Tag

Irak

publicsenat
1024 325 Dominique de Villepin

Peut-on réformer l’ONU ?

Invité de Nora Hamadi sur Public Sénat, Dominique de Villepin et Jean Ziegler ont échangé sur l’efficacité de l’ONU et sur la capacité de la communauté internationale à la reconstruire et la réformer


linvite
1024 493 Dominique de Villepin

Changer un régime, aussi mauvais soit-il, ne règle rien

Invité de Patrick Simonin sut TV5 Monde, Dominique de Villepin est revenu sur la vision du monde portée par nos démocraties dans un monde en guerre, regrettant que la politique ait cédé le pas à l’outil militaire.

more-than-war-speeches
1024 614 Dominique de Villepin

We need much more than war speeches. We need political action

 – Dans une interview en anglais donnée à The Guardian, Dominique de Villepin critique la rhétorique guerrière des pays occidentaux, à laquelle il souhaiterait voir se substituer une volonté politique plus efficace  –

Air strikes can help weaken Isis, but no one would consider it wise today to send troops to the Middle East. Because we know that after Syria and Iraq, we will have to do the same in Libya, in Nigeria and Chad, in Somalia, maybe tomorrow in the Gulf states or in central Asia. The logic of war would imprison us in lasting military occupation of large parts of the world, without any guarantee of success. Has any military intervention since 2001 been a political success? Afghanistan? Iraq? Libya?

We need much more than war speeches. We need political action. We need the world to stand united in the fight against terrorism. Not the western world, but the whole world. That was my belief in 2003, when France opposed the war in Iraq, and this is still my belief today.

First, we need the Muslim world to stand at our side. Because going to war on our own will only remove the burden of responsibility from some of the countries at the forefront. Why should they take difficult decisions if we do what it takes in their place? It will also allow some countries of the region to pursue their own interests and hidden agendas, as well as to settle old neighbourhood disputes while seeming to fight Isis.

Who really fights Isis in Syria and Iraq? Not the Assad regime, which needs this devil to find legitimacy and a foothold against rebel movements. Not Turkey, which is at least as much concerned by Kurdish separatism. Not Saudi Arabia, which wishes before all to keep the trust of its people by being hard on Iran and Shia movements. And the people of the region sometimes feel the threat of Isis weighs less than the hundreds of thousands who have died in the bloodbath of the Middle East in the past three decades, in their view because of regimes supported by the west or because of western military interventions. Let’s be aware of what many think in the Middle East: “This is not our war”.

Second, we need the whole international community to stand united against terrorism. But how could it be so if we give the impression of double standards, that victims in Russia or in China are not quite as innocent as ours? This is not a threat only for the western world. All five permanent members of the UN Security Council have had to face massive attacks in the past decade, with 9/11; the London bombings of 2005; the attack on a school in Beslan, Russia, in 2004; the bombings in Kunming, China, last year. Over two-thirds of mankind are today in direct danger, including India, south-east Asia, central Asia, west and east Africa. Islamist terrorism has become a worldwide concern.

Third, even within the western world, there is still a long way to go to define a common strategy. The diplomatic discussions in the past weeks have shown how few European countries were willing to engage in this war, despite last week’s decisions of the British and German parliament to participate or support the French and American air strikes, out of fear of the risks of increased exposure it would represent to their populations.

The unity of Europe is all the more crucial, as the disintegration of European solidarity is one of the main objectives of the terrorists, aiming at isolation, distrust and fear. Likewise, the US has sounded half-hearted in their support of the French strategy, because of their Iraqi experience. Today, we need to speak with one voice to address the terrorist threat effectively.

Our first task is to develop global awareness and unity. We need a new Atlantic Charter, on a worldwide basis, expressing the common will of all powers. But for this, we need to reach out to other powers, in particular to China and Russia. United, we will be able to send out a message against the terrorists that will be heard in the Muslim world; we will be able to give ourselves the tools to asphyxiate Isis in its home territory by cutting off its communications, its recruitment and its access to easy money through oil, antiquities and human trafficking. This requires at the same time a combination of air strikes, support of regional troops and strong political co-ordination.

Our common task – and it will be a long one – is also to fight all Islamist terrorism. If we overcome Isis, it should not be at the price of a greater danger arising elsewhere. This is exactly what happened in the fight against al-Qaida. True, the central organisation has been weakened, even if in Yemen, Libya, Syria and western Africa the remains of al-Qaida are still active. But in the meantime, we allowed the emergence of a new threat, taking advantage of our mistakes: a global terrorist movement with a territorial base and the ideological appeal of a reborn caliphate.

Overcoming terrorism itself can only be achieved through the stabilisation of the Middle East, which is suffering a catastrophe of historic dimensions comparable only to Europe’s suicide between 1914 and 1945. This can only be done by the pressure of the international community on all regional powers, in a permanent regional security conference that could create mechanisms preventing escalation, as the Helsinki conference did in Europe during the Cold War.

In Syria, we need local truces and ceasefires between government and rebel forces wherever possible in order to create political momentum for a transition of power and to concentrate forces against Isis. And this can be done only by including Turkey, Iran, Saudi Arabia and Russia.

Overcoming terrorism also means cutting the roots it has dug in our own societies. We have to be aware that the ideology of Islamist radicalism is gaining ground among the children of Muslim immigrants in our countries. This is fuelled by rejection and loss of identity and is growing among the children of the middle classes of mass consumption societies, who aspire to the clear-cut moral code of radical Islam, to a model of unconditional authority and submission, to a vision of supreme heroism freeing them from the feeling of mediocre and invisible lives.

These violent sects feed on the wounds of our liberal societies, on our shortcomings and on our inability to propose positive visions of the future. Our message should be that everyone matters.

Our weapon against terrorism is peace. Not peace with the terrorist movements, of course, but civil peace and regional peace everywhere that war is feeding radicalisation and terrorism. And peace with ourselves to avoid division and mistrust in our midst.

6 décembre 2015, The Guardian

cessons-guerres
1024 513 Dominique de Villepin

Cessons ces guerres suicidaires et donnons enfin une chance à la paix !

– Dans une tribune parue dans Le Monde, Dominique de Villepin revient sur la décision française d’intervenir en Irak contre l’Etat islamique –

 

La France se renie quand elle croit que la guerre contre le terrorisme est la solution. Cette guerre est sans victoire possible comme l’ont montré l’Afghanistan et l’Irak. C’est la loi des guérillas. C’est une guerre perpétuelle face à un ennemi sans cesse renaissant qui grandit en légitimité, visibilité et crédibilité. Cette guerre est sans espoir. Même si nous écrasons l’« Etat islamique » (EI), ce sera au prix de l’émergence d’un nouveau péril, chiite ou sunnite, islamiste ou nationaliste. Dix ans d’interventions incohérentes au Moyen-Orient ont enfanté et nourri l’EI.

Cette guerre est sans effet. Le gouvernement s’engage en espérant qu’une guerre télévisée et téléguidée répondra à la légitime émotion des Français face à la barbarie. Fer de lance médiatique de la coalition et supplétif d’une guerre en trompe-l’œil sur le terrain, la France risque de perdre sur les deux tableaux, exposant son territoire et ses ressortissants à travers le monde aux attentats et aux enlèvements.

L’EI EST UNE MENACE D’UN NOUVEAU GENRE
Bien sûr il faut agir. Tout le piège de cette logique de guerre consiste à nous enfermer dans le tout ou rien. L’efficacité en matière internationale est affaire de marges de manœuvre, de responsabilisation des partenaires et d’exploitation de toute la gamme des instruments, y compris l’outil militaire. L’EI est une menace d’un nouveau genre, inquiétante, hybride de parti totalitaire fanatisé, d’organisation criminelle lucrative et d’« entrepreneur de guerre » plaçant sa marque sur le marché mondial. Il tient son pouvoir sur son territoire de l’alliance avec des débris du régime de Saddam Hussein et avec des chefs de tribu et de quartiers sunnites, rejetant le pouvoir sectaire chiite.

