Tag

France

1024 527 Dominique de Villepin

Ne laissons pas détruire notre maison commune

– Invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC/BFMTV, Dominique de Villepin s’est exprimé sur les enjeux du second tour de l’élection présidentielle et a appelé à faire le choix d’une citoyenneté debout, qui refuse la résignation pour défendre une certaine idée de la France –

1000 625 Dominique de Villepin

Contre l’esprit de querelle, faisons le choix de la volonté

– Dans une tribune parue dans Le Parisien, Dominique de Villepin s’exprime sur les élections présidentielles françaises –

 

Cette campagne présidentielle aura-t-elle été à la hauteur des enjeux pour le pays?

Evidemment non, cette campagne a été atterrante. Elle a ajouté de la confusion à la confusion, donnant l’image d’un pays en proie à toutes les peurs et toutes les colères et d’une société française sentant terriblement le renfermé. Le rituel démocratique est devenu un risque pour nous. L’heure est à la gravité. Nous avons besoin avant tout de raison, d’esprit de sérieux et de sens des responsabilités. Si nous n’avons pas un Etat solide, la France court toujours le risque de se défaire.

La montée des populismes est-elle inexorable ?

La colère est mondiale. Nous ne sommes pas une île. Nous assistons au reflux global du libéralisme, vingt cinq ans après la chute du Mur de Berlin. Les régimes autoritaires et les hommes forts ont partout le vent en poupe ; regardez la dérive de la Turquie. C’est le rejet de la greffe d’une mondialisation libérale, source d’homogénéisation culturelle et de désordres sociaux. Au Royaume Uni du Brexit, dans l’Amérique de Trump, en France, partout se manifestent les mêmes fractures territoriales, peuple des villes contre peuple des champs, classe centrale contre minorités et élites. Nous devons refuser ces logiques de guerre civile qui ne mènent qu’à l’impasse.

Emmanuel Macron affirme que vous partagez beaucoup de terrains d’entente, que vous vous parlez régulièrement: soutenez-vous le candidat d’En Marche? 

C’est vrai, nous avons une relation amicale et échangeons sur les grandes questions internationales. Il a une vraie qualité d’écoute, une détermination et un sens de l’Etat indispensable. Le choix électoral se ramène à une offre simple. D’un côté les radicaux qui jurent de renverser la table et la soupière avec elle. De l’autre les partis traditionnels, qui, quelles que soient les qualités des candidats ou des projets, restent prisonniers de leurs divisions et voient le pouvoir comme une rente à partager. Il y a   enfin une nouvelle voie, que veut ouvrir Emmanuel Macron, celle du rassemblement. Contre l’esprit de querelle, faisons le choix de la volonté.

Peut-il répondre à la colère et aux attentes des Français ?

Il y a en effet aujourd’hui un risque majeur de voir la France s’affaisser et pour le prochain président de n’être que le marchepied de la colère. Mais il reste une chance historique de refonder les institutions de la Ve République et de leur réinsuffler du sens. C’est une tâche titanesque. Les présidents successifs s’y sont épuisés, tant les exigences de la conquête du pouvoir sont souvent contraires aux nécessités de l’exercice du pouvoir. Ne nous y trompons pas. Une fois élu, son travail ne fera que commencer. Trois chantiers majeurs l’attendent.

Lesquels ?

Le rassemblement d’abord pour que son mouvement ne soit pas un nouveau parti, lié uniquement par une allégeance personnelle, mais un espace de renouveau et de débat.

La réconciliation ensuite, car il s’agit non de l’emporter contre la France de la peur et de la colère, mais de la ramener au bercail, de lui montrer qu’il y a un chemin commun. Pendant trop longtemps les laissés-pour-compte de la mondialisation et de l’Europe sont restés sur le bord du chemin. Leur donner une place, cela passe par un Etat fort et protecteur, garant de notre unité et porteur d’un esprit de fraternité et d’humanisme.

La réforme enfin, car le pays a besoin de se donner la preuve qu’il est capable de changer. Il ne s’agit pas de brusquer ou de triompher, mais de dégager une nouvelle méthode de consensus autour de larges majorités d’idées sur des sujets cruciaux pour notre vitalité économique – notamment la question du coût du travail et de la fiscalité. Il faut tirer les leçons de ce qui a marché et de ce qui a échoué dans les vingt dernières années. Cela a été mon combat entre 2005 et 2007, avec Thierry Breton et Jean Louis Borloo, lorsque j’étais Premier ministre, sur les deux chantiers prioritaires de la lutte contre les déficits et le chômage.

L’Europe, est redevenue un enjeu de la campagne. Mais plusieurs candidats  ont un projet de rupture avec l’Europe…

On ne décide pas de l’avenir d’un continent sur la base d’un mouvement d’humeur. Soixante ans après le traité de Rome, c’est une question existentielle qui est posée à l‘Union Européenne. Car l’Europe est malade, rongée à l’est par l’illibéralisme traditionaliste, au nord par les pulsions identitaires, au sud par les anti-systèmes. La France est aujourd’hui le principal champ de bataille européen : Frexit n’est pas Brexit. Il n’y a pas d’Europe sans la France. Quant aux plans B et aux rapports de force, on voit où ils ont mené la Grèce. Le nouveau président aura une occasion majeure de relancer le couple franco-allemand, après l’élection allemande de septembre, et, ainsi de relancer l’Europe autour de projets concrets, susceptibles d’être compris par les peuples, et une gouvernance de la zone euro plus efficace. Le sentiment anti-européen est un diable facile à sortir de sa boîte, mais difficile à y faire rentrer une fois élu.

