Tag

guerre

1024 584 Dominique de Villepin

Il y a une nouvelle compétition entre les puissances internationales

Invité d’Anne-Sophie Lapix dans « C à Vous » sur France 5, Dominique de Villepin analyse le rapport de concurrence et de surenchère qui s’est établi sur la scène internationale entre les démocraties occidentales et les systèmes autoritaires

 

1024 614 Dominique de Villepin

We need much more than war speeches. We need political action

 – Dans une interview en anglais donnée à The Guardian, Dominique de Villepin critique la rhétorique guerrière des pays occidentaux, à laquelle il souhaiterait voir se substituer une volonté politique plus efficace  –

Air strikes can help weaken Isis, but no one would consider it wise today to send troops to the Middle East. Because we know that after Syria and Iraq, we will have to do the same in Libya, in Nigeria and Chad, in Somalia, maybe tomorrow in the Gulf states or in central Asia. The logic of war would imprison us in lasting military occupation of large parts of the world, without any guarantee of success. Has any military intervention since 2001 been a political success? Afghanistan? Iraq? Libya?

We need much more than war speeches. We need political action. We need the world to stand united in the fight against terrorism. Not the western world, but the whole world. That was my belief in 2003, when France opposed the war in Iraq, and this is still my belief today.

First, we need the Muslim world to stand at our side. Because going to war on our own will only remove the burden of responsibility from some of the countries at the forefront. Why should they take difficult decisions if we do what it takes in their place? It will also allow some countries of the region to pursue their own interests and hidden agendas, as well as to settle old neighbourhood disputes while seeming to fight Isis.

Who really fights Isis in Syria and Iraq? Not the Assad regime, which needs this devil to find legitimacy and a foothold against rebel movements. Not Turkey, which is at least as much concerned by Kurdish separatism. Not Saudi Arabia, which wishes before all to keep the trust of its people by being hard on Iran and Shia movements. And the people of the region sometimes feel the threat of Isis weighs less than the hundreds of thousands who have died in the bloodbath of the Middle East in the past three decades, in their view because of regimes supported by the west or because of western military interventions. Let’s be aware of what many think in the Middle East: “This is not our war”.

Second, we need the whole international community to stand united against terrorism. But how could it be so if we give the impression of double standards, that victims in Russia or in China are not quite as innocent as ours? This is not a threat only for the western world. All five permanent members of the UN Security Council have had to face massive attacks in the past decade, with 9/11; the London bombings of 2005; the attack on a school in Beslan, Russia, in 2004; the bombings in Kunming, China, last year. Over two-thirds of mankind are today in direct danger, including India, south-east Asia, central Asia, west and east Africa. Islamist terrorism has become a worldwide concern.

Third, even within the western world, there is still a long way to go to define a common strategy. The diplomatic discussions in the past weeks have shown how few European countries were willing to engage in this war, despite last week’s decisions of the British and German parliament to participate or support the French and American air strikes, out of fear of the risks of increased exposure it would represent to their populations.

The unity of Europe is all the more crucial, as the disintegration of European solidarity is one of the main objectives of the terrorists, aiming at isolation, distrust and fear. Likewise, the US has sounded half-hearted in their support of the French strategy, because of their Iraqi experience. Today, we need to speak with one voice to address the terrorist threat effectively.

Our first task is to develop global awareness and unity. We need a new Atlantic Charter, on a worldwide basis, expressing the common will of all powers. But for this, we need to reach out to other powers, in particular to China and Russia. United, we will be able to send out a message against the terrorists that will be heard in the Muslim world; we will be able to give ourselves the tools to asphyxiate Isis in its home territory by cutting off its communications, its recruitment and its access to easy money through oil, antiquities and human trafficking. This requires at the same time a combination of air strikes, support of regional troops and strong political co-ordination.

Our common task – and it will be a long one – is also to fight all Islamist terrorism. If we overcome Isis, it should not be at the price of a greater danger arising elsewhere. This is exactly what happened in the fight against al-Qaida. True, the central organisation has been weakened, even if in Yemen, Libya, Syria and western Africa the remains of al-Qaida are still active. But in the meantime, we allowed the emergence of a new threat, taking advantage of our mistakes: a global terrorist movement with a territorial base and the ideological appeal of a reborn caliphate.

Overcoming terrorism itself can only be achieved through the stabilisation of the Middle East, which is suffering a catastrophe of historic dimensions comparable only to Europe’s suicide between 1914 and 1945. This can only be done by the pressure of the international community on all regional powers, in a permanent regional security conference that could create mechanisms preventing escalation, as the Helsinki conference did in Europe during the Cold War.

In Syria, we need local truces and ceasefires between government and rebel forces wherever possible in order to create political momentum for a transition of power and to concentrate forces against Isis. And this can be done only by including Turkey, Iran, Saudi Arabia and Russia.

Overcoming terrorism also means cutting the roots it has dug in our own societies. We have to be aware that the ideology of Islamist radicalism is gaining ground among the children of Muslim immigrants in our countries. This is fuelled by rejection and loss of identity and is growing among the children of the middle classes of mass consumption societies, who aspire to the clear-cut moral code of radical Islam, to a model of unconditional authority and submission, to a vision of supreme heroism freeing them from the feeling of mediocre and invisible lives.

These violent sects feed on the wounds of our liberal societies, on our shortcomings and on our inability to propose positive visions of the future. Our message should be that everyone matters.

Our weapon against terrorism is peace. Not peace with the terrorist movements, of course, but civil peace and regional peace everywhere that war is feeding radicalisation and terrorism. And peace with ourselves to avoid division and mistrust in our midst.

6 décembre 2015, The Guardian

1000 960 Dominique de Villepin

La guerre ne nous rend pas plus forts, elle nous rend vulnérables

– Dans une tribune publiée par Libération, Dominique de Villepin s’exprime sur les attentats de novembre 2015 à Paris et condamne la riposte guerrière de la France et de la communauté internationale –

Je refuse de vivre dans le monde que veulent nous imposer les terroristes. C’est pourquoi je veux que nous nous donnions les moyens de décider nous-mêmes de notre avenir, forts du courage et de l’exemple de tant de nos compatriotes à l’occasion des attentats de Paris et Saint-Denis.
La guerre ne nous rend pas plus forts, elle nous rend vulnérables. Quelle est, en effet, la stratégie de Daech ? Elle est double et il faut savoir la prendre au sérieux pour la combattre.

Premièrement, les hommes de Daech cherchent à susciter la guerre civile en France et en Europe, à monter les populations contre les musulmans, français, immigrés ou réfugiés. C’est ce qu’ils visaient en attaquantCharlie Hebdo et l’Hyper Cacher. C’est ce qu’ils confirment par la violence aveugle et sauvage du 13 novembre. En nous lançant à corps perdu dans la restriction des libertés individuelles ou dans la suspicion généralisée envers l’islam à travers une laïcité de combat traquant barbes et voiles, nous leur donnerions le choix des armes.

Notre force, c’est notre Etat de droit et c’est la fidélité à nos principes, c’est l’équilibre et la mesure, en utilisant avec fermeté tous les moyens d’enquête et de poursuite de notre Etat, en mobilisant ses forces de sécurité et de défense. Qu’il faille des mesures exceptionnelles pour faire face à l’urgence, je le crois. Mais méfions-nous de l’état d’urgence permanent et de la surenchère sécuritaire qui, je le crains, va dominer notre vie politique pour plusieurs années. On voudra toujours plus de fermeté vis-à-vis des étrangers et on n’obtiendra que le ressentiment. On voudra, de façon préventive, une lutte de plus en plus dure contre la délinquance, notamment dans les banlieues, et on obtiendra la criminalisation d’une frange de la société et l’incitation à la radicalisation. On voudra le contrôle accru de l’expression des religions et on n’obtiendra que la radicalisation de l’islam des caves. Bref, nous serons un pas plus proche de la guerre civile. Et nous aurons renié les libertés mêmes que les terroristes ont voulu attaquer.

