all regional powers, in a permanent regional security conference that could create mechanisms preventing escalation, as the Helsinki conference did in Europe during the Cold War.

In Syria, we need local truces and ceasefires between government and rebel forces wherever possible in order to create political momentum for a transition of power and to concentrate forces against Isis. And this can be done only by including Turkey, Iran, Saudi Arabia and Russia.

Overcoming terrorism also means cutting the roots it has dug in our own societies. We have to be aware that the ideology of Islamist radicalism is gaining ground among the children of Muslim immigrants in our countries. This is fuelled by rejection and loss of identity and is growing among the children of the middle classes of mass consumption societies, who aspire to the clear-cut moral code of radical Islam, to a model of unconditional authority and submission, to a vision of supreme heroism freeing them from the feeling of mediocre and invisible lives.

These violent sects feed on the wounds of our liberal societies, on our shortcomings and on our inability to propose positive visions of the future. Our message should be that everyone matters.

Our weapon against terrorism is peace. Not peace with the terrorist movements, of course, but civil peace and regional peace everywhere that war is feeding radicalisation and terrorism. And peace with ourselves to avoid division and mistrust in our midst.

6 décembre 2015, The Guardian

950 816 Dominique de Villepin

La crise syrienne, enjeu du nouveau partenariat avec la Russie

 – Dans une tribune publiée par Le Figaro, Dominique de Villepin analyse le nouveau rôle joué par la Russie sur la scène internationale –

La Russie est de retour ; c’est une bonne nouvelle pour le monde. Car il ne peut y avoir d’ordre mondial sans équilibre et sans diversité. Vouloir l’ordre, c’est accepter les différences. Sans la Russie, il n’y a pas de règlement possible des crises. L’accord sur la non-prolifération avec l’Iran en a été la preuve ainsi que l’enquête sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie à l’été 2013. Ayant toujours plaidé et agi en faveur d’un monde multipolaire organisé sur la base du multilatéralisme, je ne peux que me réjouir que la Russie se soit exprimée fortement à l’Assemblée générale des Nations unies. Sur l’Ukraine, l’apaisement crée aujourd’hui

les conditions d’un processus politique qui exige que nous nous impliquions plus fortement encore. La réduction de la violence et le report des élections dans l’est de l’Ukraine sont des signaux positifs pour la mise en œuvre graduelle des Accords de Minsk II. Avançons sur la loi concernant le fédéralisme ukrainien et renouons le dialogue de coopération entre Russie et Europe.

La Russie est de retour, mais dans quel monde ?

La Russie est de retour, mais dans quel monde? L’incompréhension des grandes puissances est à son comble, nourrie de préjugés et de malentendus. Nous ne parlons pas le même langage et ne voyons pas le monde avec les mêmes yeux. Ne soyons pas naïfs. Le monde pourrait bien se briser en deux blocs, l’un occidental, dictant
ses normes sans toujours les respecter, l’autre oriental, chinois autant que russe, refusant les monopoles de fait exercés par l’Occident en matière monétaire, financière, technologique. Nous pourrions bien nous réveiller avec un double système financier, un double Internet, peut-être un double système de gouvernance mondiale. La montée en puissance du renminbi, les nouveaux instruments sur Internet, la création d’institutions financières multilatérales nouvelles sont autant de signes d’un changement des temps.

L’enjeu de la crise syrienne dépasse de loin le cadre régional et même la question du combat commun contre le djihadisme. C’est le nouvel ordre mondial qui se décide.

Il est vital d’éviter les erreurs dans nos stratégies respectives en Syrie et en Irak. Mus en partie par nos héritages et nos expériences, nous subissons toujours la tentation de reproduire le passé. C’est vrai des États-Unis, de l’alliance sunnite avec l’Arabie saoudite dans les années 1970 jusqu’à l’invasion unilatérale de l’Irak. C’est vrai également de la France, ancienne puissance coloniale, protectrice historique des chrétiens d’Orient et marquée par l’expérience de la guerre d’Algérie. C’est vrai enfin de la Russie, héritière de longues traditions au Moyen-Orient, protectrice des communautés orthodoxes et portée aux conflits sur ses marges méridionales, de Catherine II à la Tchétchénie en passant par l’Union soviétique.

La clé, c’est aujourd’hui de s’accorder sur un cadre politique pour la nouvelle Syrie, organisant la partition de fait dans un ensemble fédéral.

Nous devons aussi éviter une seconde tentation commune, celle de nous substituer aux acteurs régionaux et de les déresponsabiliser. Nous devons nous accorder sur des principes communs si nous voulons assécher le terreau du terrorisme. Premier principe, l’intangibilité des frontières, car la remise en cause des frontières Sykes-Picot, même avec de bonnes intentions, ne mènerait qu’à l’explosion régionale. Deuxième principe, la non-ingérence. Aucune puissance ne doit viser au changement de régimes par la force, mais pas davantage à leur maintien artificiel. Troisième principe, le refus de tout engagement au sol, dont nous connaissons tous dans notre chair – de l’Algérie aux deux guerres d’Afghanistan – les risques d’embourbement.

