Tag

interventionnisme

150 150 Dominique de Villepin

Moyen-Orient, trois erreurs et une seule solution collective

La politique étrangère est désormais au centre du débat présidentiel. Comment pourrait-il en être autrement, quand la télévision déborde d’obus explosant à laMosquée omeyyade d’Alep, de menaces de marées noires dans le Détroit d’Ormuz, de la douleur d’avoir perdu un fonctionnaire exemplaire, qui a donné sa vie pour son pays et sa vision d’un nouveau Moyen-Orient démocratique et pacifié.

Le moment est venu pour les Etats-Unis de faire face à l’héritage d’un demi-siècle de politique au Moyen-Orient, l’héritage laissé par la Guerre Froide, ainsi que celui d’une décennie de néo-conservatisme. Certes, des erreurs ont été commises. Les changements sont nécessaires, maintenant. Et ils peuvent avoir lieu.

La première erreur est d’avoir légitimé la politique du changement de régime. « El sueno de la razon produce monstruos » représente Goya dans l’un de ses dessins fantastiques. Le sommeil de la raison engendre des monstres. Le néo-conservatisme a bien été l’un des derniers « sommeils de la raison ».

Y a-t-il eu un avènement de la démocratie dans les pays où les Etats-Unis se sont efforcés de l’établir une fois pour toutes ? Non. Ni l’Irak, ni l’Afghanistan, ni la Somalie ne sont aujourd’hui des démocraties.

Le Printemps arabe a eu lieu dans des pays où les Etats-Unis, comme d’autres pays occidentaux, ont soutenu des régimes qui paraissaient garantir un statu quo. Citons simplement le milliard de dollars annuel dépensés par les Etats-Unis pour procurer une assistance militaire à l’Egypte. Onze ans plus tard, le bilan est négatif. Les Etats-Unis ont moins d’influence, moins de légitimité, moins de perspectives.

La deuxième erreur a été de choisir d’incarner l’Occident. En réalité, ce n’est pas la vocation originelle de l’Amérique. Ce n’est pas l’image qu’avait ce pays soixante ans auparavant en Afrique et en Afrique du Nord. Alors que l’Europe se débattait avec les conséquences du colonialisme, l’Amérique symbolisait l’émancipation et la liberté, grâce à sa propre histoire.

Depuis le début du XXIème siècle, l’Amérique se voit de moins en moins comme l’image du Nouveau monde et se présente de plus en plus comme l’avant-garde de l’Occident. C’est la négation même de son passé de melting-pot et de refuge mondial. C’est aussi la négation de son avenir en tant que pays où le monde se sent chez lui, où la diversité des cultures cohabitent en paix.

La troisième erreur a été la diabolisation de l’ennemi. Je n’ai aucune sympathie pour le régime iranien. Mais regardez la situation actuelle. La communauté internationale perd son ascendant sur cette affaire, parce qu’elle ne comprend pas les dynamiques de la région. La situation iranienne n’est pas seulement celle d’une nation. C’est aussi celle d’un équilibre régional entre les pouvoir chiites et sunnites. Un Iran affaibli n’est pas un avantage pour le Moyen-Orient. Aujourd’hui, les chiites ont le sentiment de devenir des proscrits, en Syrie, au Liban, dans la Péninsule arabe, où leur destin ne semble pas autant peser dans la balance de l’opinion mondiale que les soulèvements sunnites de la région.

Diaboliser l’Iran fait aussi passer à côté des Iraniens eux-mêmes, parce que cette attitude a créé un sentiment d’humiliation chez un peuple fier et endurant. Cela a permis une dangereuse radicalisation et a placé les Iraniens démocrates et les modérés dans des situations difficiles.

Alors, où nous dirigeons-nous concernant le Moyen-Orient ? Les forces jointes du néo-conservatisme historique et du fondamentalisme sunnite créent aujourd’hui plusieurs menaces immédiates.

La balkanisation du Moyen-Orient avec encore plus d’états divisés entre des populations qui ne se voient plus vivre ensemble, comme l’Irak qui, depuis des années maintenant, se sépare en trois parties autonomes. Comme la Libye divisée en trois entre la Cyrénaïque, la Tripolitaine, et Fezzan. Comme le Soudan, coupé en deux ; comme le Mali, avec un nord indépendant et dominé par les Touaregs.