Deuxièmement, Daech cherche méthodiquement à créer les conditions de la guerre généralisée au Moyen Orient. Regardons les mois écoulés. L’organisation cessait de progresser en Irak et en Syrie. En quête d’un appel d’air, elle a multiplié les attentats hors de sa zone de contrôle. En Tunisie, pour fragiliser la transition démocratique, entraîner la répression et la récession, marginaliser un islam politique qui n’est pas son allié ; en Egypte, pour durcir la persécution de tous les opposants au régime et les pousser davantage vers le jihadisme et pour entraîner la Russie plus avant dans l’engagement au sol avec les forces de Bachar al-Assad ; au Liban, pour déstabiliser un pays fragilisé par plus d’un million de réfugiés syriens ; en France, enfin, pour susciter une alliance militaire tout-sauf-Daech qui unirait les forces du régime syrien, de l’Iran, des Occidentaux dans une lutte qui nourrirait le sentiment victimaire des populations sunnites. Dans quel but ? La chute des régimes politiquement fragilisés, comme l’Arabie Saoudite, avec en ligne de mire la conquête symbolique des lieux saints. Daech place ses pions méthodiquement et les meilleurs ne sont pas dans le territoire qu’il s’est taillé, ils se trouvent dans l’expansion du conflit vers l’Afrique sahélienne où l’organisation noue des liens avec les islamistes locaux, vers le Caucase et l’Asie centrale et vers l’Asie du Sud-Est, notamment au Bangladesh. Regardons aussi la stratégie de Daech au Proche-Orient, où il se prépare peu à peu à agir à Gaza et en Cisjordanie, pour usurper la cause palestinienne, l’un des plus puissants vecteurs de ressentiment parmi les populations musulmanes.

Dans ce contexte, répondre à l’attaque par la guerre, c’est éteindre un incendie au lance-flammes. Après vingt ans d’échec des opérations de paix des Nations unies, après dix ans d’interventions militaires occidentales désastreuses, la clé, c’est d’inventer une nouvelle forme d’intervention de paix, articulant d’une façon inédite outils militaires et instruments diplomatiques, au service d’objectifs précis avec des moyens de coordination efficaces. Rien de tout cela n’existe aujourd’hui.

Soyons lucides aussi sur la solitude de la France en dépit des protestations de solidarité. Les Européens ne s’engagent que du bout des lèvres de peur d’être ciblés à leur tour, les Américains ne rêvent que de désengagement ; la Russie a ses propres objectifs, parmi lesquels Daech n’est pas forcément la priorité ; la Turquie joue sur plusieurs tableaux, comme les Etats du Golfe et l’Iran. Sabre au clair et seuls sur le champ de bataille, quelles seront nos marges de manœuvre ?
Dire que la solution est politique, cela ne signifie pas que la lutte ne doive pas être sans merci. Cela veut dire qu’elle doit être efficace. Les militaires sont les premiers à le dire : une guerre sans stratégie politique, c’est au mieux un coup d’épée dans l’eau. Il faut au contraire une lutte chirurgicale, appuyée par des frappes aériennes ciblées et avant toute éventualité d’un engagement de troupes régionales au sol, pour couper les canaux alimentant les trois flux qui maintiennent en vie l’Etat islamique : l’argent, les idées et les hommes.

L’argent en s’attaquant en priorité aux transferts financiers par la coopération bancaire et fiscale, aux ressources propres en frappant les puits de pétrole à leurs mains et les intermédiaires qui vivent, dans la région, du trafic d’armes, d’antiquités, d’êtres humains. Pour tout cela, les frappes militaires peuvent être utiles, mais ne seront pas suffisantes.

Couper les canaux diffusant l’idéologie jihadiste, c’est agir sur la propagande en mettant tous les moyens nécessaires pour agir contre le cyberjihad, contre la circulation de vidéos qui donnent à certains jeunes en mal d’autorité, d’idéal et d’aventure l’image d’un héros certes négatif, mais total, à la fois bourreau et martyr, victime absolue et terreur de ceux qui l’avaient méprisé.

Couper l’alimentation en hommes, en sécurisant la frontière syrienne, pour étouffer les territoires de Daech notamment aux abords de la Turquie, où s’est créé un grand no man’s land, et y créer une zone humanitaire internationale permettrait à la fois de réguler les flux de réfugiés, d’y améliorer les conditions de vie et de surveiller entrées et sorties sérieusement. S’attaquer au recrutement, cela signifie, dans notre propre pays, prévenir la contagion en identifiant les parcours menant à la dérive islamiste, en luttant contre les prêcheurs de haine, mais aussi en assainissant le terreau de rejet, de discrimination et de pauvreté que constituent certaines de nos banlieues. Et cela passe par un grand travail de justice et d’unité nationale, recoudre ensemble les territoires et rapprocher les hommes, d’abord par l’école. Dans les prisons également, le travail de prévention, d’identification et de déradicalisation est immense.

Cela signifie également empêcher la contagion dans les opinions sunnites en ne donnant pas le spectacle d’une alliance antisunnite et en appuyant les Etats du Golfe quelles que soient nos réserves légitimes. Le vide du pouvoir y serait aujourd’hui pire que tout. Imaginons, avec les fortunes qui y sont accumulées, ce que serait une Arabie transformée en nouvelle Libye au nom du changement de régime.

Tout cela suppose une coordination des politiques de renseignement et judiciaires. Cela nécessite une diplomatie qui n’a pas pour but de négocier avec l’Etat islamique – qui le souhaiterait ? – mais de créer une légitimité internationale et une action collective. Aujourd’hui, les cinq membres du Conseil de sécurité des Nations unies sont des victimes directes du terrorisme islamiste. Souvenons-nous du 11 Septembre et de Londres, mais aussi de Beslan et de Kunming. Aujourd’hui, plus des deux tiers de l’humanité sont des cibles avérées du terrorisme islamiste, en Inde, en Amérique du Nord, en Asie, en Asie du Sud-Est. Pourtant, où est la stratégie mondiale ? Où est la communauté internationale ? Une résolution aux Nations unies ne suffira pas. Il faut parler à Moscou, mais aussi à Pékin. L’Occident seul n’aura pas les moyens de dire non au terrorisme.

Il faut forcer la main aux Etats de la région pour qu’ils dépassent rancœurs et arrière-pensées et qu’ils organisent un équilibre régional et une architecture de sécurité permanente, comme l’a fait la conférence d’Helsinki en 1975 dans l’Europe de la guerre froide. C’est vrai avant tout pour l’Iran et l’Arabie Saoudite, qui s’affrontent par satellites interposés dans toutes les guerres de la région, en Syrie comme au Yémen. C’est vrai aussi pour la Turquie, rétive à se ranger dans le même camp que les combattants kurdes.

Accepter la guerre, c’est accepter la fuite en avant. Il faut bien tirer les leçons de l’expérience. Le 11 septembre 2001, nous étions tous derrière une Amérique frappée au cœur. L’administration Bush a alors choisi dans les premières heures le mot d’ordre de la guerre au terrorisme parce qu’elle donnait l’illusion de la riposte. Ils se sont ainsi enlisés en Afghanistan puis jetés dans l’aventure de l’Irak en 2003. Ils ont largement affaibli Al-Qaeda, mais au prix de la naissance de Daech, qui unit d’anciens combattants d’Al-Qaeda à d’anciens officiers baasistes, sur fond d’humiliation des populations sunnites d’Irak. Ce n’est pas seulement une page d’histoire, mais aussi un avertissement pour la France. Ayons la force de ne pas commettre les erreurs qui élargiront encore davantage le cercle de l’horreur.