Nous pouvons en revanche faire preuve d’unité et montrer le chemin du dialogue et de la paix, notamment en organisant une conférence permanente sur la sécurité régionale dont les puissances internationales seraient les garantes, en reprenant le format 5 + 1 des négociations avec l’Iran, en y conviant l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte. Nous pouvons exercer des pressions amicales, la Russie en Iran, l’Amérique en Arabie saoudite, tout en favorisant les dialogues croisés. Il s’agit de se concentrer aujourd’hui sur les pays fragilisés, parfois au bord de la rupture, comme la Turquie ou l’Arabie saoudite, car la conquête des lieux saints
de l’islam demeure dans la ligne de mire djihadiste.

La clé, c’est aujourd’hui de s’accorder sur un cadre politique pour la nouvelle Syrie, organisant la partition de fait dans un ensemble fédéral. Cela suppose dès aujourd’hui d’avancer sur des paix locales et des cessez-le-feu dans les zones où c’est possible: à Homs, à Idlib, à Alep.

Il serait temps que l’Europe retrouve sa voix, sa mémoire et son message.

Il s’agit de donner des garanties aux minorités et la protection des Alaouites par la Russie est bienvenue. De même, seule une garantie collective pourra assurer la sécurité de la région de Damas, mosaïque de communautés qui doit trouver, à défaut de mieux, un modus vivendi à la libanaise. Enfin, cet accord doit permettre d’établir des zones humanitaires protégées aux frontières turque et jordanienne. C’est le seul moyen de stabiliser l’afflux de réfugiés, notamment vers l’Europe. Cet accord doit être surveillé et garanti par l’implication permanente d’une conférence de sécurité régionale et internationale avec tous les acteurs.
À défaut d’un tel accord, la violence sera sans fin. Des millions de Syriens seront jetés sur les routes. Daech et Assad se renforceront mutuellement et la gangrène gagnera le reste du monde sunnite.

Il serait temps que l’Europe retrouve sa voix, sa mémoire et son message. C’est dans cet esprit que je veux parler à mes amis russes lors du prochain forum de Valdaï, avec Vladimir Poutine. Car j’ai la conviction que l’Europe jouera un rôle clé pour éviter la cassure du monde. Son magistère ne tient pas aux leçons de morale et aux sanctions, mais à l’exigence du dialogue, à l’expérience et à l’exemplarité. Cessons les jeux de rôle à contre-emploi et agissons enfin en faveur de l’équilibre en allant à la rencontre de la Russie, de la Chine et du reste du monde.

19 octobre 2015, Le Figaro

1024 640 Dominique de Villepin

Nous ne pouvons pas gagner la guerre contre le terrorisme – CSOJ

Répondant aux questions de Frédéric Taddei sur le plateau de Ce soir ou jamais, Dominique de Villepin a rappelé qu’une « guerre contre le terrorisme » n’était rien d’autre qu’une fuite en avant menant à l’échec, ce à quoi il a opposé la nécessité de trouver une solution politique aussi inclusive que possible

 

150 150 Dominique de Villepin

Prenons les Russes au sérieux !

Dans un extrait vidéo d’une interview pour « Télématin » sur France 2, Dominique de Villepin estime que le manque de confiance et de dialogue avec la Russie est préjudiciable pour la résolution du conflit syrien

150 150 Dominique de Villepin

Le chemin de la paix passe par Moscou

Dans une interview pour FranceInfo, Dominique de Villepin insiste sur la nécessité de dialoguer avec le pouvoir russe pour espérer des avancées en Syrie

150 150 Dominique de Villepin

L’option militaire impossible en Syrie

Dans un extrait vidéo d’une interview pour FranceInfo, Dominique de Villepin rappelle les risques que comporterait une intervention militaire en Syrie.

 

150 150 Dominique de Villepin

Le dossier syrien est un rendez-vous essentiel pour François Hollande

Invité d’Yves Thréard dans Le Talk Orange – Le Figaro, Dominique de Villepin revient sur le défi que constitue la situation syrienne pour la diplomatie française

150 150 Dominique de Villepin

Syrie : la France peut et doit agir

Dans les ruines d’Alep, la communauté internationale à failli à sa tâche. La démission de Kofi Annan prend acte de la crise de légitimité sans précédent des Nations unies. Une époque née de la chute du Mur trouve ici son dénouement tragique. D’un côté, une Amérique et un Occident qui supportent d’autant moins le scandale de l’impuissance qu’il n’y a plus d’adversaire à blâmer, et qui interviennent tous azimuts, mêlant souci de l’humanité et intérêts stratégiques, au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, en Libye. De l’autre côté, des puissances soucieuses de stabilité, comme la Russie ou la Chine, qui font du droit international un rempart d’immobilisme et dont les troupes ne sortent jamais de leur pré carré supposé.