L’islamisation radicale des sociétés du Moyen-Orient est l’autre menace. Les mouvements salafistes prennent de l’ampleur, ils grandissent au milieu des frustrations sociales et des mécontentements, depuis l’Egypte où ils ont déjà gagné un quart des sièges du parlement. Quand l’Etat s’affaiblit, ils sont les premiers à portée de main, établissant une justice populaire dans les rues, contrôlant l’accès aux hôpitaux, distribuant l’aumône aux pauvres. Ce type de pouvoir a besoin d’ennemis, ils ont besoin de faire de l’Occident une figure diabolique, ils ont besoin d’avoir les chiites comme cibles de leurs prêches quotidiens.

Oui, le futur de cette région est peut être sombre. Et les enjeux pour le monde sont élevés. Mais la démocratie n’a pas encore perdu. Le moment est venu de montrer notre solidarité aux populations du Moyen-Orient.

Une quatrième erreur ne doit pas venir s’ajouter à cette liste, celle de l’inaction. L’Amérique a longtemps rêvé d’un Moyen-Orient qui se refaçonnerait tout seul. Mais une Amérique qui ne ferait rien ne ferait pas mieux. Et personne ne s’en porterait mieux. L’Amérique a un rôle à jouer, il y a une place pour son engagement. Son rôle est celui d’une action collective, celui de conduire les forces de toutes les initiatives diplomatiques de cette région.

Il faut s’engager à agir. Parce que les actions diplomatiques doivent correspondre aux discours. Aujourd’hui, en Syrie, personne ne peut accepter de rester passif ou indifférent. Ce qui arrive là-bas nous concerne tous. Mais il n’y a pas de solution facile. C’est pourquoi nous devons trouver le courage d’avancer pas à pas, petit à petit. Il y a des pistes à explorer, comme reconnaître un nouveau gouvernement formé par l’opposition unie et devant être aussi ouvert que possible ; comme créer des couloirs humanitaires aux frontières de la Turquie ou de la Jordanie ; comme créer les conditions nécessaires à une future unification du pays.

Il faut aussi s’engager au réalisme. Ce serait un formidable pas en avant de se débarrasser des fausses images ou des caricatures de l’Islam et des cultures arabes. Il n’existe pas une « nature » de l’Islam la conduisant à se tourner vers la violence ou le fanatisme. Il s’agit simplement de forces sociales et historiques qui pèsent lourdement sur une région aux problèmes complexes.

Il faut s’engager à établir la paix entre l’Israël et la Palestine. Il n’y aura jamais de paix durable dans le Moyen-Orient si l’Israël et la Palestine ne font pas la paix. La revendication d’Israël pour sa sécurité est légitime, tout comme l’aspiration des Palestiniens à avoir leur propre Etat. Soyons conscients que bientôt, la solution des deux Etats sera réduite à néant par des occasions manquées et du temps perdu. Le nouveau président devra faire face à ses responsabilités sur la question, et expliquer dés le départ ce qui devra être fait. Le Processus de paix doit être ramené à la vie dés les prochaines élections parlementaires israéliennes, en janvier 2013.

Il s’agit enfin de s’engager à trouver des solutions, pas à diaboliser l’ennemi. Cela signifie, à propos de l’Iran, définir une option réaliste. Nous pouvons toujours continuer à empêcher l’Iran, par des négociations et des sanctions, à développer un arsenal nucléaire. Mais il semblerait que l’Iran possède déjà de grandes quantités d’uranium enrichi. Il n’y a donc pas vraiment de sens à définir des lignes rouges qui sont franchies jour après jour. Pour agir efficacement, nous devons donner plus de poids aux discussions 3+3. L’Amérique et l’Europe doivent avancer main dans la main et s’ouvrir aux propositions émanant de diplomaties émergentes comme le Brésil ou la Turquie.

Aujourd’hui nous ne faisons qu’entendre des accusations, des clichés, des simplifications excessives. De part et d’autre, on trouve de fausses excuses à sa passivité. On a besoin d’un vrai débat. Un débat à propos des réalités de terrain, des options possibles, des étapes à franchir. Le discours remarquable que le Président Obama avait tenu au Caire il y a trois ans est retombé dans les limbes. Le prochain mandat sera l’occasion d’aider le Moyen-Orient à établir une nouvelle ère de paix, de prospérité et de démocratie. Avec l’aide des Etats-Unis et de l’Europe.

18 octobre 2012, Huffington Post

1024 1002 Dominique de Villepin

L’Amérique et le monde, le pouvoir de partager le pouvoir

Un nouveau monde est en train de naître, dans lequel un désordre croissant menace chaque continent et où l’anarchie générale prédomine. Mon expérience des affaires du monde et de la gestion de crise, tous les différends et les débats du passé, m’indiquent que la clé de ce monde complexe et désordonné réside dans la nécessité pour chaque pays de trouver sa juste place.