Il faut donc une stratégie politique d’asphyxie de l’EI, en tarissant les revenus des puits de pétrole mais aussi les circuits de contrebande. En le privant aussi de ses soutiens sunnites modérés à travers un dialogue inclusif leur offrant des garanties politiques dans le nouvel Irak. En asséchant enfin son vivier de recrutement. Pour l’EI stagner, c’est déjà s’éteindre. Des interventions militaires ciblées sont nécessaires pour l’endiguer, mais elles doivent être en priorité le fait des pays de la région en appui des forces locales, irakiennes, kurdes, jordaniennes, syriennes libres.

UNE STRATÉGIE DE PROTECTION POUR NOS RESSORTISSANTS
Il faut une stratégie de protection pour nos ressortissants et nos territoires qui, sans brader notre attachement aux libertés individuelles et aux principes démocratiques, permettrait d’améliorer nos capacités de prévention de la radicalisation, en prison notamment ou sur Internet. Tirons les leçons des erreurs commises afin d’améliorer le fonctionnement de nos services judiciaires et de renseignement par une meilleure coordination européenne.
Depuis dix ans, je plaide pour des solutions aux crises évitant la guerre, comme en Irak en 2003 par des inspections renforcées. En 2011, en Libye, je défendais une zone d’exclusion aérienne et un soutien aux rebelles, sans franchir la ligne rouge du changement de régime. En Syrie, je proposais des sanctions internationales et la constitution de corridors humanitaires pour sauver les civils. A chaque fois on m’a objecté cet argument : c’est la guerre ou rien. Et même si la guerre ne sert à rien. Pourquoi cette logique aveugle ? Parce que la France ne croit plus en elle-même. Parce qu’elle est comme possédée par le vertige des idées simples. Depuis sept ans, elle a glissé dans un militarisme démocratique et occidentaliste qui traduit son doute sur son avenir et sa vocation. Elle s’enfonce chaque jour davantage dans un esprit de corps expéditionnaire mollettiste qui fleure la IVRépublique.

LA PEUR DU MONDE ET DES AUTRES
Mais le mal est plus large. Il s’est emparé de l’Occident. La guerre contre le terrorisme trahit une vision du monde. C’est la tentation du suicide d’une civilisation souffrant du sentiment de l’impuissance et du déclin, de la peur du monde et des autres et de la conviction de la supériorité morale. L’islamisme est un vertige nihiliste. Le Moyen-Orient traverse une crise de modernisation qui tourmente les identités confessionnelles et nationales. Les solidarités traditionnelles, fragilisées par la colonisation, sont balayées par la mondialisation, le développement, l’émergence des classes moyennes, l’essor des communications, réveillant vieux démons et nouvelles peurs.
La « guerre globale contre le terrorisme » imaginée par George Bush fait écho au califat global. Même penchant pour l’idéologie, même réflexe de la force, même passion des images. C’est le piège de la concurrence des victimes et du tango des abattoirs. Se nourrissant l’un l’autre, ils donnent mutuellement corps à leurs angoisses. Le terrorisme islamiste se délecte de mettre en scène ses victimes, les Occidentaux à cacher leurs « dommages collatéraux ». Culte du sacrifice du corps transformé en arme dans les attentats-suicide, contre obsession de la guerre « zéro risque » où les drones font s’abattre le châtiment du ciel. Deux étendards donnant un sens global à des combats locaux. Deux langages exprimant des peurs existentielles. Au risque de la destruction mutuelle.
Nous franchissons un pas de plus vers la guerre de civilisations. Mais tout n’est pas perdu. Il reste une chance pour une paix d’initiative et d’audace, à condition de rompre avec la logique de guerre. Face au terrorisme, il faut rechercher des paix locales. Renforçons tout d’abord les Etats-nations défaillants. Ils sont le vivier des dérives identitaires. L’Union européenne pourrait mettre à disposition des Nations unies une plate-forme de reconstruction des Etats pour consolider les administrations et les services publics dans les pays en conflit (Mali, Centrafrique, Ukraine).
Favorisons aussi une stratégie de dialogue. La reconnaissance des minorités, les formes de représentation politique, l’autonomie sont les clés de la pacification. C’est la tâche essentielle de susciter le dialogue chiites-sunnites, en mettant autour de la table l’Arabie saoudite et l’Iran.
Cela passe enfin par une force de réaction militaire multilatérale des Nations unies, qui nous sorte de la logique du tout ou rien, en inventant une vraie force de paix, au risque d’une présence au sol. En Irak ou en Syrie une interposition temporaire entre les communautés pourrait être nécessaire. L’ambition d’un tel programme n’a d’égal que le péril dans lequel nous jette la spirale de la guerre permanente. C’est la vocation de la France de porter la voix et la vision de la paix.

30 septembre 2014, Le Monde

irak
1024 672 Dominique de Villepin

En Irak, les «Somnambules» sont de retour

– Dans une tribune parue dans Libération, Dominique de Villepin revient sur la difficulté d’intervenir à nouveau en Irak, dix ans après l’intervention américaine dans le pays –

 

Les «Somnambules» sont de retour. C’est par ce nom qu’un historien anglais a désigné les puissances européennes dans leur marche inexorable à la guerre à l’été 1914. C’est l’impression que donnent les puissances occidentales et moyen-orientales réunies à Paris par les présidents français et irakien. Somnambules parce qu’incapables de sortir de la répétition névrotique. En dépit des échecs de toutes les opérations accumulées depuis 2001, en dépit de l’évidence que l’Etat islamique est le résultat de cette succession de stratégies contre-productives, ils continuent à envisager les mêmes opérations, les mêmes coalitions. Souvenons-nous de l’Afghanistan qui n’a pas de président et est localement aux mains de groupes qui n’ont rien à envier aux talibans. Souvenons-nous de l’Irak en 2003, bien sûr. Mais souvenons-nous aussi de la Libye et ouvrons les yeux sur ce qu’elle est devenue, une zone de non-droit et un maquis de factions islamistes rivales où la France envisage déjà une nouvelle intervention. Et après-demain, où irons-nous ? Au Nigeria contre le califat de Boko Haram, ni moins cruel ni moins inquiétant.

Somnambules aussi parce qu’incapables de résister à la pression des opinions publiques et au déferlement d’images cauchemardesques. On frappe pour se donner bonne conscience, pour ne pas laisser impunie la barbarie. Mais quel sens cela a-t-il si cela crée des vocations pour dix nouveaux fous de Dieu ? Somnambules, enfin, parce qu’il n’y a personne pour les réveiller. Aucune voix ne se lève pour dire, preuves à l’appui, qu’ils courent une fois de plus dans le mur. Ce serait pourtant là la responsabilité historique de la France, sa véritable vocation. Car oui, la France est une puissance responsable dans le monde, mais elle est surtout, et tout particulièrement, une grande voix capable d’éveiller les consciences et de tracer des alternatives.

Il est temps d’ouvrir les yeux, avant que nous nous enfoncions encore un peu plus loin dans le cauchemar moyen-oriental. Evitons d’ajouter un nouvel échec à la longue liste et cessons de jouer les apprentis sorciers. Cette opération est un va-tout militaire qui cache sous les uniformes une absence de stratégie. On ne part pas en guerre pour éradiquer un ennemi, mais pour gagner des points d’appui pour la paix. Que va-t-il se passer avec cette opération de grande ampleur. Elle va amalgamer par un réflexe de solidarité identitaire une partie des populations sunnites ambivalentes à l’égard de l’Etat islamique. Des idées simples iront nourrir la victimologie sunnite : voyez tous nos ennemis coalisés, chiites, kurdes et occidentaux. Nous sommes seuls à défendre le peuple sunnite. Elle va déresponsabiliser les Etats de la région qui peuvent se contenter d’un soutien de façade, en sous-main ou humanitaire, là où ils doivent apparaître en première ligne de la réponse collective.

Elle va laisser de côté des Etats indispensables pour une vraie réponse mondiale, mais qui ne veulent pas s’engager sous l’étendard de l’Occident. Où seront la Russie, l’Inde, la Chine dans l’action au quotidien, alors que ces trois puissances majeures sont confrontées sur leur sol au terrorisme islamiste ? Elle va laisser un vide qui sera occupé, comme à chaque fois, par un nouvel acteur radicalisé. Dernier argument en faveur de l’intervention : nous n’avons pas le choix. Argument faux et argument de Somnambules s’il en est. Face à l’Etat islamique, choisissons une stratégie d’asphyxie politique de l’Etat islamique.