25 novembre 2015, Libération

1024 576 Dominique de Villepin

Nous devons être médiateur

Dans une interview pour LCI, Dominique de Villepin précise le rôle que doit jouer la France au Moyen-Orient

 

950 816 Dominique de Villepin

La crise syrienne, enjeu du nouveau partenariat avec la Russie

 – Dans une tribune publiée par Le Figaro, Dominique de Villepin analyse le nouveau rôle joué par la Russie sur la scène internationale –

La Russie est de retour ; c’est une bonne nouvelle pour le monde. Car il ne peut y avoir d’ordre mondial sans équilibre et sans diversité. Vouloir l’ordre, c’est accepter les différences. Sans la Russie, il n’y a pas de règlement possible des crises. L’accord sur la non-prolifération avec l’Iran en a été la preuve ainsi que l’enquête sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie à l’été 2013. Ayant toujours plaidé et agi en faveur d’un monde multipolaire organisé sur la base du multilatéralisme, je ne peux que me réjouir que la Russie se soit exprimée fortement à l’Assemblée générale des Nations unies. Sur l’Ukraine, l’apaisement crée aujourd’hui

les conditions d’un processus politique qui exige que nous nous impliquions plus fortement encore. La réduction de la violence et le report des élections dans l’est de l’Ukraine sont des signaux positifs pour la mise en œuvre graduelle des Accords de Minsk II. Avançons sur la loi concernant le fédéralisme ukrainien et renouons le dialogue de coopération entre Russie et Europe.

La Russie est de retour, mais dans quel monde ?

La Russie est de retour, mais dans quel monde? L’incompréhension des grandes puissances est à son comble, nourrie de préjugés et de malentendus. Nous ne parlons pas le même langage et ne voyons pas le monde avec les mêmes yeux. Ne soyons pas naïfs. Le monde pourrait bien se briser en deux blocs, l’un occidental, dictant
ses normes sans toujours les respecter, l’autre oriental, chinois autant que russe, refusant les monopoles de fait exercés par l’Occident en matière monétaire, financière, technologique. Nous pourrions bien nous réveiller avec un double système financier, un double Internet, peut-être un double système de gouvernance mondiale. La montée en puissance du renminbi, les nouveaux instruments sur Internet, la création d’institutions financières multilatérales nouvelles sont autant de signes d’un changement des temps.

L’enjeu de la crise syrienne dépasse de loin le cadre régional et même la question du combat commun contre le djihadisme. C’est le nouvel ordre mondial qui se décide.

Il est vital d’éviter les erreurs dans nos stratégies respectives en Syrie et en Irak. Mus en partie par nos héritages et nos expériences, nous subissons toujours la tentation de reproduire le passé. C’est vrai des États-Unis, de l’alliance sunnite avec l’Arabie saoudite dans les années 1970 jusqu’à l’invasion unilatérale de l’Irak. C’est vrai également de la France, ancienne puissance coloniale, protectrice historique des chrétiens d’Orient et marquée par l’expérience de la guerre d’Algérie. C’est vrai enfin de la Russie, héritière de longues traditions au Moyen-Orient, protectrice des communautés orthodoxes et portée aux conflits sur ses marges méridionales, de Catherine II à la Tchétchénie en passant par l’Union soviétique.

La clé, c’est aujourd’hui de s’accorder sur un cadre politique pour la nouvelle Syrie, organisant la partition de fait dans un ensemble fédéral.

Nous devons aussi éviter une seconde tentation commune, celle de nous substituer aux acteurs régionaux et de les déresponsabiliser. Nous devons nous accorder sur des principes communs si nous voulons assécher le terreau du terrorisme. Premier principe, l’intangibilité des frontières, car la remise en cause des frontières Sykes-Picot, même avec de bonnes intentions, ne mènerait qu’à l’explosion régionale. Deuxième principe, la non-ingérence. Aucune puissance ne doit viser au changement de régimes par la force, mais pas davantage à leur maintien artificiel. Troisième principe, le refus de tout engagement au sol, dont nous connaissons tous dans notre chair – de l’Algérie aux deux guerres d’Afghanistan – les risques d’embourbement.

Nous pouvons en revanche faire preuve d’unité et montrer le chemin du dialogue et de la paix, notamment en organisant une conférence permanente sur la sécurité régionale dont les puissances internationales seraient les garantes, en reprenant le format 5 + 1 des négociations avec l’Iran, en y conviant l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte. Nous pouvons exercer des pressions amicales, la Russie en Iran, l’Amérique en Arabie saoudite, tout en favorisant les dialogues croisés. Il s’agit de se concentrer aujourd’hui sur les pays fragilisés, parfois au bord de la rupture, comme la Turquie ou l’Arabie saoudite, car la conquête des lieux saints
de l’islam demeure dans la ligne de mire djihadiste.

La clé, c’est aujourd’hui de s’accorder sur un cadre politique pour la nouvelle Syrie, organisant la partition de fait dans un ensemble fédéral. Cela suppose dès aujourd’hui d’avancer sur des paix locales et des cessez-le-feu dans les zones où c’est possible: à Homs, à Idlib, à Alep.

Il serait temps que l’Europe retrouve sa voix, sa mémoire et son message.

Il s’agit de donner des garanties aux minorités et la protection des Alaouites par la Russie est bienvenue. De même, seule une garantie collective pourra assurer la sécurité de la région de Damas, mosaïque de communautés qui doit trouver, à défaut de mieux, un modus vivendi à la libanaise. Enfin, cet accord doit permettre d’établir des zones humanitaires protégées aux frontières turque et jordanienne. C’est le seul moyen de stabiliser l’afflux de réfugiés, notamment vers l’Europe. Cet accord doit être surveillé et garanti par l’implication permanente d’une conférence de sécurité régionale et internationale avec tous les acteurs.
À défaut d’un tel accord, la violence sera sans fin. Des millions de Syriens seront jetés sur les routes. Daech et Assad se renforceront mutuellement et la gangrène gagnera le reste du monde sunnite.

Il serait temps que l’Europe retrouve sa voix, sa mémoire et son message. C’est dans cet esprit que je veux parler à mes amis russes lors du prochain forum de Valdaï, avec Vladimir Poutine. Car j’ai la conviction que l’Europe jouera un rôle clé pour éviter la cassure du monde. Son magistère ne tient pas aux leçons de morale et aux sanctions, mais à l’exigence du dialogue, à l’expérience et à l’exemplarité. Cessons les jeux de rôle à contre-emploi et agissons enfin en faveur de l’équilibre en allant à la rencontre de la Russie, de la Chine et du reste du monde.

19 octobre 2015, Le Figaro

1000 750 Dominique de Villepin

Résistons à l’esprit de guerre

– Dans une tribune parue dans le journal Le Monde, Dominique de Villepin invite à ne pas céder aux fantasmes guerriers après les attentats de Charlie Hebdo –

 

Malgré l’émotion légitime, il faut comprendre que le climat dans lequel s’enfonce la France est celui d’un terrorisme qui a changé de visage et organise une peur durable. Y répondre par un repli occidentaliste serait suicidaire.

Nous sommes aujourd’hui sidérés par le déchaînement de violence froide et calculée qui a tué douze personnes et grièvement blessé tant d’autres, qui visait à réduire au silence un organe de presse par la liquidation méthodique de toute sa rédaction pour intimider la liberté elle-même. Ils sont morts parce qu’ils étaient journalistes, morts parce qu’ils étaient libres, morts pour ce qu’ils représentaient. Nos forces de l’ordre ont payé un lourd tribut à la protection de la sécurité de nos concitoyens. Le pays fait face, uni, à l’attentat terroriste le plus meurtrier depuis près de deux siècles, par des manifestations spontanées de solidarité. La tentation est grande dans ces moments de recourir à des formules martiales. L’émotion est intense, mais l’intelligence de ce qui se passe est indispensable.