Pour cela, nous avons besoin de points de vue venus d’ailleurs, nous devons faire l’effort de nous voir à travers les yeux des autres. Je suis convaincu que la course présidentielle américaine sera, en ce sens, décisive. Je ne voudrais pas interférer avec le débat politique d’un autre pays. J’ai trop d’amitié, de respect et de goût de l’indépendance pour cela. Mais j’aimerais donner un aperçu de ma vision du rôle de l’Amérique dans le monde à venir, parce que c’est la paix qui est en jeu.

Quelle est la tentation pour l’Amérique aujourd’hui ? C’est d’imaginer un monde simple, c’est de refaire vivre le monde d’hier, c’est de conjurer «un nouveau siècle américain» basé sur la force. C’est, en simplifiant, d’imaginer un futur avec la même vision bipolaire : l’opposition entre la Chine et les Etats-Unis. Comme cela serait rassurant d’avoir de nouveau un adversaire connu, un adversaire dont, d’une certaine façon, vous vous sentiriez proche.

C’est le plus sûr moyen d’oublier le reste. Que s’est-t-il passé durant la Guerre froide ? La stratégie contre l’Union Soviétique a fini par payer. Mais ailleurs ? Ca n’a certainement pas été le cas en Amérique Latine, en Afrique, en Asie du Sud-Est. Faisons en sorte que cette erreur ne se reproduise pas.

Parce qu’en fait, le nouveau monde n’a rien à voir avec celui que les responsables politiques américains imaginent.

Ce monde sera un monde sans amis ou ennemis, un monde dominé par la coexistence d’ « amennemi », pouvant être, selon les circonstances, partenaires, rivaux, ou adversaires. C’est inévitable dans un monde dominé par la pénurie de ressources et l’émergence de nouvelles puissances. Le temps des super héros et de leur ennemi juré n’est plus. Mais ce monde peut devenir un monde de loups, où chaque grande puissance s’attaque aux plus petits pays ; ou il peut devenir un monde d’éléphants, où les superpuissances ont besoin de leur propre espace pour pouvoir cohabiter en paix.

Ce monde sera un monde de pouvoirs et contre-pouvoirs, parce que la mondialisation crée plus d’interdépendances qu’auparavant, et c’est pourquoi autant la domination que l’anarchie seront insupportables. L’Amérique doit accepter hors de ses frontières ce qu’elle a été capable de créer à l’intérieur, un système équilibré et durable qui garantit la stabilité et la diversité. Ces dernières décennies, les Etats-Unis ont agi sur la scène internationale comme l’aurait fait un Président dans son propre pays, s’il avait dit: « Peu importe le Congrès, il n’est jamais d’accord ; peu importe la Cour Suprême, elle empêche toujours d’agir ». Certes, les Nations Unies ne sont pas parfaites. La Cour pénale internationale non plus. Mais les institutions nationales sont-elles vraiment infaillibles?

Ce monde sera un monde de compromis et pas un monde de force. Pas un seul Etat, pas même les Etats-Unis, ni même la Chine, ne sera capable dans vingt ans de s’attaquer tout seul aux défis mondiaux: ni à la stabilité économique et monétaire, ni au changement climatique, ni à la sécurité collective. C’est pourquoi nous avons besoin d’une nouvelle gouvernance et d’une nouvelle architecture internationale.

Les Etats-Unis sont-ils prêts pour ce nouveau monde ? Pas du tout. Et le débat politique ne les aidera pas parce que les médias ne voient les choses qu’en noir et blanc, parce que l’esprit bipartisan ne distingue pas politique intérieure et étrangère. C’est la réalité dans toutes les démocraties modernes et nous l’avons expérimenté en Europe et en France ces derniers mois.

Mais l’Amérique a en elle toute la force pour accomplir cette transformation interne, pour devenir la graine qui donnera naissance à cette évolution mondiale, pour devenir un pouvoir de seconde génération, une puissance sachant évoluer et faire ce qu’aucune puissance n’a fait jusqu’ici, partager le pouvoir après en avoir atteint le sommet. Son destin et son message universel de liberté sont toujours nécessaires, les promesses doivent toujours être accomplies mais par d’autres moyens. Notre nouveau monde est devenu interdépendant et connecté comme un organisme géant.

Un pouvoir central doit être connecté, et non pas en roue libre, un pouvoir dont l’existence même et la stabilité sont la garantie des lois et des institutions communes. Cela veut dire parfois accepter l’imbroglio agaçant des régulations et institutions collectives, unique source de légitimité.