L’enjeu aujourd’hui, c’est de construire une stratégie politique, avec une vision de longue durée et un recours ponctuel à l’outil militaire en vue d’objectifs précis, tant cet outil militaire dans des crises identitaires est susceptible de susciter frustrations et ressentiments. Qui est vraiment «l’Etat islamique». Ce n’est ni un Etat ni un empire théocratique naissant, c’est un acteur opportuniste, un entrepreneur de guerre ayant choisi une niche confessionnelle dans le vaste marché de la haine et de la violence. Il ne vise qu’à étendre ses profits, son nombre d’adhérents et son emprise territoriale. Il se nourrit d’images, celles de bourreau et de martyr lui étant aussi profitables en attirant des masses de nouveaux jihadistes. Il s’étend par une tactique du moindre coût en évitant les combats trop difficiles et en se concentrant sur les adversaires les plus faibles, l’armée irakienne en territoire sunnite ou l’Armée syrienne libre en Syrie. Il vise surtout à éteindre la concurrence pour s’imposer sur son marché, face à Al-Qaeda, face à Al-Nosra ou d’autres.

Premier point, mener une stratégie efficace contre un tel acteur signifie l’assécher en verrouillant les frontières et en agissant contre les réseaux mafieux prêts à acheter du pétrole à l’Etat islamique. Un tel acteur, s’il n’avance pas, recule. Il faut donc opposer des verrous pour empêcher toute avancée, en renforçant les capacités de la Jordanie, du Kurdistan, de l’Armée syrienne libre.

Deuxième point, il s’agit ensuite de détacher les tribus sunnites de l’Etat islamique en reprenant une politique de dialogue avec les tribus comme celle du Réveil de 2006-2007 contre Al-Qaeda offrant une place aux tribus dans la nouvelle organisation administrative, sécuritaire et politique de l’Etat irakien. Nous pouvons ainsi le priver de soutiens.

Troisième point, les Etats de la région doivent se mobiliser pour apporter une réponse militaire et politique commune, à laquelle l’Europe et les Etats-Unis pourront apporter leur appui.

Quatrième point, il faut réduire par le dialogue le fossé entre Arabie Saoudite et Iran qui nourrit aujourd’hui la fracture entre chiites et sunnites. Cela passe naturellement par une conférence régionale qui puisse se donner de véritables mécanismes de sécurité contre les acteurs opportunistes. L’Etat islamique est aussi le produit des doubles jeux et des arrière-pensées des Etats de la région. C’est vrai de toute évidence pour la Syrie de Bachar Al-Assad. Mais c’est vrai aussi pour les monarchies du Golfe, pour l’Arabie Saoudite et le Qatar, dont les rivalités et les peurs respectives ont beaucoup nui à l’équilibre de la région. C’est vrai également de certains courants de pensée en Turquie qui se fixent d’autres priorités et notamment la question du Kurdistan.

Cinquième point, il s’agit également d’institutionnaliser une réponse globale au terrorisme en y impliquant toutes les grandes puissances concernées et volontaires, un G20 de l’antiterrorisme. Il faut notamment travailler avec la Chine, la Russie, l’Union africaine sur ces sujets. Il faut développer de nouveaux outils de coopération concernant le renseignement et la justice. Face à une menace internationalisée, il faut des réponses transnationales. Voilà ce que la France pourrait proposer. Voilà où elle pourrait faire entendre sa différence au lieu de chercher la gloire et la reconnaissance internationale dans un rôle de chef de file de l’occidentalisme armé et moralisateur qui laisse un arrière-goût de IVe République. Cela signifie renouer avec nos valeurs d’indépendance, d’équilibre et de dialogue.

17 septembre 2014, Libération

030402-N-5362A-009
Southern, Iraq (Apr. 2, 2003) -- A U.S. Army soldier stands guard duty near a burning oil well in the Rumaylah Oil Fields in Southern Iraq.  Coalition forces have successfully secured the southern oil fields for the economic future of the Iraqi people and are in the process of extinguishing the burning wells that were set ablaze in the early stages of Operation Iraqi Freedom.  Operation Iraqi Freedom is the multi-national coalition effort to liberate the Iraqi people, eliminate Iraq's weapons of mass destruction and end the regime of Saddam Hussein.  U.S. Navy photo by Photographer's Mate 1st Class Arlo K. Abrahamson.  (RELEASED)
672 1024 Dominique de Villepin

Irak: Le triple échec du recours à la force

 Dans une tribune parue dans Le Monde, Dominique de Villepin s’interroge sur le bienfondé d’une nouvelle intervention en Irak –

Peut-on arrêter la quatrième guerre d’Irak ?

Après l’offensive victorieuse des djihadistes dans le nord-ouest du pays, l’Irak entre dans sa quatrième guerre en trente ans : guerre contre l’Iran (1980-1988), guerre contre la coalition internationale (1991), guerre contre les Etats-Unis et le Royaume-Uni (2003) et maintenant guerre entre sunnites et chiites. Ce retour de l’Irak sur le devant de la scène cristallise en fait les rivalités entre l’Iran et l’Arabie saoudite, deux puissances régionales. Il reflète aussi les déviances du système international depuis la fin de la guerre froide en 1991 et interpelle notamment les Occidentaux sur leurs responsabilités dans les interventions militaires, nécessaires ou désastreuses, dont l’Irak est le symbole

Les bouleversements en Irak signent le triple échec du recours à la force depuis 2001. Echec de la  » guerre contre le terrorisme «  dont je n’ai cessé de dire qu’elle était un fantasme dangereux qui ne pouvait aboutir qu’à faire le jeu des extrémistes en leur conférant de la crédibilité.

Deuxième échec : le changement de régime par la force devait, en Irak comme en Libye, importer la démocratie dans les fourgons des armées. Résultat : des Etats faillis tombent aux mains de factions instables ou d’un pouvoir sectaire qui remplace une oppression par une autre, dans l’organisation de l’armée et de l’administration.

Troisième échec : celui de la construction nationale au moyen de la force comme en rêvent les ingénieurs politiques américains. Dans l’Orient compliqué, il y a eu la tentation de faire table rase pour construire de nouvelles nations. C’était ne pas voir qu’on ouvrait la boîte de Pandore communautaire et que, tôt ou tard, on verrait toutes les frontières héritées de l’âge colonial remises en cause au nom des puretés ethniques, tribales ou confessionnelles.

Il est nécessaire de rappeler ce diagnostic, non pour se glorifier d’avoir prévenu, ce qui ne sert à rien, mais pour alerter sur les périls de l’avenir. S’il y a eu un triple échec de la force sur le terrain, il y a eu, malgré tout et de façon inquiétante, un triomphe de la force dans les esprits.

Un monde sans gagnants

Deux logiques implacables sont à l’oeuvre. Il y a, dans tout l’Occident, une tentation du recours à la force parce qu’elle est supposée rapide, simple et efficace face au choc des images et des émotions. La guerre tout entière change de sens. Des démocraties militarisées imposent une guerre de drones sans hommes ni pertes, d’un côté tout au moins. Il n’y a plus une année sans désir ou décision d’expédition militaire. En Libye, au Mali, en Centrafrique, en Syrie, en Irak aujourd’hui, c’est toujours la même logique qui veut que, dans le doute, on dégaine son arme.

En même temps s’enracine au Moyen-Orient l’idée d’une force justificatrice et purificatrice qui doit venir à bout de tout ce qui est menaçant et étranger. La logique communautaire se nourrit de l’idée qu’on peut se séparer des autres par la force. Des raids de djihadistes sunnites, peu nombreux mais bien entraînés, suscitent des enrôlements de masse de miliciens chiites et la mobilisation de peshmergas kurdes. Ce sont des sociétés entières qui se mettent sur le pied de guerre.

Cet esprit guerrier nous conduits au bord de la désagrégation de l’ensemble du Moyen-Orient et de la communauté internationale aux points de vue de plus en plus irréconciliables. C’est un monde sans gagnants, où le seul enjeu est d’infliger plus de pertes aux autres qu’on en subit soi-même.