La France glisse lentement dans un climat de guerre. Une guerre étrange qui ne dit pas son nom. Une guerre qui efface les frontières entre dehors et dedans. A l’intérieur semblent s’imposer des images, des postures, des logiques de guerre civile larvée. Le terrorisme change devisage. Les réseaux de poseurs de bombe semblent avoir laissé place aux loups solitaires qui eux-mêmes cèdent aujourd’hui le terrain à une nouvelle violence, des commandos aux méthodes mafieuses et aux équipements militaires se fixant pour but d’éliminer des cibles symboliques représentant la démocratie et la liberté. Ce n’est plus la terreur chaotique, c’est la peur organisée, construite pierre à pierre pour nous enfermer tous.

A l’extérieur, nous voyons se cristalliser de mois en mois la ligne de front cauchemardesque d’une guerre de civilisations opposant l’Occident à l’Islam, sous les traits déformés et monstrueux de l’islamisme. Les interventions occidentales font système : elles semblaient des opérations indépendantes, mues par des ambitions diverses ; elles ont abouti à un résultat unique, l’émergence d’un ennemi djihadiste insaisissable et l’effondrement des Etats et des sociétés civiles de la région.

Un piège

Nous le savons, d’autres opérations s’annoncent : en Libye, que l’opération de 2011 et l’implosion depuis cette date a transformée en repère terroriste du Sahara ; au Sahel et en particulier au Nigeria, aux confins du Cameroun et du Tchad où Boko Haram étend son emprise barbare. Mais ces guerres nourrissent toujours de nouvelles guerres, chaque fois plus grandes, chaque fois plus impossibles. Elles nourrissent le terrorisme chez nous en promettant de l’éradiquer. Car on ne viendra à bout du djihadisme là-bas et du terrorisme ici qu’en apportant des solutions concrètes aux crises du monde musulman, qui sont à la fois des conflits territoriaux, sociaux, politiques, économiques, que nous simplifions en ne regardant que le symptôme islamiste.

L’esprit de guerre est un piège. C’est un engrenage qui nous conduit chaque jour davantage vers une guerre hors de tout contrôle. Notre devoir est de résister à l’esprit de guerre au nom de nos valeurs démocratiques. La seule victoire que puissent espérer les fanatiques, c’estde nous convaincre que nous menons une guerre totale. C’est de nous mener dans l’impasse de la force que nous croyions être un raccourci. Nous avons trois adversaires redoutables à affronter.

Perte des repères démocratiques

Il y a d’abord, le plus évident, les terroristes. Nous ne pouvons tolérer que des assassins de masse circulent encore dans le pays et que les apôtres de la haine sèment leurs paroles impunément. Tous les moyens de l’État de droit doivent être mis en œuvre pour les appréhender et les traduire en justice. Nous devons améliorer les dispositifs de prévention, de surveillance et de protection des lieux sensibles, empêcher la radicalisation notamment dans les prisons. Face à un ennemi sans frontières, il ne peut y avoir de lutte efficace qu’à travers une coopération policière et judiciaire sans cesse renforcée, à l’échelle de l’Europe mais également avec les autres pays concernés. Là où il y a vingt ans il n’y avait que quelques foyers terroristes, aujourd’hui le monde entier est concerné.

Il est urgent de tarir tous les financements de l’extrémisme islamiste en France, notamment venant de pays du Moyen-Orient. C’est dans ce but que, ministre de l’intérieur, j’avais proposé de réformer le financement des constructions de lieux de culte musulman par une Fondation des œuvres de l’islam permettant de réduire les financements étrangers, et permettre ainsi l’épanouissement d’un islam deFrance.

Il y a un second ennemi, c’est la peur. Le sentiment d’une violence imprévisible, omniprésente et soudaine suscite un désir de sécurité qu’il sera impossible de combler. L’expérience nous l’enseigne, les attaques terroristes favorisent le renoncement aux valeurs démocratiques, le souci de notre sécurité nous disposant à sacrifier les libertés de tiers, chez nous ou à l’étranger. La spirale de défiance créée aux États-Unis par le Patriot Act et la légitimation durable de la torture ou des détentions illégales a aujourd’hui plongé ce pays dans la perte de repères moraux. Nous avons vu le vertige de la guerre civile en Algérie durant les années de plomb. Nous voyons de plus en plus de pays qui ont peur, qui s’emmurent, qui s’éloignent des valeurs démocratiques.

Il y a un troisième ennemi aujourd’hui, c’est le rejet. Notre pays se crispe de jour en jour. Ses élites se tournent chaque jour davantage vers des discours de division et d’exclusion permettant tous les amalgames. L’Histoire nous enseigne que lorsque les digues sautent, le pays risque l’effondrement. Si nous aimantons la violence, c’est parce que nous sommes divisés, faibles, repliés sur nous-mêmes ; un pays blessé qui perd son sang. Les polémiques littéraires, les démagogies partisanes, nous montrent que l’enjeu n’est pas tant de nous sauver des autres, d’invasions ou de remplacements supposés, mais de nous sauver de nous-mêmes, de notre renoncement, de notre narcissisme du déclin, de notre tentation occidentaliste et suicidaire.

Dans l’épreuve, chacun d’entre nous a un devoir à accomplir. Agissons avec responsabilité, sang-froid et dans l’unité, ripostons par l’exemplarité démocratique, redevenons ce que nous sommes, des républicains qui croient au dialogue, à la force de la culture et del’éducation et à la paix.

8 janvier 2015, Le Monde

1024 811 Dominique de Villepin

La France gesticule… mais ne dit rien

– Dans un article publié par Le Monde Diplomatique, Dominique de Villepin résume sa vision de la politique étrangère française –

 

La France est mal dans sa peau. Elle est tentée de se détourner de la politique étrangère d’indépendance, d’influence et d’équilibre incarnée par le gaullisme, au profit de l’affirmation progressive d’une ligne militariste, moralisatrice et occidentaliste.

Militariste, non tant parce que la France multiplie les interventions, en Libye, au Mali, en Centrafrique ou en Irak, car le premier mouvement peut être légitime, mais surtout parce qu’elle les mène en première ligne, parfois seule, sans réelle stratégie. Trop souvent, pour quelques heures, la certitude de l’impuissance laisse place, dans une étrange unanimité, à l’illusion de la victoire. Au scandale d’images intolérables, la logique médiatique substitue le spectacle de la guerre.

La morale en est la justification. La panoplie de réponses aux crises se réduit au triptyque condamnation, sanction, exclusion. La morale remplit le vide laissé par la diplomatie, fragilisée en régime démocratique par la difficulté à accepter la raison d’Etat, le secret et l’affirmation d’intérêts supérieurs nationaux. Nous ne parlons qu’à ceux qui nous ressemblent et rejetons tous les autres — ainsi de l’Iran et de la Russie — au risque d’encourager une spirale d’isolement et une dérive autoritaire.

Enfin, l’occidentalisme sert de fondement à cette morale. Il a rattrapé l’exception française. Bien des Français semblent se vivre désormais en avant-poste d’une civilisation déclinante et volontiers alignés sur les Etats-Unis, « leader du monde libre », au point de devancer leurs désirs.

Au fond, nous assistons à un retour à Guy Mollet, à l’expédition de Suez et à l’alignement atlantiste. Retour qui poursuit la IIIe République de Fachoda, ou le Second Empire du Mexique ou de Crimée. A chaque période son illusion, son grand bruit qui cache un profond silence. La France gesticule, mais ne dit rien. Les gouvernants n’y sont pas pour grand-chose, car cette surenchère est le symptôme des moments de doute existentiel, de repli sur la défensive — l’humiliation de la perte de l’Alsace-Lorraine en 1870 et la fragilité de la jeune République ; la défaite de juillet 1940 et une décolonisation difficile. Pays à fleur de peau, la France a toujours confondu les tourments du monde avec ses remugles internes.

Aujourd’hui, le drame collectif est la peur de la mondialisation. La France doute parce qu’elle se sent impuissante. L’intégration européenne impose de repenser la souveraineté nationale. La mondialisation prive un pays pétri de colbertisme de ses leviers économiques. La démocratie médiatique favorise l’inertie, les groupes d’intérêts, la stérilité des alternances.