Un pouvoir central doit être collectif, et ne pas faire cavalier seul, un pouvoir qui est fort seulement parce qu’à ses côtés, il y a d’autres pays et que tous se soutiennent. Cela veut dire trouver des pouvoirs équilibrés et alliés partout, pour prévenir l’apparition de vides dangereux. Cela signifie aussi redéfinir le rôle de l’OTAN pour qu’elle soit plus simplement un outil passif. La tentation de penser qu’on ferait mieux les choses sans les autres existe toujours. C’est une erreur de la part des managers et des chefs d’entreprise, mais aussi des États et de responsables politiques. Soyons clairs : l’excès de puissance américaine a créé un fossé et, dans certains régions, un vide de pouvoir. C’est une des clés dans le Moyen-Orient, et c’est un rôle que l’Egypte devrait être en mesure de jouer. C’est un rôle qui aurait du être dévolu à l’Iran il y a longtemps, avant que le pays ne s’égare. Et les Etats-Unis ont aussi besoin d’une Europe forte à leurs côtés.

Enfin, un pouvoir central est un pouvoir qui construit, en créant une architecture stable pour le monde et prendre des initiatives pour la garder vivante, parce que la complexité de nos sociétés demande une architecture plus forte et ne peut pas s’appuyer sur les initiatives de pouvoirs isolés. Ceci doit être fait aujourd’hui à trois niveaux.

Le monde a besoin de pays intermédiaires facilitant le dialogue. C’est traditionnellement le rôle de la Suède ou de la France. C’est aujourd’hui aussi le rôle de la Turquie, du Qatar ou du Brésil. Ce sont les synapses permettant que le monde évolue, devienne plus raisonnable, soit plus connecté avec lui-même.

Au deuxième niveau, la résolution des crises peut être accomplie seulement par des organisations régionales collectives, qui seraient désignées en charge de toutes les médiations, au Moyen-Orient avec la Ligue Arabe, ou au Sahel avec la CEDEAO en Afrique. Pour beaucoup de ces organisations, l’Union européenne, malgré ses difficultés, est un modèle historique. Les Etats-Unis tendent trop souvent à établir un dialogue bilatéral avec chaque état, plutôt que de discuter avec des entités collectives dont ils ne maîtrisent pas vraiment le fonctionnement.
Enfin, au troisième niveau, le monde a besoin d’une responsabilité globale à travers un Conseil de Sécurité basé sur des principes communs et une capacité à pouvoir agir concrètement. Ce Conseil de Sécurité doit mieux représenter le monde d’aujourd’hui. Nous avons aussi besoin que le G20 et le G8 soient plus efficaces, à travers la création d’un secrétariat permanent.

Plus de pouvoir, moins de domination, tel est en un certain sens la ligne directrice pour la transformation de l’Amérique dans la prochaine décennie. C’est ce qui doit être mis en œuvre au Moyen-Orient, dans les relations transatlantiques, dans celles avec la Chine et l’Extrême-Orient, et dans les échanges Nord-Sud. En tant que citoyen français, citoyen du monde, je crois que l’Amérique pourra être fidèle à sa mission et à son destin en apprenant « le pouvoir qui vient du fait de partager le pouvoir ». Après le temps de « construction de la nation », voici celui de la « construction du monde ».

L’alternative -revenir au passé, rester prisonnier du choix entre faiblesse ou force- aurait des conséquences graves : plus de domination, moins de pouvoir.

C’est le temps des choix. Pour l’Amérique. Pour le monde.

5 octobre 2012, Huffington Post

150 150 Dominique de Villepin

Syrie : la France peut et doit agir

Dans les ruines d’Alep, la communauté internationale à failli à sa tâche. La démission de Kofi Annan prend acte de la crise de légitimité sans précédent des Nations unies. Une époque née de la chute du Mur trouve ici son dénouement tragique. D’un côté, une Amérique et un Occident qui supportent d’autant moins le scandale de l’impuissance qu’il n’y a plus d’adversaire à blâmer, et qui interviennent tous azimuts, mêlant souci de l’humanité et intérêts stratégiques, au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, en Libye. De l’autre côté, des puissances soucieuses de stabilité, comme la Russie ou la Chine, qui font du droit international un rempart d’immobilisme et dont les troupes ne sortent jamais de leur pré carré supposé.