L’urgence, c’est de préserver l’unité de la communauté internationale et de se saisir de ce qui fait consensus, à savoir le risque de terrorisme international qui affecte les puissances. C’est l’occasion, peut-être unique, de rompre avec la  » guerre contre le terrorisme «  et de s’engager dans une vraie lutte contre ce fléau, qui doit être d’abord judiciaire, technologique, financière. Je crois que l’Europe et la France ont ici, à nouveau, une responsabilité particulière à exercer. La clé du succès de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), c’est l’accès à des financements massifs, soit par des bailleurs de fonds complaisants, soit par des trafics transnationaux ou des rançons.

Préserver l’unité du Moyen-Orient, c’est dépasser le clivage sunnites-chiites, qui devient la ligne de front communautaire de tout le Moyen-Orient, au sud de l’Irak par exemple, car cela entraînerait dans le chaos l’Iran, l’Arabie saoudite, la Jordanie et la Turquie. Une conférence régionale doit mettre autour de la table toutes les puissances autour de ce qui fait consensus pour chacune : la garantie des frontières dans un cadre de sécurité collective comme l’Europe a essayé de le mettre en ?uvre dans le passé.

Le succès de l’EIIL, c’est une coalition hétéroclite rendue possible par la conjugaison de l’effet de terreur et de l’effet de terrain, faisant des djihadistes soit des libérateurs, soit un moindre mal pour des populations sunnites qui se défient du régime en place. Il est encore temps d’imposer un gouvernement de réconciliation nationale, incluant toutes les communautés, ainsi qu’une réforme de l’administration et de l’armée donnant une place à chacun. C’est notre dernière chance avant la déflagration identitaire. Sachons la saisir.

19 juin 2014, Le Monde

150 150 Dominique de Villepin

Éviter un choc des civilisations

– Tribune initialement parue dans The Huffington Post – 

Ce ne sont pas seulement dix ans qui séparent l’intervention en Irak de 2003 et aujourd’hui, mais deux mondes.

Le monde d’aujourd’hui est tout à fait différent, d’abord parce que l’Amérique de Barack Obama semble n’avoir que très peu à voir avec celle de l’administration Bush.

Le monde est aussi très différent aujourd’hui, quand on regarde la France qui mène actuellement une coalition africaine au Mali pour combattre des groupes terroristes jihadistes liés à Al-Quaida, avec le soutien du Conseil de Sécurité et des États-Unis.

C’est aussi un monde complètement différent, où le Printemps arabe prouve que les peuples arabes ont envie de devenir les acteurs de leur propre histoire, mais sont touchés par de terribles contradictions, lesquelles conduisent paradoxalement à un renforcement sans précédent des mouvements islamistes.

Enfin, c’est un monde différent car avec la montée en puissance de la Chine, de la Russie, de l’Amérique latine, les pays occidentaux ne sont plus les seuls à déterminer ce qui est juste ou injuste.

Et ce nouveau monde a été profondément marqué par les choix des années 2002 et 2003, après le choc du 11 septembre, et plus particulièrement par les débats concernant l’intervention en Irak, qui avaient alors agité le Conseil de Sécurité. En tant que Ministre des Affaires étrangères en France sous la présidence de Jacques Chirac, je n’ai toujours eu qu’un seul objectif en tête, qui était pour moi l’essence du message et de l’expérience de mon pays: combattre sans relâche la violence terroriste, sans permettre pour autant la survenue d’un choc des Civilisations, tout simplement parce que notre passé nous a enseigné que c’était là exactement le but du terrorisme. Il vous faut gagner en même temps le combat et la paix.

En premier lieu, combattre les terroristes signifiait comprendre la véritable nature de cette nouvelle menace terroriste, résultant des évolutions de l’histoire, ce afin d’y trouver la parade la plus adéquate.

Cette menace était le résultat de la faiblesse de tout le Moyen Orient. Les terroristes se présentaient eux-mêmes comme les faibles dans une lutte contre les forts, les vengeurs isolés d’une population arabe victimisée. Cette faiblesse était leur légitimité et prétendre être en guerre constante avec eux ne pouvait que renforcer leur force politique. C’est pourquoi nous avons toujours mis en garde contre la fausse idée d’une « guerre contre le terrorisme ». Le contre-terrorisme n’est pas une contre-insurrection, c’est toute la leçon qu’a retenue la France de la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962. C’est pourquoi nous avons plaidé pour des initiatives significatives en faveur d’une coopération internationale des polices et services de renseignements contre les organisations criminelles après 2001, et que nous avons nous-mêmes mis en place une coopération exemplaire du renseignement avec nos Alliés, reconnue par le gouvernement américain.

C’est aussi un résultat dérivé de la globalisation. Pas dans son idéologie mais dans ses outils. Les terroristes s’appuyaient sur un réseau financier occulte et sophistiqué de paradis fiscaux, aussi bien que sur des communications modernes mondiales, satellites et Internet. C’est pourquoi nous avons insisté sur la nécessité de prendre des mesures à l’échelle multilatérale, en réglementant la finance et les communications mondiales, des mesures qui représentaient les points clé de la réunion du Conseil de Sécurité réclamée par la France en janvier 2003.

Mais en second lieu, combattre le terrorisme signifiait aussi éviter un choc des civilisations, qui constituait un haut risque dans un monde profondément divisé. La naissance de nouvelles puissances avait conduit à des haussements de ton, venant en particulier de la Chine et de la Russie. Avec un Occident déclinant mais convaincu de son bon droit, nous étions condamnés à faire éclater la communauté internationale, l’Occident contre le reste du monde. C’était le point-clé concernant l’Irak, particulièrement au regard de la position de la Russie, ainsi que de celle de la Chine, qui nécessitait d’être entendue et qui aurait pu mener à un compromis. C’est ce que nous avons essayé de toutes nos forces d’accomplir avec les Allemands, Gerhard Schroeder et Joschka Fischer, et avec les Russes, Vladimir Poutine et Igor Ivanov.

En effet, il nous semblait terriblement dangereux en 2002-2003 de compromettre l’action mondiale contre les terroristes en affaiblissant le Conseil de Sécurité des Nations Unies. L’essentiel de mon combat consistait à préserver la légitimité et l’unité des Nations Unies. La résolution 1441 restait à nos yeux le cadre légal approprié pour forcer l’Irak de Sadam à plus de coopération s’agissant des armes de destruction massive. Elle aurait pu devenir la base d’un consensus international avec un calendrier cohérent et des actions concrètes, les inspections de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA). C’est fort de cette conviction qu’en février 2003, au nom de la France et après bien des efforts pour trouver des solutions alternatives et des compromis, j’ai mis en garde contre une plus grande mise en danger de la légitimité des Nations Unies. Plus tard, le Président Chirac a déclaré qu’il était prêt à utiliser le droit de veto de la France au Conseil de Sécurité si une seconde résolution ne garantissant pas l’unité devait être proposée, ce qui ne s’est finalement jamais produit.

Oui, c’était un choix difficile à faire, mais je reste convaincu que cela n’a pas été un combat perdu. Certes, la guerre a eu lieu, mais avec ce choix, nous avons contribué à préserver la construction légale mise en place par nos ancêtres au milieu et à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En construisant des ponts vers d’autres mondes, plus de possibilités ont été ouvertes pour le futur, et en particulier pour l’influence et le pouvoir des pays occidentaux mis au défi. Plus encore, quelque chose d’imprévu a émergé de ce débat difficile, l’éveil mondial des opinions publiques à une forme de responsabilité commune.

Aujourd’hui, nous devons continuer à travailler dans le sens d’une action commune dans ce nouveau monde. Cela signifie nous interroger sur cette longue guerre qui a commencé en 2001 en Afghanistan, qui a non seulement été une réponse à une menace directe, mais aussi l’expression de la fascination occidentale pour la guerre et le pouvoir. Les batailles ont peut-être toutes été remportées en termes militaires, mais la guerre reste perdue en termes politiques. Parce que pour l’Occident, il semble toujours n’exister aucun autre pouvoir, aucune autre légitimité que la force, au moment même où cette force semble condamnée à s’affaiblir. Permettez-moi de vous présenter trois défis représentatifs.