Un brasier identitaire relie les foyers de crise

La France doute parce qu’elle change sans maîtriser sa transformation. L’effacement des cadres collectifs familiaux, religieux ou sociaux sous la pression individualiste et consumériste a bouleversé les modes de vie en à peine quarante ans. Transformée par les migrations, la population de la France représente désormais la diversité du monde, jusqu’à ses conflits.

La France doute parce que son passé lui pèse dans un monde rajeuni. Son patrimoine, dont elle est si fière, la rend immobile quand sa mémoire, dont elle a honte — pour l’esclavage, la colonisation, la collaboration —, lui donne le sentiment d’être exposée aux haines.

C’est d’autant plus tragique que le bouleversement du monde exacerbe les enjeux d’identité et remet en jeu le rôle de chacun.

Dans le basculement vers la multipolarité se joue la reconnaissance du rang des nouvelles grandes puissances. Or celles-ci sont le plus souvent de vieilles nations humiliées, soucieuses de ne rien céder, comme la Chine sur les conflits territoriaux de la mer de Chine, la Russie sur l’Ukraine orientale et les confettis de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), ou encore l’Inde sur le Cachemire.

Accentuant les interactions et les interdépendances, la mondialisation numérisée dissout aussi les Etats-nations, les laissant en proie aux hystéries raciales, confessionnelles, linguistiques, claniques, à l’instar de l’islamisme, des populismes européens, des ultranationalismes chinois ou japonais ou du séparatisme russophone d’Ukraine. Les Etats faillis ou menacés par l’implosion, comme en Libye, en Irak, en Syrie, se multiplient du Sahel à l’Asie du Sud-Est. Ce brasier identitaire relie les foyers de crise dans la contestation d’un ordre conçu comme occidental.

Dans le même temps, l’effritement de la souveraineté, pilier de l’identité des Etats, a fragilisé le droit international. Au nom d’une justification morale allant de la responsabilité de protéger au changement de régime, l’unilatéralisme américain s’est affranchi en 2003 des règles du droit. La Russie a ouvert une nouvelle brèche en Crimée au nom de l’autodétermination des peuples en Ukraine.

Qui plus est, les Etats souverains ne maîtrisent plus le jeu seuls, mis au défi à des titres divers par de gigantesques entreprises globales capables de produire des normes, pour Internet ou la finance, mais aussi par les organisations non gouvernementales (ONG), le crime organisé ou les activistes sans frontières, de WikiLeaks à Greenpeace. Résultat, nous sommes dans un monde sans règles, imprévisible, où l’emportent des acteurs qui, par double jeu, sens du secret ou folie furieuse, peuvent renverser la table à tout instant. Nous devons changer de regard sur nous-mêmes et nous libérer de la peur qui nous pousse à nous calfeutrer. Tournons la France vers le monde. Cessons de nous focaliser sur notre rang — notre siège au Conseil de sécurité et notre dissuasion nucléaire — et renforçons notre rôle de porte-voix, de médiateur dans les crises et de facilitateur de dialogue. Notre identité, ce n’est pas la défense de l’ordre établi, c’est notre conscience aiguë de la nécessité de construire une communauté universelle où chaque vie compte.

Notre richesse, c’est notre ouverture, c’est-à-dire la francophonie, l’apport des outre-mers, l’Europe, la culture. Cela signifie refonder notre politique étrangère en en faisant une diplomatie des peuples qui tisse des liens et des réseaux au moyen des communautés locales, des institutions scolaires, des think tanks ainsi que des milieux associatifs, une diplomatie démocratique équilibrant les relations d’Etat à Etat et les relations de peuple à peuple. Une diplomatie capable de prendre racine dans les interstices du monde.

Au cœur de notre engagement, nous devons placer les crises. Réagir ne suffit pas. Face à l’aggravation des crises, de la menace d’une troisième Intifada à l’embrasement cyclique de l’Ukraine, nous devons traiter les causes politiques, trop souvent oubliées, la place des Touaregs au Mali ou des sunnites en Irak.

Sortir de la réaction pavlovienne, prévisible et à courte vue qui prévaut exige une méthode et des principes : respect de la légalité internationale, fût-elle décevante ; usage de la force en ultime recours ; responsabilisation prioritaire des acteurs régionaux. La clé, c’est la priorité à la politique, dont découlent l’exigence du dialogue, y compris avec des acteurs que nous désapprouvons, et l’exigence du processus, fondé sur des calendriers, des contacts continus, des étapes en vue d’un compromis. Mais la singularité française dans un monde qui pense trop souvent à plat et au présent, c’est aussi de prendre en compte l’histoire, la géographie, la culture.

Par exemple, en Irak et en Syrie, l’Organisation de l’Etat islamique (OEI) présente le visage d’un acteur opportuniste à vocation totalitaire, allié de circonstance de sunnites terrifiés par les milices chiites et en quête de légitimité à travers une réponse du faible au fort, qui s’est taillé un territoire dans les lambeaux du Proche-Orient en instrumentalisant l’islam. Dès lors, la « guerre contre le terrorisme » est une erreur majeure. Elle légitime l’OEI en lui donnant une visibilité mondiale, solidarise les populations sunnites autour d’elle et déresponsabilise les Etats de la région, tout à leurs arrière-pensées, d’Ankara à Riyad.

Il faut une stratégie d’asphyxie de longue haleine. Asphyxie financière des revenus du pétrole, des trafics et des subsides venus du Golfe. Asphyxie territoriale par l’endiguement de l’expansion de l’OEI, à travers l’appui aérien prodigué aux Kurdes d’Irak et de Syrie, aux Jordaniens et aux Libanais. Asphyxie politique, enfin et surtout, en la privant de soutiens. En Irak, cela signifie non seulement un gouvernement d’union nationale, mais une réforme constitutionnelle pour donner plus de place aux sunnites dans l’administration et dans l’armée. En Syrie, cela signifie mettre fin à la guerre civile devenue face-à-face de monstres, en plaidant pour une transition politique graduelle, avec de fortes garanties de la communauté internationale et des capacités d’interposition. La clé en sera une conférence régionale impliquant l’Iran, les monarchies du Golfe, la Russie.

La négociation sur la prolifération nucléaire en Iran est à un tournant. Nous étions parvenus en 2003-2005, en nous mobilisant avec le Royaume-Uni et l’Allemagne, au seul accord significatif à ce stade. L’accord intérimaire de novembre et sa prolongation ont été des signes positifs. A l’heure où ce texte est écrit, un accord définitif est difficile à finaliser, tant à cause de la prise de contrôle du Congrès américain par les républicains et de la situation du Proche-Orient scellant l’échec des Etats-Unis dans la région qu’en raison de l’état de santé du Guide suprême Ali Khamenei. Pourtant, les bases techniques d’un accord existent, sur le réacteur d’Arak et y compris sur le nombre de centrifugeuses que l’Iran pourrait mettre en service. L’arrêt des négociations constituerait un danger majeur, car l’Iran est un partenaire indispensable pour l’équilibre régional. Il importe avant tout de trouver une place à sa mesure à cette civilisation millénaire, passerelle entre les mondes.