Nous sommes face à un dilemme. Si la communauté internationale n’intervient pas en Syrie, l’immobilisme aura triomphé et le monde du XXIe siècle sera celui des nouvelles barbaries, sagement abritées par des frontières complaisantes. Si nous intervenons militairement en Syrie, c’est le risque de la porte ouverte à toutes les croisades de l’empire du bien. Quand irons-nous, la fleur au fusil, dans l’est du Congo, où la guerre se rallume sans cesse, après trois millions de morts probables en une décennie tragique? Quand en Corée du Nord, en Iran?

Dans les deux cas, on nourrit l’engrenage explosif de la région et de ses acteurs les plus irresponsables, régimes radicaux, mouvements islamistes ou monarchies conservatrices.

En appelant à l’action rapide en Syrie, Nicolas Sarkozy refuse toute fatalité. Disons-le, la polémique, une fois n’est pas coutume, peut être fertile: elle permet d’abord de rappeler l’urgence du dossier syrien et ensuite de révéler les lignes de fracture françaises sur les questions internationales. Deux visions s’affrontent.

La première vision, c’est celle d’un message républicain de liberté et d’humanité qui ne peut s’arrêter à nos frontières, même s’il faut le soutenir par la force des armes. Une même filiation unit les enfants de 1789 aux plus sincères parmi les néoconservateurs. Nicolas Sarkozy reprend aujourd’hui ce flambeau, au nom de ce qu’il a voulu en Libye, il y a un an. Il est légitime qu’il s’y tienne, quitte à négliger les différences de terrain, d’environnement et de risque militaire des deux situations. Pourtant, on ne fait pas une politique en enchaînant émotions et coups de force. Si la situation est si inextricable à l’ONU, c’est aussi parce que l’opération libyenne a fragilisé la responsabilité de protéger, désormais pour certains synonyme de changement de régime.

La deuxième vision, c’est, semble-t-il du moins, celle qui s’esquisse ces jours-ci à l’Élysée et au Quai d’Orsay, celle d’un réalisme soucieux non seulement de l’action immédiate, mais aussi des conséquences, au nom de la complexité de l’héritage historique de la France dans la région depuis le mandat colonial, au nom aussi d’une modestie affichée pour une «puissance moyenne». Mais attendre et expliquer qu’on ne peut rien faire n’est pas une politique.

Ce débat doit avoir lieu. Mais le choix, ce ne peut-être la guerre ou rien. La France peut et doit agir, même si l’option militaire est trop dangereuse. L’union de l’esprit d’initiative et du souci d’équilibre est le fil d’Ariane de la diplomatie française des grandes heures, et notamment du gaullisme. Nous avons su porter des principes dans l’affaire syrienne. Soyons aussi au rendez-vous de l’action, guidés par le souci permanent de sauver des vies humaines.

Priorité à l’humanitaire et à la poursuite des auteurs de crimes, car c’est la souffrance des victimes qui mobilise les consciences du monde entier. Il faut pour cela déployer des moyens humanitaires, notamment médicaux, comme la France s’apprête à le faire en Jordanie, mais également envisager des corridors humanitaires pour évacuer les dizaines de milliers de civils hors de l’enfer de la guerre. Poursuivre les coupables en même temps. Le droit international ne sera crédible que quand il saura châtier non seulement les dirigeants, mais tous ceux qui le méritent à chaque niveau de décision et qu’il aura les moyens d’agir, notamment sur les avoirs dans les paradis fiscaux. Il n’y a pas de droit sans possibilité de recourir à la contrainte. Mobilisons également les outils dans le domaine militaire et du renseignement. Si une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie paraît difficilement praticable, peut-être peut-on envisager de créer des couloirs aériens protégés. De surcroît, rien n’interdit à la Ligue arabe de prendre toutes ses responsabilités sur le terrain.

Mais il faut aussi préparer l’avenir de la Syrie et de la région, face notamment à un enjeu iranien qui est dans tous les esprits, face également aux risques qu’une partition du pays ferait courir à la stabilité régionale. Quelle serait l’action d’un petit État alaouite surarmé et fanatisé? Nul ne le sait, mais il est évident que la menace pour Israël en serait encore accrue. Pour relever le défi, nous n’avons pas le droit de renoncer à la diplomatie parce qu’elle aurait déçu. Elle reste la seule réponse qui dure dans un monde imparfait. Renouons les fils et saisissons toutes les opportunités avec tous les acteurs internationaux et régionaux et, de ce point de vue, après Kofi Annan, le travail de médiation demeure indispensable.

Hors des alternatives stériles s’ouvre le chemin du devoir et de l’action.

10 août 2012, Le Figaro