La guerre des drones met au défi notre appréhension d’une lutte juste. Il est normal de vouloir protéger les précieuses vies de nos soldats, mais quelles sont les conséquences de cette guerre déshumanisée? Elle nous conduit droit vers un modèle de guerre de faible intensité mais permanente, dans lequel certaines nations technologiquement avancées pourraient intervenir où elles le souhaitent.

Deuxième défi, la place des médias dans ces guerres nous rend dépendants d’une mise en récit de la réalité qui bénéficie aux médias et aux hommes politiques, mais qui simplifie à outrance la réalité et nous rend aveugles aux conséquences à long terme. Nous sommes conduits à agir collectivement dans un présent permanent, faisant et défaisant avec le même volontarisme inutile. Nous sommes ainsi condamnés à l’échec.

Troisième défi: en intervenant trop souvent directement, nous mettons en péril le concept même de l’intervention humanitaire en la soumettant au devoir de protection. Si nous voulons préserver l’action humanitaire dans le futur, nous avons besoin de définir de façon plus claire la limite entre action humanitaire et interventionnisme politique conduisant à un changement de régime.

Il est temps de concevoir une autre forme de pouvoir pour notre action future. Il est temps d’inventer une nouvelle responsabilité. Le terrible sort de la Syrie aujourd’hui sonne comme un appel à agir. Nous devons nous extraire de cette impasse entre usage systématique de la force et impuissance. Agissons maintenant. Dans ce but, comme hier, nous avons besoin d’initiative, nous avons besoin de légitimité pour notre action commune, et nous avons besoin de reconstruire l’unité de notre communauté internationale.

20 mars 2013, Huffington Post

discoursonu
944 762 Dominique de Villepin

Discours prononcé à l’ONU lors de la crise irakienne – 14 février 2003

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

Madame et Messieurs les Ministres,

Messieurs les Ambassadeurs,

Je remercie MM. Blix et El Baradei pour les indications qu’ils viennent de nous fournir sur la poursuite des inspections en Iraq. Je tiens à nouveau à leur exprimer la confiance et le plein soutien de la France dans leur mission.

Vous savez le prix que la France attache, depuis l’origine de la crise iraquienne, à l’unité du Conseil de Sécurité. Cette unité repose aujourd’hui sur deux éléments essentiels :

Nous poursuivons ensemble l’objectif d’un désarmement effectif de l’Iraq. Nous avons en ce domaine une obligation de résultat. Ne mettons pas en doute notre engagement commun en ce sens. Nous assumons collectivement cette lourde responsabilité qui ne doit laisser place ni aux arrière-pensées, ni aux procès d’intention. Soyons clairs : aucun d’entre nous n’éprouve la moindre complaisance à l’égard de Saddam Hussein et du régime iraquien.

En adoptant à l’unanimité la résolution 1441, nous avons collectivement marqué notre accord avec la démarche en deux temps proposée par la France : le choix du désarmement par la voie des inspections et, en cas d’échec de cette stratégie, l’examen par le Conseil de Sécurité de toutes les options, y compris celle du recours à la force. C’est bien dans ce scénario d’échec des inspections, et dans ce cas seulement, que pourrait se justifier une seconde résolution.

La question qui se pose aujourd’hui est simple : considérons-nous en conscience que le désarmement par les missions d’inspection est désormais une voie sans issue ? Ou bien, estimons-nous que les possibilités en matière d’inspection offertes par la résolution 1441 n’ont pas encore été toutes explorées ?

En réponse à cette question, la France a deux convictions:

la première, c’est que l’option des inspections n’a pas été conduite jusqu’à son terme et peut apporter une réponse efficace à l’impératif du désarmement de l’Iraq ; la deuxième, c’est qu’un usage de la force serait si lourd de conséquences pour les hommes, pour la région et pour la stabilité internationale qu’il ne saurait être envisagé qu’en dernière extrémité.

Or, que venons-nous d’entendre, à travers le rapport de MM. Blix et El Baradei ? Nous venons d’entendre que les inspections donnent des résultats. Bien sûr, chacun d’entre nous veut davantage et nous continuerons ensemble à faire pression sur Bagdad pour obtenir plus. Mais les inspections donnent des résultats.

Lors de leurs précédentes interventions au Conseil de sécurité, le 27 janvier, le Président exécutif de la CCVINU et le Directeur général de l’AIEA avaient identifié précisément les domaines dans lesquels des progrès étaient attendus. Sur plusieurs de ces points, des avancées significatives ont été obtenues :

Dans les domaines chimique et biologique, les Iraquiens ont remis de nouveaux documents aux inspecteurs. Ils ont aussi annoncé la création de commissions d’investigation, dirigées par les anciens responsables des programmes d’armements, conformément aux demandes de M. Blix ;

Dans le domaine balistique, les informations fournies par l’Iraq ont permis aux inspecteurs de progresser également. Nous détenons avec précision les capacités réelles du missile Al-Samoud. Maintenant, il convient de procéder au démantèlement des programmes non-autorisés, conformément aux conclusions de M. Blix ;

Dans le domaine nucléaire, des informations utiles ont été transmises à l’AIEA sur les points importants évoqués par M. El Baradei le 27 janvier dernier : l’acquisition d’aimants susceptibles de servir à l’enrichissement d’uranium et la liste des contacts entre l’Iraq et le pays susceptible de lui avoir fourni de l’uranium.

Nous sommes là au cœur de la logique de la résolution 1441, qui doit assurer l’efficacité des inspections grâce à une identification précise des programmes prohibés, puis à leur élimination.

Nous sommes tous conscients que le succès des inspections suppose que nous aboutissions à une coopération pleine et entière de l’Iraq. La France n’a cessé de l’exiger. Des progrès réels commencent à apparaître :

L’Iraq a accepté le survol de son territoire par des appareils de reconnaissance aérienne ; Il a permis que des scientifiques iraquiens soient interrogés sans témoins par les inspecteurs ; un projet de loi prohibant toutes les activités liées aux programmes d’armes de destruction massive est en cours d’adoption, conformément à une demande ancienne des inspecteurs. L’Iraq doit fournir une liste détaillée des experts ayant assisté en 1991 aux destructions des programmes militaires.

La France attend bien entendu que ces engagements soient durablement vérifiés. Au-delà, nous devons maintenir une forte pression sur l’Iraq pour qu’il aille plus loin dans la voie de la coopération.

Ces progrès nous confortent dans la conviction que la voie des inspections peut être efficace. Mais nous ne devons pas nous dissimuler l’ampleur du travail restant à accomplir : des questions doivent être encore élucidées, des vérifications doivent être conduites, des installations ou des matériels doivent sans doute encore être détruits.

Pour ce faire, nous devons donner aux inspections toutes les chances de réussir.

J’ai fait des propositions le 5 février devant le Conseil. Depuis lors, nous les avons précisées dans un document de travail adressé à MM. Blix et El Baradei et communiquées aux membres du Conseil.

Quel est leur esprit ? Il s’agit de propositions pratiques et concrètes, qui peuvent être mises en œuvre rapidement et qui sont destinées à renforcer l’efficacité des opérations d’inspection. Elles s’inscrivent dans le cadre de la résolution 1441 et ne nécessitent par conséquent aucune nouvelle résolution du Conseil. Elles doivent venir à l’appui des efforts menés par MM. Blix et El Baradei. Ils sont naturellement les mieux à même de nous dire celles d’entre elles qu’ils souhaitent retenir pour assurer la meilleure efficacité de leurs travaux. Dans leur rapport, ils nous ont fait des commentaires utiles et opérationnels.

La France a déjà annoncé qu’elle tenait des moyens supplémentaires à la disposition de MM. Blix et El Baradei, à commencer par ses appareils de surveillance aérienne Mirage IV.

Alors oui j’entends bien les critiques :

Il y a ceux qui pensent que dans leur principe, les inspections ne peuvent avoir aucune efficacité. Mais je rappelle que c’est le fondement même de la résolution 1441 et que les inspections donnent des résultats. On peut les juger insuffisantes mais elles sont là.