Troisième grande crise, l’Ukraine, nation divisée et Etat quasi failli, dépendant de la Russie pour son gaz et de l’Europe pour son commerce. Que signifiait l’Euromaïdan ? Avant tout le ras-le-bol populaire vis-à-vis des élites corrompues, du marasme économique et de l’inefficacité de l’administration. Le rapprochement avec l’Europe promettait le redressement national, non le rejet de la Russie. C’était compter sans la spirale de méfiance entre Occidentaux et Russes depuis la « révolution orange » de 2004 et la « guerre du gaz » de 2009, envenimée par le jeu singulier des Etats-Unis et par la division des Européens. Pour un empire humilié depuis la chute de l’URSS et en quête de revanche symbolique, l’accord d’association de l’Ukraine à l’Union européenne, mal présenté et doublé des craintes liées à l’expansion de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), créait une situation inacceptable. L’Ukraine est trop importante pour pouvoir devenir un conflit gelé. Notre seule issue aujourd’hui, comme je l’ai dit au président Vladimir Poutine récemment, c’est de renouer le dialogue à travers la création d’un groupe de contact rassemblant durablement l’Ukraine, la Russie, le triangle de Weimar — Allemagne, France, Pologne —, le Royaume-Uni et les Etats-Unis pour mener une négociation complète et graduelle, tant sur la réforme constitutionnelle de l’Ukraine que sur sa neutralité militaire, son redressement économique et sa reconstruction administrative et judiciaire.

Sortir du doute par l’action

Sachons aussi nous doter d’une vision sur les zones-clés du monde de demain.

Le Proche-Orient traverse depuis près de trente ans une crise de modernisation historique où s’affrontent les nationalistes laïques issus des décolonisations, les islamistes refusant la modernité occidentale et enfin la jeunesse des classes moyennes, soucieuse de libertés démocratiques, d’égalité des chances et d’ouverture sur le monde. L’Europe et le Proche-Orient sont des mondes en miroir, habitués à se définir l’un contre l’autre, destinés à vivre l’un avec l’autre. Pourtant l’Europe a par son inconstance aggravé la situation en Afrique du Nord et au Proche-Orient, tantôt se substituant aux révolutionnaires du « printemps arabe », tantôt se réfugiant auprès des régimes autoritaires par crainte des islamistes. La transition ne peut être que longue et douloureuse. Elle exige l’accompagnement économique et politique de l’Europe, au-delà des promesses non tenues du partenariat de Deauville. Pour la France, l’enjeu est de taille, car sa population originaire d’Afrique du Nord est importante et sa mémoire reste mutilée depuis la guerre d’Algérie.

Nous ne pouvons assister silencieux au pourrissement continu du conflit israélo-palestinien qui gangrène l’ensemble de la région. Vingt ans durant, la communauté internationale a eu le souci de maintenir coûte que coûte la fiction d’une négociation autour de la solution à deux Etats, alors que celle-ci s’éloignait de plus en plus dans les esprits comme dans les réalités, à travers le terrorisme et à travers la colonisation. Aujourd’hui, au lendemain de bombardements intenses de Gaza par l’armée israélienne à l’été 2014, il est temps que la communauté internationale se mette en situation d’imposer la paix, par l’acceptation de l’adhésion de la Palestine à la Cour pénale internationale, par la reconnaissance pleine de l’Etat de Palestine à l’Organisation des Nations unies (ONU), et plus encore par un plan de paix imposé aux parties sur les bases des accords d’Oslo avec des capacités d’interposition et d’administration internationales.

L’Afrique est le deuxième espace-clé pour la France de demain, ne serait-ce qu’en raison de sa jeunesse et de sa démographie, qui en feront un continent de deux milliards de personnes en 2050, dont de très nombreux francophones, et la principale zone de croissance mondiale. Tout est à construire pour un codéveloppement efficace, pour un partenariat appuyé sur les organisations régionales et les pays les plus solides. Au lieu de quoi nous laissons d’autres puissances accompagner l’essor économique du continent, tout en menant une politique d’intervention militaire tous azimuts pleine d’ambiguïtés. Là comme ailleurs, il faut dire « politique d’abord », comme nous avons eu à cœur de le faire avec Jacques Chirac pour la Côte d’Ivoire avec les accords de Marcoussis, en favorisant les gouvernements d’union nationale, les garanties constitutionnelles pour les minorités et pour les oppositions politiques, en apportant un soutien concret, financier et humain à l’administration efficace des Etats.

Le troisième espace est l’Asie, car là se joue la confrontation stratégique à venir entre les Etats-Unis et la Chine, bien qu’atténuée par leur dépendance économique mutuelle. Le choc commercial entre le grand marché transatlantique (GMT), articulé autour des Etats-Unis, et le partenariat économique régional intégral (Regional Comprehensive Economic Partnership, RCEP), organisé autour de la Chine, mobilise près de la moitié de la population comme du commerce mondial. Les deux puissances se toisent à travers leurs stratégies d’endiguement et d’esquive, « collier de perles » américain contre route de la soie maritime proposée par Xi Jinping. S’ajoutent des conflits régionaux irrésolus, nés de mémoires à vif avec le Japon et du nationalisme exacerbé d’un régime soucieux d’unité face au ralentissement de la croissance. Le rétablissement des liens diplomatiques avec Pékin par le général de Gaulle dès 1964 conserve à la France une aura de singularité, mais pour combien de temps ? Evitons que la France ne prenne le sillage des Etats-Unis, là aussi. Profitons de l’évolution d’une Chine qui s’ouvre au monde et qui désire prendre davantage de responsabilités, sur la crise d’Ebola, sur le défi climatique, sur la coopération contre le terrorisme.

Comment incarner notre politique étrangère ? Dans le destin des nations comme dans la vie des individus, la question de savoir qui l’on est n’est jamais plus angoissante que lorsque l’on ne sait plus quoi faire. C’est par l’action que nous sortirons du doute.

Au lieu de nous fantasmer au passé, soyons pleinement nous-mêmes : une démocratie, dans un monde où la démocratie n’est pas — et peut être de moins en moins — une évidence ; un pays européen, dans une Europe de moins en moins sûre de son destin ; une culture universaliste, dans un monde qui a perdu les clés de l’universel. Au cœur du destin français, il y a l’idée de progrès. Il y a deux siècles d’inventions, de découvertes, d’entreprises françaises, un modèle social sans cesse enrichi depuis le Conseil national de la Résistance. Le progrès est l’âme de notre vision de la culture, de Condorcet à Malraux en passant par Hugo, celle d’une amélioration de l’humanité par l’avancement des arts et des sciences. Pour nous, pays d’histoire et d’espoir, croire au progrès, c’est refuser à la fois l’ordre établi et le désordre stérile.

On ne sera pas surpris que la France doute, car dans le monde entier le progrès technologique a substitué le progrès des choses au progrès des hommes. La culture est désormais soit un patrimoine, soit une marchandise, le bien-être une contrainte économique et la démocratie libérale un horizon indépassable.

Retrouvons le chemin du progrès, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Progrès de l’idée européenne, d’abord. L’Europe, si elle cesse d’avancer, chute. Aujourd’hui, elle a cessé en même temps de s’élargir et de s’approfondir. Elle se défait dans la crise de l’euro. Elle se crispe sur ses frontières, inquiète de voisins instables ou autoritaires. Les peuples rejettent les règles de Bruxelles, faute de validation démocratique suffisante. La relation construite après guerre avec la petite Allemagne de Bonn ne peut être la même qu’avec l’Allemagne réunifiée et renforcée à la fois par sa puissance économique et par l’élargissement oriental de l’Union européenne. Désormais devenue le centre naturel de l’espace économique européen, l’Allemagne ne désire pas en assumer la direction politique. Je propose depuis longtemps un traité fondateur d’une union franco-allemande, rapprochant les politiques, les institutions, les législations. Commençons par un marché unique de l’emploi et de la formation que d’autres pays pourraient par la suite rejoindre, formant le noyau d’une Europe constituée de cercles plus ou moins intégrés — zone euro, Union européenne, large pôle paneuropéen articulant avec l’Europe la Russie, la Turquie, l’Afrique du Nord — afin de peser ensemble dans le monde multipolaire.

L’Europe a les clés pour sortir de la spirale déflationniste, à condition d’une politique volontaire de la Banque centrale européenne (BCE), d’une revalorisation salariale en Allemagne et d’un plan européen d’investissement productif, dans les infrastructures et l’innovation. L’harmonisation fiscale — en priorité l’impôt sur les sociétés — et sociale — une assurance-chômage communautaire pour les jeunes actifs — est indispensable. La création d’universités européennes dans chacun des pays membres permettrait l’unification progressive des systèmes universitaires. Enfin, la pleine responsabilité de la Commission devant le Parlement européen ou l’élection au suffrage universel direct du président du Conseil européen seront des gages de démocratie européenne.