Nous sommes face à un dilemme. Si la communauté internationale n’intervient pas en Syrie, l’immobilisme aura triomphé et le monde du XXIe siècle sera celui des nouvelles barbaries, sagement abritées par des frontières complaisantes. Si nous intervenons militairement en Syrie, c’est le risque de la porte ouverte à toutes les croisades de l’empire du bien. Quand irons-nous, la fleur au fusil, dans l’est du Congo, où la guerre se rallume sans cesse, après trois millions de morts probables en une décennie tragique? Quand en Corée du Nord, en Iran?

Dans les deux cas, on nourrit l’engrenage explosif de la région et de ses acteurs les plus irresponsables, régimes radicaux, mouvements islamistes ou monarchies conservatrices.

En appelant à l’action rapide en Syrie, Nicolas Sarkozy refuse toute fatalité. Disons-le, la polémique, une fois n’est pas coutume, peut être fertile: elle permet d’abord de rappeler l’urgence du dossier syrien et ensuite de révéler les lignes de fracture françaises sur les questions internationales. Deux visions s’affrontent.

La première vision, c’est celle d’un message républicain de liberté et d’humanité qui ne peut s’arrêter à nos frontières, même s’il faut le soutenir par la force des armes. Une même filiation unit les enfants de 1789 aux plus sincères parmi les néoconservateurs. Nicolas Sarkozy reprend aujourd’hui ce flambeau, au nom de ce qu’il a voulu en Libye, il y a un an. Il est légitime qu’il s’y tienne, quitte à négliger les différences de terrain, d’environnement et de risque militaire des deux situations. Pourtant, on ne fait pas une politique en enchaînant émotions et coups de force. Si la situation est si inextricable à l’ONU, c’est aussi parce que l’opération libyenne a fragilisé la responsabilité de protéger, désormais pour certains synonyme de changement de régime.

La deuxième vision, c’est, semble-t-il du moins, celle qui s’esquisse ces jours-ci à l’Élysée et au Quai d’Orsay, celle d’un réalisme soucieux non seulement de l’action immédiate, mais aussi des conséquences, au nom de la complexité de l’héritage historique de la France dans la région depuis le mandat colonial, au nom aussi d’une modestie affichée pour une «puissance moyenne». Mais attendre et expliquer qu’on ne peut rien faire n’est pas une politique.

Ce débat doit avoir lieu. Mais le choix, ce ne peut-être la guerre ou rien. La France peut et doit agir, même si l’option militaire est trop dangereuse. L’union de l’esprit d’initiative et du souci d’équilibre est le fil d’Ariane de la diplomatie française des grandes heures, et notamment du gaullisme. Nous avons su porter des principes dans l’affaire syrienne. Soyons aussi au rendez-vous de l’action, guidés par le souci permanent de sauver des vies humaines.

Priorité à l’humanitaire et à la poursuite des auteurs de crimes, car c’est la souffrance des victimes qui mobilise les consciences du monde entier. Il faut pour cela déployer des moyens humanitaires, notamment médicaux, comme la France s’apprête à le faire en Jordanie, mais également envisager des corridors humanitaires pour évacuer les dizaines de milliers de civils hors de l’enfer de la guerre. Poursuivre les coupables en même temps. Le droit international ne sera crédible que quand il saura châtier non seulement les dirigeants, mais tous ceux qui le méritent à chaque niveau de décision et qu’il aura les moyens d’agir, notamment sur les avoirs dans les paradis fiscaux. Il n’y a pas de droit sans possibilité de recourir à la contrainte. Mobilisons également les outils dans le domaine militaire et du renseignement. Si une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie paraît difficilement praticable, peut-être peut-on envisager de créer des couloirs aériens protégés. De surcroît, rien n’interdit à la Ligue arabe de prendre toutes ses responsabilités sur le terrain.

Mais il faut aussi préparer l’avenir de la Syrie et de la région, face notamment à un enjeu iranien qui est dans tous les esprits, face également aux risques qu’une partition du pays ferait courir à la stabilité régionale. Quelle serait l’action d’un petit État alaouite surarmé et fanatisé? Nul ne le sait, mais il est évident que la menace pour Israël en serait encore accrue. Pour relever le défi, nous n’avons pas le droit de renoncer à la diplomatie parce qu’elle aurait déçu. Elle reste la seule réponse qui dure dans un monde imparfait. Renouons les fils et saisissons toutes les opportunités avec tous les acteurs internationaux et régionaux et, de ce point de vue, après Kofi Annan, le travail de médiation demeure indispensable.

Hors des alternatives stériles s’ouvre le chemin du devoir et de l’action.

10 août 2012, Le Figaro