Il y a ceux qui croient que la poursuite du processus d’inspection serait une sorte de manœuvre de retardement visant à empêcher une intervention militaire. Cela pose naturellement la question du temps imparti à l’Iraq. Nous sommes là au centre des débats. Il y va de notre crédibilité et de notre esprit de responsabilité. Ayons le courage de mettre les choses à plat.

Il y a deux options :

L’option de la guerre peut apparaître a priori la plus rapide. Mais n’oublions pas qu’après avoir gagné la guerre, il faut construire la paix. Et ne nous voilons pas la face : cela sera long et difficile, car il faudra préserver l’unité de l’Iraq, rétablir de manière durable la stabilité dans un pays et une région durement affectés par l’intrusion de la force. Face à de telles perspectives, il y a l’alternative offerte par les inspections, qui permet d’avancer de jour en jour dans la voie d’un désarmement efficace et pacifique de l’Iraq. Au bout du compte, ce choix là n’est-il pas le plus sûr et le plus rapide ?

Personne ne peut donc affirmer aujourd’hui que le chemin de la guerre sera plus court que celui des inspections. Personne ne peut affirmer non plus qu’il pourrait déboucher sur un monde plus sûr, plus juste et plus stable. Car la guerre est toujours la sanction d’un échec. Serait-ce notre seul recours face aux nombreux défis actuels ? Donnons par conséquent aux inspecteurs des Nations Unies le temps nécessaire à la réussite de leur mission. Mais soyons ensemble vigilants et demandons à MM. Blix et El Baradei de faire régulièrement rapport au Conseil. La France, pour sa part, propose un nouveau rendez-vous le 14 mars au niveau ministériel, pour évaluer la situation. Nous pourrons alors juger des progrès effectués et de ceux restant à accomplir.

Dans ce contexte, l’usage de la force ne se justifie pas aujourd’hui. Il y a une alternative à la guerre : désarmer l’Iraq par les inspections. De plus, un recours prématuré à l’option militaire serait lourd de conséquences.

L’autorité de notre action repose aujourd’hui sur l’unité de la communauté internationale. Une intervention militaire prématurée remettrait en cause cette unité, ce qui lui enlèverait sa légitimité et, dans la durée, son efficacité.

Une telle intervention pourrait avoir des conséquences incalculables pour la stabilité de cette région meurtrie et fragile. Elle renforcerait le sentiment d’injustice, aggraverait les tensions et risquerait d’ouvrir la voie à d’autres conflits.

Nous partageons tous une même priorité, celle de combattre sans merci le terrorisme. Ce combat exige une détermination totale. C’est, depuis la tragédie du 11 septembre, l’une de nos responsabilités premières devant nos peuples. Et la France, qui a été durement touchée à plusieurs reprises par ce terrible fléau, est entièrement mobilisée dans cette lutte qui nous concerne tous et que nous devons mener ensemble. C’est le sens de la réunion du Conseil de Sécurité qui s’est tenue le 20 janvier, à l’initiative de la France.

Il y a dix jours, le Secrétaire d’Etat américain, M. Powell, a évoqué des liens supposés entre Al-Qaida et le régime de Bagdad. En l’état actuel de nos recherches et informations menées en liaison avec nos alliés, rien ne nous permet d’établir de tels liens. En revanche, nous devons prendre la mesure de l’impact qu’aurait sur ce plan une action militaire contestée actuellement. Une telle intervention ne risquerait-elle pas d’aggraver les fractures entre les sociétés, entre les cultures, entre les peuples, fractures dont se nourrit le terrorisme ?

La France l’a toujours dit : nous n’excluons pas la possibilité qu’un jour il faille recourir à la force, si les rapports des inspecteurs concluaient à l’impossibilité pour les inspections de se poursuivre. Le Conseil devrait alors se prononcer et ses membres auraient à prendre toutes leurs responsabilités. Et, dans une telle hypothèse, je veux rappeler ici les questions que j’avais soulignées lors de notre dernier débat le 4 février et auxquelles nous devrons bien répondre :

En quoi la nature et l’ampleur de la menace justifient-elles le recours immédiat à la force ?

Comment faire en sorte que les risques considérables d’une telle intervention puissent être réellement maîtrisés ?

En tout état de cause, dans une telle éventualité, c’est bien l’unité de la communauté internationale qui serait la garantie de son efficacité. De même, ce sont bien les Nations Unies qui resteront demain, quoi qu’il arrive, au cœur de la paix à construire.

Monsieur le Président, à ceux qui se demandent avec angoisse quand et comment nous allons céder à la guerre, je voudrais dire que rien, à aucun moment, au sein de ce Conseil de Sécurité, ne sera le fait de la précipitation, de l’incompréhension, de la suspicion ou de la peur.

Dans ce temple des Nations Unies, nous sommes les gardiens d’un idéal, nous sommes les gardiens d’une conscience. La lourde responsabilité et l’immense honneur qui sont les nôtres doivent nous conduire à donner la priorité au désarmement dans la paix.

Et c’est un vieux pays, la France, d’un vieux continent comme le mien, l’Europe, qui vous le dit aujourd’hui, qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie. Un pays qui n’oublie pas et qui sait tout ce qu’il doit aux combattants de la liberté venus d’Amérique et d’ailleurs. Et qui pourtant n’a cessé de se tenir debout face à l’Histoire et devant les hommes. Fidèle à ses valeurs, il veut agir résolument avec tous les membres de la communauté internationale. Il croit en notre capacité à construire ensemble un monde meilleur.

Je vous remercie.

150 150 Dominique de Villepin

Conférence de presse à New York le 20 janvier 2003

Aujourd’hui, dans le contexte de la présidence française du Conseil de sécurité, j’ai présidé une réunion sur le terrorisme. La lutte contre le terrorisme est une priorité pour nous. C’est une priorité pour la France et la communauté internationale au Nord et au Sud.

Nous souhaitons donner un nouvel élan à cette lutte avec quatre objectifs : tout d’abord, la nécessité de finir les travaux de négociation sur la Convention générale contre le terrorisme et la nouvelle Convention contre le terrorisme nucléaire. Nous avons également proposé la création d’un fonds de coopération et d’assistance contre le terrorisme visant à aider les Etats qui souhaitent renforcer leurs dispositions nationales. En outre, nous devons améliorer notre maîtrise des sources radioactives dans le monde. Deuxièmement, nous devons définir un nouveau calendrier. Il pourrait y avoir une nouvelle réunion ministérielle au Conseil de sécurité en septembre, en marge de l’Assemblée générale. Troisièmement, nous devons réaffirmer notre volonté commune d’agir ensemble. Tous les organismes pertinents des Nations unies seront mobilisés, y compris l’Assemblée générale, éventuellement dans le contexte d’une session extraordinaire. Nous avons également renforcé nos efforts ailleurs, comme au G8 et au GAFI. Nous devons en outre mettre fin aux dysfonctionnements de la communauté internationale qui appuient le terrorisme, à savoir les réseaux criminels, les centres financiers qui encouragent des transferts financiers peu clairs. L’unité est la clé du succès. Il est essentiel de la maintenir. Le terrorisme est un fait qui menace tout le monde, tout le temps, ainsi que la diffusion des armes de destruction massive, les crises régionales, les réseaux et le financement illégal.

J’aimerais dire maintenant quelques mots à propos de l’Iraq. La crise en Iraq est une épreuve pour nous tous. Les défis à relever sont énormes. Enormes, pourquoi ? Car nous ne pouvons séparer l’Iraq des autres questions sur la prolifération. Ce que nous faisons pour l’Iraq concernant la prolifération doit s’appliquer à toutes les autres crises. Si la guerre est la seule façon de résoudre le problème, nous entrons immédiatement dans une impasse. La communauté internationale doit clairement faire preuve d’initiative et d’imagination. Nous devons également préserver l’unité internationale. L’intervention militaire unilatérale doit être perçue comme une victoire pour la loi du plus fort, une attaque contre la primauté du droit et la moralité internationale.