Impossible de peser dans le monde des géants sans une politique étrangère et de défense commune. En matière de défense, des avancées pragmatiques comme une centrale d’achat pour les armements et un état-major commun sont la condition de notre indépendance vis-à-vis des Etats-Unis, dont les intérêts divergent de plus en plus des nôtres avec leur « pivot asiatique ». L’OTAN est le verrou. J’étais opposé à ce que la France réintègre le commandement intégré. Mais, puisqu’il est impossible de revenir sur cette décision sans donner l’image d’une France dansant d’un pied sur l’autre, posons nos conditions : un rééquilibrage du poids de l’Europe et de celui de l’Amérique du Nord, un partage équitable des postes, une mission avant tout défensive du pacte.

Reste un défi vital : inventer une diplomatie de l’âge démocratique. Car la démocratie est à la fois contestée et impuissante. Contestée par l’émergence d’une oligarchie mondiale déconnectée des peuples et par la montée en puissance de régimes personnalisés, autoritaires, offrant dans les vents de la mondialisation un refuge communautaire national, comme en Russie, en Chine et même dans la Turquie de Recep Tayyip Erdogan. Impuissante, elle l’est à la fois dans son action extérieure, car les alternances et le poids des opinions publiques rendent nos démocraties court-termistes, versatiles et moralisatrices, et à l’intérieur, car elles se sont figées et, trop souvent dominées par l’argent et les reproductions sociales, ne semblent ni vivantes ni généreuses. En 1989, les démocraties occidentales ont fait un double contresens. Elles ont cru qu’elles avaient gagné la guerre froide, alors que c’étaient les dissidents qui l’avaient gagnée de l’intérieur, à l’usure. Elles ont cru qu’elles étaient indépassables et se sont assoupies sur leurs lauriers, faute de rival à la hauteur.

Une nouvelle diplomatie démocratique, c’est d’abord une diplomatie qui assume l’attractivité de nos démocraties, notamment européennes. Regardons la carte des dernières années. Les « indignés », les « Occupy », les « printemps » ont fleuri à travers le monde entier, sous la poussée conjointe de la montée des classes moyennes et du coup de frein de la crise économique, mais ils n’ont mené à la chute de gouvernements et de régimes que dans un cercle précis, celui du voisinage européen. Ce n’est pas un hasard, mais la trace de l’influence européenne, même involontaire, et le signe de l’impuissance des Européens à accompagner et canaliser les changements démocratiques à ses portes. Pourquoi également l’indignation n’est-elle que pour les autres, pourquoi avoir si peu tenu compte des revendications démocratiques ici ? La leçon à en tirer, c’est que notre exemplarité compte davantage que les leçons de morale. Nous ferons davantage pour la démocratie à l’est de l’Europe par une Ostpolitik fondée sur le dialogue, l’ouverture et l’exemplarité de nos démocraties que par une logique de guerre froide qui ne sert que les intérêts américains.

Une diplomatie à l’âge démocratique exige également de nouveaux moyens. Puisqu’elle ne peut s’appuyer sur le secret et sur les logiques d’intérêt, elle doit faire de la pression de ses opinions publiques une force, quand elle est aujourd’hui une faiblesse. Il faut enrichir les diplomaties de peuple à peuple, pour redonner du souffle à une politique étrangère trop souvent limitée à un passe-temps présidentiel. Donnons-lui davantage de force et d’unité à travers un Conseil de sécurité nationale mobilisant et coordonnant l’ensemble des acteurs. C’est de notre avenir collectif qu’il s’agit, et c’est pourquoi il faut un débat national, continu, pluraliste. C’est dans le monde que se joue notre vie nationale, à l’heure du redressement économique et de la nécessaire « remondialisation » d’une France en perte d’élan économique, de compétitivité, de confiance. Fixons le cap et mettons ensuite tous nos atouts au service de cette mission : notre personnel diplomatique de qualité, nos lycées français, nos universités et nos grandes écoles, notre modèle social. Soyons fidèles à notre génie particulier, à la marque de fabrique française : sur les crises et la paix, pays modérateur, facilitateur de dialogue, médiateur ; sur la vision de l’homme, pays d’innovation économique, de développement social et humain, dans l’éducation, dans la santé, pays de culture et d’ouverture.

décembre 2014, Le Monde Diplomatique

1024 681 Dominique de Villepin

Choose weapons of peace over the rhetoric of war 

 – Dans une tribune en anglais pour le Financial Times, Dominique de Villepin invite à choisir la diplomatie plutôt que la rhétorique guerrière –

We have to do what it takes to eliminate Islamist violence, a source of barbaric crimes

The barbaric murder of Alan Henning is a fresh call for more efficiency in the fight against the Islamic State of Iraq and the Levant (Isis). There is a great deal of confusion in this war. France is leading loudly and the US is leading from behind. Iran is on the side of both of them but they are not on Iran’s. One of the allies strikes Syria, the other would rather not. There is confusion over what is said, what is done and what is wished.

What is said? We are waging a “global war on terror”, a catchphrase coined 13 years ago by George W Bush. These are not just words but seeds, spreading the logic of force around the globe. The whole Muslim world is strained by local conflicts, from the Philippines to Nigeria, from the Chinese Xinjiang to the Russian Caucasus. Starting a war on terror means melting all local fronts into a single global enemy.

Moreover, the images the enemy sees are not the same as those we watch here. People in the Middle East have wounded memories and resent the double standards of western sympathy – the Syrians, for instance, whom the west let down a year ago. This is a war that provides legitimacy, credibility and visibility to fanatics around the globe. Each enemy who falls inspires 10 more to join.

What is done is another thing: a military operation in which political objectives are jumbled up with military means, perception is everything, and our hands are tied. Hands tied by a zero risk war – since Vietnam, western publics no longer tolerate casualties. Hands tied by the asymmetry of the war, in which every battle, even the smallest, becomes a decisive one if it is lost by the strongest. (Kobane today; Deraa tomorrow?) Hands tied by short-sighted strategies, in which a quick military victory gives way to a lasting political entanglement that presages the next war.

What is wished? Security. But that is the point: there is no security without peace. Every war creates collateral damages and entrenches hatred. What will we say now to countries that have been criticised for the ruthless treatment of Islamist movements – Israel, China in Xinjiang or Russia in Chechnya? When will it no longer seem necessary to intervene? After a war in Nigeria? In Southeast Asia? In Libya again?

We cannot afford an endless war of fragile truces punctuated by brutal outbursts that leads, little by little, to a clash of civilisations. The destinies of Europe and the Middle East are intertwined. The crisis in the Middle East also tears apart 20m European Muslims. We face risks at home, and also for our populations abroad, such as the 200,000 French who live around the Mediterranean.

The west bears its share of responsibility for the Middle East’s troubles. For 40 years inconsistent policies, especially in Washington, have fuelled war between nationalist dictatorships and Islamist movements. By pursuing security through the use of force, we will loose our principles and our identity. We will live in perpetual fear of the others. Peace is the chance we owe ourselves.

We have to do what it takes to achieve what we wish, the elimination of Islamist violence, a source of barbaric crimes. Not only by stopping Isis but also by destroying its political roots.

This means choosing efficiency over ideology. Neither blind pacifism, nor warmongering, will do. We can be led to use force, with clear and limited objectives: destroying the oil wells held by Isis, cutting off its revenues; giving air support to Kurdish, Iraqi or Free Syrian troops fighting Isis on the ground.

But the core strategy remains political, and it cannot wait. It requires the unity of the Arab nation states. It can still be restored by inclusive national dialogues, offering recognition to minorities. But for how long? The Sunni Arabs in Iraq, who accept the rule of Isis because they feel even more threatened by the Shia militias backed by a sectarian government, need to be won back.