En Iraq, nous avons tous fait, collectivement, le choix des inspections. Un choix en faveur de la légitimité qui a été approuvé par l’ensemble de la communauté internationale. C’est également un choix en faveur de l’efficacité. Des inspections ont lieu dans des conditions satisfaisantes. Déjà, nous savons, et c’est un fait avéré, que les programmes iraquiens de destruction massive ont essentiellement été interrompus, même gelés. Tous les jours, cela est confirmé par les informations que nous recevons sur le terrain, nous demandons de tout faire pour renforcer ce processus. Il y a également là un choix en faveur de la responsabilité. Si nous nous donnons les moyens d’agir, les inspections pourront être menées à terme. Une fois que MM. Blix et El Baradeï auront présenté leur rapport au Conseil de sécurité le 27 janvier, nous devrons examiner toutes les conséquences en vue de procéder à des éventuels ajustements en termes de ressources et de personnel. Et enfin, c’est un choix en faveur de la fermeté. L’Iraq doit comprendre qu’il est grand temps qu’il coopère de façon active, qu’il fournisse à la communauté internationale un tableau complet et global de ses programmes d’armes. Nous n’accepterons pas des zones d’ombre.

Etant donné que nous pouvons désarmer l’Iraq par des moyens pacifiques, nous ne devons pas courir le risque de mettre en danger la vie de civils ou de soldats innocents, mettre en danger la stabilité de la région ou même élargir le fossé entre les peuples et les cultures, entre nos peuples et nos cultures, et alimenter le terrorisme. L’unité des consultations qui ont été maintenues depuis le début de la crise iraquienne est exemplaire. Cela doit être à la base du traitement d’autres crises, notamment en Corée du Nord et au Moyen-Orient.

Nous devons, sur la Corée du Nord, savoir de quoi nous parlons, sur la préservation des instruments multilatéraux, sur la non-prolifération notamment le TNP, ainsi que sur la stabilité de la région et ailleurs. Là aussi, nous pensons qu’une démarche graduelle mais ferme est celle qui convient le mieux. Tous les canaux doivent être utilisés parallèlement : contacts bilatéraux, consultations régionales et consultations multilatérales, notamment dans le cadre de l’AIEA et du Conseil de sécurité. A chaque étape il est indispensable que les Etats de la région, notamment le Japon et la Corée du Sud, soient étroitement associés.

J’en arrive maintenant à la crise qui dure depuis le plus longtemps : le Moyen-Orient. D’un côté, le terrorisme frappe des innocents, de l’autre le sentiment d’injustice alimente des sentiments extrémistes. Quelles sont nos priorités à ce stade ?

Nous pensons qu’après les élections, il faudra publier la feuille de route du Quartet adoptée le 20 décembre avec sa mise en oeuvre immédiate. Dans la lignée de la feuille de route, il faut qu’il y ait des élections dans les Territoires palestiniens sur une plate-forme de paix et une conférence internationale sur le Moyen-Orient. La France veut s’engager résolument, en liaison avec ses partenaires, en donnant l’exemple en reconnaissant l’Etat palestinien dans ses frontières provisoires au terme d’un délai clairement fixé. Enfin il faut d’ores et déjà réfléchir à la question des garanties : garantie de la sécurité d’Israël, garantie de la justice due au peuple palestinien, garanties enfin pour le développement économique de l’ensemble de la région.

Je dois dire que j’ai été assez long dans cette intervention préliminaire, mais nous sommes persuadés, c’est là la démarche française, que tous les problèmes du monde sont liés entre eux. Et à problèmes mondiaux, il faut des solutions mondiales dans le cadre de la sécurité globale aux Nations unies.

Q – On a l’impression ici d’une France qui n’est pas constante, d’une France qui s’efforce de restreindre l’hyper-puissance alors qu’elle est prête à envoyer ses propres troupes à la bataille. Une France qui cède toujours à la pression. Premièrement, est-ce que cette impression est justifiée. ? Deuxièmement, le président Chirac a demandé que les inspecteurs aient un peu plus de temps pour leur travail en Iraq. Vous venez d’indiquer clairement que vous estimez que le processus doit être renforcé et amélioré, mais que le processus doit se poursuivre. La semaine dernière, Colin Powell a dit que, d’ici la fin du mois, il pensait qu’il y aurait suffisamment d’éléments ici pour justifier une deuxième résolution autorisant la guerre en Iraq. Y a-t-il une possibilité que l’Iraq renonce à son exigence en faveur d’inspections plus longues dans les deux ou trois semaines à venir ?

R – La position de la France sur l’Iraq, comme sur l’ensemble des sujets, est guidée par des principes forts : le droit, la morale, la solidarité, la justice. Ces principes ont guidé la France tout au long de la préparation de la résolution 1441. Cette résolution met en avant la nécessité d’avancer dans la recherche de la sécurité collective vers le désarmement de l’Iraq. Je tiens à rappeler que l’objectif de la communauté internationale, et il n’y en a qu’un seul, est le désarmement de l’Iraq. Et pour ce faire, nous nous sommes dotés d’un moyen : les inspecteurs qui travaillent sur place, ont des informations sur le terrain. Et nous avons établi un principe simple : ces inspecteurs font un rapport au Conseil de sécurité, ce qui permet au Conseil de sécurité d’avoir une évaluation satisfaisante de ce qui se passe sur le terrain, et, à partir de là, de prendre ses responsabilités. La France, sur l’ensemble de la planète est fidèle aux principes qu’elle émet. Et je crois pouvoir dire que la communauté internationale dans son ensemble le reconnaît. Aujourd’hui, nous le voyons bien : il y a un choix. Le choix, c’est de continuer, conformément aux choix que nous avons faits, dans la voie de la coopération. L’autre choix, c’est d’avancer, parce que nous serions impatients de la situation en Iraq, d’avancer dans la voie de l’intervention militaire. Nous pensons qu’aujourd’hui, rien ne justifie d’envisager l’action militaire. Cela fait moins de 60 jours que les inspecteurs travaillent sur place. Depuis deux mois, nous pensons que la mise en place des inspections et le travail qu’ils ont fourni – plus de 300 inspections par mois – constituent un travail satisfaisant. Alors certes, ce travail, nous pouvons l’améliorer, et la France est mobilisée pour faire en sorte que le travail des inspecteurs puisse se dérouler avec toujours plus d’efficacité. Et nous avons posé, comme un principe, bien sûr, la recherche de la coopération active de l’Iraq. C’est dans ce sens que nous travaillons. Et nous voyons bien, jour après jour, que les inspecteurs sont en situation d’avoir plus d’informations. Et nous voyons par ailleurs qu’aujourd’hui l’Iraq n’est pas en mesure de poursuivre réellement de nouveaux programmes, quand bien même il le voudrait, avec le nombre d’inspecteurs sur place. Voilà le choix qu’a fait la communauté internationale et que soutient la France. Alors, on peut, à un moment donné, décider de changer. Ce n’est pas nous qui changerions, ce sont ceux qui décideraient d’intervenir militairement qui changeraient. Le choix de la communauté internationale, c’est la coopération. Et nous disons que, tant que la coopération peut avancer, il faut que l’on continue dans la voie qui a été tracée. Si on décide de changer de pied et si les Etats Unis décidaient, à un moment donné, d’envisager une action militaire unilatérale, la première question que nous poserions, c’est celle de la légitimité de cette action. La deuxième question que nous poserions, c’est celle de l’efficacité de cette intervention. Parce que c’est une chose que d’intervenir militairement en Iraq, voire d’attaquer le régime de Saddam Hussein, de faire partir Saddam Hussein et de faire tomber le régime. C’est autre chose que d’avoir un Iraq uni, que d’avoir la région du Moyen-Orient stable et sûre. Quelles conséquences, par ailleurs, pour la communauté internationale en terme de sécurité ? Quelles nouvelles divisions verrait-on surgir sur la scène internationale ? Quels frustrations et sentiments d’injustice seraient nourris ? Notre sentiment, c’est que cette intervention, en terme d’efficacité, nous conduit dans une aventure où nous ne maîtrisons à aucun moment les acquis et les bénéfices. En conséquence de quoi, le choix est simple. Soit nous continuons patiemment mais avec la conviction qu’au bout du chemin, par la coopération, nous désarmerons l’Iraq, et c’est la conviction que la France exprime. Et c’est la conviction qu’expriment les inspecteurs. Nous verrons leur rapport le 27 janvier. Soit on considère qu’il y a un raccourci militaire et que par ce raccourci, on peut espérer aller plus vite à l’objectif. Nous disons, soyons prudents, le monde est malade, le monde est en grand désordre. Est-ce que le monde peut se permettre de telles initiatives dont nous savons qu’elles risquent de faire école ? Car le problème de la prolifération, ce n’est pas uniquement l’Iraq, c’est aussi la Corée du Nord, ce sont aussi d’autres Etats. Faudra-t-il alors envisager l’intervention militaire ou est-ce que l’intervention militaire seule suffira par un effet magique à régler tous les autres problèmes de la planète ? Soyons responsables. Constatons que la situation du monde est grave et qu’il faut s’attaquer à l’ensemble des problèmes en même temps avec l’atout que nous avons aujourd’hui. Et nous considérons que cet atout, il faut le valoriser : c’est l’unité et l’unanimité de la communauté internationale. Vous savez que la France a pris sa part dans l’adoption de la résolution 1441, avec nos amis américains, pour faire en sorte que cette unanimité soit possible. Cette unanimité, c’est pour la communauté internationale un bien précieux. Avant de prendre le risque de rompre cette unanimité, réfléchissons. C’est tout le sens des consultations que nous avons. J’ai rencontré Colin Powell hier, nous allons déjeuner avec le Secrétaire général des Nations unies et les quatorze autres ministres des Affaires étrangères. C’est l’occasion, véritablement, de nous concerter et ma conviction, c’est qu’il est possible aujourd’hui de s’entendre sur une voie déterminée, efficace et résolue, dans le cadre de la résolution 1441.

Q – Est-ce que vous êtes fermement convaincu que l’action militaire n’est pas justifiée ? Est-ce que la France est prête à opposer son veto si elle n’a pas assez d’assurance ou si elle est convaincue que l’Iraq ne viole pas de façon manifeste ses obligations ? Et j’ai l’impression que vous êtes en train de suggérer que même s’il y avait d’éventuelles preuves, vous pourriez décider que la force militaire n’est toujours pas justifiée, que cela pourrait provoquer trop de vagues.

R – L’attitude de la France en cas de deuxième résolution ou si les Etats-Unis décidaient de poursuivre dans la voie qui est la leur, nous l’avons dit depuis le début, le président de la République l’a dit clairement : nous ne nous associerons pas à une intervention militaire qui n’aurait pas le soutien de la communauté internationale, le soutien des Nations unies. Par ailleurs, nous pensons qu’une intervention militaire serait la pire solution et que le recours à la force ne peut être qu’un dernier recours, à supposer que toutes les autres voies aient été épuisées. A partir de là, vous évoquez le droit de veto. La France, comme membre permanent du Conseil de sécurité, assumera toutes ses responsabilités, fidèle aux principes qui sont les siens. Et je réponds une nouvelle fois à la question qui m’a été posée sur l’inconstance de la France : croyez bien qu’en matière de respect des principes, nous irons jusqu’au bout. Sur la question de l’intervention militaire et de la légalité qu’elle pourrait avoir, notre sentiment est très simple : tant que la coopération peut être explorée, tant que l’on peut avancer par la coopération avec les inspecteurs, il n’y a aucune raison de choisir la plus mauvaise des solutions, c’est à dire l’intervention militaire.

Q – A vous entendre et après avoir entendu M. Powell, on a l’impression que vous n’êtes absolument pas sur la même longueur d’ondes. Il vous a placés, vous et les autres membres du Conseil de sécurité, devant un ultimatum : « ralliez-vous à notre position, sinon vous verrez ». Est-ce que ceci est ressorti de vos échanges récents ? Vous avez parlé d’un échange que vous avez eu hier avec lui. Jusqu’où avez vous l’intention d’aller ? Et que pensez-vous de ses efforts et des efforts qui sont faits en vue d’envisager l’exil de Saddam Hussein ?

R – La relation avec nos amis américains est excellente. Elle l’est d’autant plus que, nos amis américains, comme nous-mêmes, nous parlons franchement. C’est-à-dire que quand nous nous voyons, nous nous disons les choses telles qu’elles sont. Nous n’avons rien à cacher et « entre quatre yeux », nous nous disons les choses telles qu’elles sont. C’est bien le sens de l’action de la diplomatie française et nous avons constaté, semaine après semaine, que la confiance est forte dans cette relation. Il se trouve que sur cette question, nous pouvons avoir des positions différentes. C’est bien justement les principes qui nous font diverger : le sentiment que la communauté internationale aujourd’hui peut espérer rechercher le moyen de trouver des solutions aux crises du monde et je l’ai dit, le terrorisme, la prolifération, les crises régionales, et qu’il est important de prendre le pouls du monde, le sentiment du monde, le sentiment de frustration, le sentiment d’injustice.

Prêtons attention aux peuples du monde. C’est une chose que de décider d’une intervention, c’est autre chose que de régler les problèmes. Pour régler les problèmes, il n’y a pas, malheureusement – nous aimerions qu’il y en ait- de baguette magique. Il n’y a que des efforts, que de la détermination, que de l’énergie, que de l’imagination qui rendent les choses possibles. Et c’est cette énergie, ce sont ces efforts, c’est cette patience que nous mettons au service de la coopération internationale. Parce que c’est la seule façon de régler la question de l’Iraq, de régler demain la question de la Corée du Nord, d’espérer reprendre l’initiative sur le Proche Orient. Voyez la situation dans laquelle nous sommes : l’une des plus vieilles crises de la planète, à laquelle il semblerait qu’aujourd’hui la communauté internationale ne prête pas attention, laisse faire la situation d’injustice qui est celle là. Comment voulez-vous que le monde arabe réagisse face à ces situations ? La France est comptable sur le plan international du respect des principes de droit, de morale, de justice et de solidarité. Et nous disons par ailleurs qu’il est temps de se poser les questions, toutes les questions, si une intervention militaire devait être envisagée. Qu’en sera-t-il demain ? Une fois de plus, le problème est plus difficile que de changer un régime. Et c’est bien pour cela que nous nous sommes fixé un objectif simple : le désarmement de l’Iraq. Et vous me posez la question de l’exil de Saddam Hussein. Ne nous détournons pas de notre objectif. Notre objectif, c’est le désarmement de l’Iraq, ce ne sont pas d’autres solutions dont certaines peuvent paraître aujourd’hui totalement fantaisistes.

Q – Vous avez convoqué aujourd’hui les ministres des Affaires étrangères des grandes puissances pour parler du terrorisme et nous sommes ici en train de parler essentiellement de l’Iraq. Est-ce que vous avez l’impression que les discussions ont été détournées et que si l’on parle trop de l’Iraq, on risque d’alimenter le terrorisme ?

R – Pour nous, toutes les questions sont liées. La planète est une. Et quand vous avez une situation de faiblesse de la communauté internationale, quand vous avez un monde qui a la fièvre, il est bien évident que cette fièvre, elle existe à la tête et aux extrémités. Elle existe partout. On ne peut pas isoler les parties de la planète. Nous voyons la multiplication des crises. Prenez depuis le 11 septembre, la multiplication des attentats qu’a connus la planète. Il y a évidemment un lien qui existe entre l’ensemble de ces situations. Et c’est pour cela que le choix du remède est si important. C’est pour cela que nous pensons que la vraie richesse de la communauté internationale aujourd’hui, c’est bien l’unité, l’unanimité. Nous ne serons efficaces que si nous agissons ensemble. Et toutes les tentations, la peur, la force, le scepticisme ne conduisent à rien. La communauté internationale a besoin de mobilisation. Et il n’y a pas, contrairement à ce que certains voudraient croire, d’un côté ceux qui veulent agir, de l’autre de présumés inconstants ou sceptiques qui se contenteraient de faire semblant d’agir. Non, il y a ceux qui pensent que certaines actions sont efficaces et d’autres qui pensent que d’autres peuvent l’être davantage. Et notre conviction, c’est que la coopération passe par les inspections, c’est là le vrai visage de l’action de la communauté internationale. Il faut être capable de prendre aujourd’hui le risque de la paix, de construire la paix, cela demande parfois plus d’exigence que de faire la guerre.