The second imperative is responsibility. The regional war can only be solved by the region’s countries. The Sunni states, in particular from the heavily armed Gulf Cooperation Council, have to lead the war, with the west’s support. Not the other way round, as it is today.

The third imperative is reconciliation. In the Middle East, we have to promote local peace, in one place at a time, to achieve a regional peace tomorrow. Peace between Turkey and the Kurds. Peace between Saudi Arabia and Qatar. Peace between Israel and the Palestinians. Peace of course between Saudi Arabia and Iran, which is central to the Shia/Sunni confrontation. To achieve this, a permanent regional conference with all actors is needed. The weapons of peace can be more powerful than the war on terror. They call for political will, vision and initiative.

6 octobre 2014, Financial Times

1024 513 Dominique de Villepin

Cessons ces guerres suicidaires et donnons enfin une chance à la paix !

– Dans une tribune parue dans Le Monde, Dominique de Villepin revient sur la décision française d’intervenir en Irak contre l’Etat islamique –

 

La France se renie quand elle croit que la guerre contre le terrorisme est la solution. Cette guerre est sans victoire possible comme l’ont montré l’Afghanistan et l’Irak. C’est la loi des guérillas. C’est une guerre perpétuelle face à un ennemi sans cesse renaissant qui grandit en légitimité, visibilité et crédibilité. Cette guerre est sans espoir. Même si nous écrasons l’« Etat islamique » (EI), ce sera au prix de l’émergence d’un nouveau péril, chiite ou sunnite, islamiste ou nationaliste. Dix ans d’interventions incohérentes au Moyen-Orient ont enfanté et nourri l’EI.

Cette guerre est sans effet. Le gouvernement s’engage en espérant qu’une guerre télévisée et téléguidée répondra à la légitime émotion des Français face à la barbarie. Fer de lance médiatique de la coalition et supplétif d’une guerre en trompe-l’œil sur le terrain, la France risque de perdre sur les deux tableaux, exposant son territoire et ses ressortissants à travers le monde aux attentats et aux enlèvements.

L’EI EST UNE MENACE D’UN NOUVEAU GENRE
Bien sûr il faut agir. Tout le piège de cette logique de guerre consiste à nous enfermer dans le tout ou rien. L’efficacité en matière internationale est affaire de marges de manœuvre, de responsabilisation des partenaires et d’exploitation de toute la gamme des instruments, y compris l’outil militaire. L’EI est une menace d’un nouveau genre, inquiétante, hybride de parti totalitaire fanatisé, d’organisation criminelle lucrative et d’« entrepreneur de guerre » plaçant sa marque sur le marché mondial. Il tient son pouvoir sur son territoire de l’alliance avec des débris du régime de Saddam Hussein et avec des chefs de tribu et de quartiers sunnites, rejetant le pouvoir sectaire chiite.

Il faut donc une stratégie politique d’asphyxie de l’EI, en tarissant les revenus des puits de pétrole mais aussi les circuits de contrebande. En le privant aussi de ses soutiens sunnites modérés à travers un dialogue inclusif leur offrant des garanties politiques dans le nouvel Irak. En asséchant enfin son vivier de recrutement. Pour l’EI stagner, c’est déjà s’éteindre. Des interventions militaires ciblées sont nécessaires pour l’endiguer, mais elles doivent être en priorité le fait des pays de la région en appui des forces locales, irakiennes, kurdes, jordaniennes, syriennes libres.

UNE STRATÉGIE DE PROTECTION POUR NOS RESSORTISSANTS
Il faut une stratégie de protection pour nos ressortissants et nos territoires qui, sans brader notre attachement aux libertés individuelles et aux principes démocratiques, permettrait d’améliorer nos capacités de prévention de la radicalisation, en prison notamment ou sur Internet. Tirons les leçons des erreurs commises afin d’améliorer le fonctionnement de nos services judiciaires et de renseignement par une meilleure coordination européenne.
Depuis dix ans, je plaide pour des solutions aux crises évitant la guerre, comme en Irak en 2003 par des inspections renforcées. En 2011, en Libye, je défendais une zone d’exclusion aérienne et un soutien aux rebelles, sans franchir la ligne rouge du changement de régime. En Syrie, je proposais des sanctions internationales et la constitution de corridors humanitaires pour sauver les civils. A chaque fois on m’a objecté cet argument : c’est la guerre ou rien. Et même si la guerre ne sert à rien. Pourquoi cette logique aveugle ? Parce que la France ne croit plus en elle-même. Parce qu’elle est comme possédée par le vertige des idées simples. Depuis sept ans, elle a glissé dans un militarisme démocratique et occidentaliste qui traduit son doute sur son avenir et sa vocation. Elle s’enfonce chaque jour davantage dans un esprit de corps expéditionnaire mollettiste qui fleure la IVRépublique.

LA PEUR DU MONDE ET DES AUTRES
Mais le mal est plus large. Il s’est emparé de l’Occident. La guerre contre le terrorisme trahit une vision du monde. C’est la tentation du suicide d’une civilisation souffrant du sentiment de l’impuissance et du déclin, de la peur du monde et des autres et de la conviction de la supériorité morale. L’islamisme est un vertige nihiliste. Le Moyen-Orient traverse une crise de modernisation qui tourmente les identités confessionnelles et nationales. Les solidarités traditionnelles, fragilisées par la colonisation, sont balayées par la mondialisation, le développement, l’émergence des classes moyennes, l’essor des communications, réveillant vieux démons et nouvelles peurs.
La « guerre globale contre le terrorisme » imaginée par George Bush fait écho au califat global. Même penchant pour l’idéologie, même réflexe de la force, même passion des images. C’est le piège de la concurrence des victimes et du tango des abattoirs. Se nourrissant l’un l’autre, ils donnent mutuellement corps à leurs angoisses. Le terrorisme islamiste se délecte de mettre en scène ses victimes, les Occidentaux à cacher leurs « dommages collatéraux ». Culte du sacrifice du corps transformé en arme dans les attentats-suicide, contre obsession de la guerre « zéro risque » où les drones font s’abattre le châtiment du ciel. Deux étendards donnant un sens global à des combats locaux. Deux langages exprimant des peurs existentielles. Au risque de la destruction mutuelle.
Nous franchissons un pas de plus vers la guerre de civilisations. Mais tout n’est pas perdu. Il reste une chance pour une paix d’initiative et d’audace, à condition de rompre avec la logique de guerre. Face au terrorisme, il faut rechercher des paix locales. Renforçons tout d’abord les Etats-nations défaillants. Ils sont le vivier des dérives identitaires. L’Union européenne pourrait mettre à disposition des Nations unies une plate-forme de reconstruction des Etats pour consolider les administrations et les services publics dans les pays en conflit (Mali, Centrafrique, Ukraine).
Favorisons aussi une stratégie de dialogue. La reconnaissance des minorités, les formes de représentation politique, l’autonomie sont les clés de la pacification. C’est la tâche essentielle de susciter le dialogue chiites-sunnites, en mettant autour de la table l’Arabie saoudite et l’Iran.
Cela passe enfin par une force de réaction militaire multilatérale des Nations unies, qui nous sorte de la logique du tout ou rien, en inventant une vraie force de paix, au risque d’une présence au sol. En Irak ou en Syrie une interposition temporaire entre les communautés pourrait être nécessaire. L’ambition d’un tel programme n’a d’égal que le péril dans lequel nous jette la spirale de la guerre permanente. C’est la vocation de la France de porter la voix et la vision de la paix.

30 septembre 2014, Le Monde

1024 576 Dominique de Villepin

N’oublions pas que l’Etat islamique, nous l’avons enfanté

Dans une interview pour RTL, Dominique de Villepin rappelle que la formation de l’Etat islamique engage la responsabilité de la communauté internationale