Il aura également été assez peu question de politique internationale. La France joue-t-elle un rôle à sa hauteur sur la scène internationale? Comment le renforcer, ou le restaurer? Son engagement doit-il prendre d’autres formes – vous avez évoqué l’excès de « guerre »? 

A l’heure où nous parlons, la France est engagée sur plusieurs terrains d’opération, un porte avions américain croise vers la Corée du Nord, des troupes de l’OTAN sont renforcées en Europe orientale. Nous avons basculé dans un nouveau monde, multipolaire et menaçant, où apparaissent des lignes de failles entre toutes les puissances, tandis que nationalisme et protectionnisme s’aiguisent. Malheur à ceux qui n’ont ni vision, ni politique, car ils seront la variable d’ajustement. L’Europe est cernée de crises, en Ukraine, en Turquie, en Syrie et en Irak, en Afrique du Nord et nous n’avons pas d’autre stratégie que de parler plus fort que les Etats Unis tout en agissant moins.

Nous sommes à un tournant mondial, un des ces moments diplomatiques où la place des nations se redéfinit pour plusieurs décennies. La France peut contribuer à dessiner la nouvelle carte du monde, elle peut y avoir une place, mais à condition de se donner un cap diplomatique. Elle pèsera toujours plus par le dialogue que par les armes. Il faut pour cela mettre fin à la dérive interventionniste qui a trop longtemps servi de substitut à une diplomatie réfléchie, en limitant l’usage de la force à des cas ponctuels, en dernier recours et avec l’assentiment des Nations Unies. Soyons en pointe de la consolidation des Etats, face à l’épidémie d’Etats faillis, afin d’enrayer la violence et le terrorisme qui y prospèrent.

La vocation de la France ce n’est pas de propager l’esprit de guerre. Car je veux le répéter encore, la guerre ne nourrit que la guerre. La vocation de la France c’est l’indépendance et l’équilibre, c’est de parler à tout le monde dans un esprit de responsabilité. Deux exemples : en Europe Orientale, nous pouvons prendre l’initiative d’une conférence dessinant une nouvelle architecture de sécurité avec la Russie. Vers l’Afrique, c’est notre devoir et notre intérêt de tendre la main, au nom des liens entre les peuples. A l’image de ce que la Chine a engagé avec la nouvelle route de la soie, nous devons proposer un grand projet de partenariat à l’Afrique et au Maghreb, avec l’Union Européenne, à la fois économique, politique et culturel.

Le nom de De Gaulle est revenu sans cesse dans la campagne, dans la bouche de la plupart des candidats: qu’est ce que cela vous inspire ?

En tant que gaulliste, je ne peux que m’en réjouir, mais je ne suis pas dupe, la référence au général de Gaulle, c’est la pantoufle de verre que l’on cherche à faire enfiler à tous les candidats. Plus on en parle et s’en réclame, d’un bout à l’autre du spectre, de Jean Luc Mélenchon à Marine Le Pen – plus son absence se fait sentir. C’est au fond la statue du Commandeur d’institutions détournées de leur esprit – par les primaires, par le quinquennat, par les partis. Nous sommes à un moment de refondation comparable à 1958.

Quel avenir voyez-vous au parti Les Républicains? 

La droite républicaine a besoin d’une colonne vertébrale. Face à la recomposition politique en cours, les tentations de durcissement, dans les discours ou dans les alliances, risquent d’entretenir une spirale de radicalisation et beaucoup de mes amis politiques, aujourd’hui déjà, peinent à se retrouver dans leur propre famille. Il y a un travail de clarification et de modernisation indispensable.

Si Emmanuel Macron est élu président de la République, pourriez-vous travailler avec lui? 

Je suis un homme libre et je le resterai.

 

20 avril 2017, Le Parisien

1024 597 Dominique de Villepin

L’avenir de la paix

Invité par l’Institut Diderot à livrer ses réflexions sur la politique étrangère de la France, Dominique de Villepin a donné une conférence sur le thème de « l’avenir de la paix ». Il y développe une analyse des principales crises de notre temps, et des propositions pour parvenir à instaurer davantage de dialogue et de stabilité dans ces régions.

150 150 Dominique de Villepin

Syrie : la France peut et doit agir

Dans les ruines d’Alep, la communauté internationale à failli à sa tâche. La démission de Kofi Annan prend acte de la crise de légitimité sans précédent des Nations unies. Une époque née de la chute du Mur trouve ici son dénouement tragique. D’un côté, une Amérique et un Occident qui supportent d’autant moins le scandale de l’impuissance qu’il n’y a plus d’adversaire à blâmer, et qui interviennent tous azimuts, mêlant souci de l’humanité et intérêts stratégiques, au Kosovo, en Afghanistan, en Irak, en Libye. De l’autre côté, des puissances soucieuses de stabilité, comme la Russie ou la Chine, qui font du droit international un rempart d’immobilisme et dont les troupes ne sortent jamais de leur pré carré supposé.

Nous sommes face à un dilemme. Si la communauté internationale n’intervient pas en Syrie, l’immobilisme aura triomphé et le monde du XXIe siècle sera celui des nouvelles barbaries, sagement abritées par des frontières complaisantes. Si nous intervenons militairement en Syrie, c’est le risque de la porte ouverte à toutes les croisades de l’empire du bien. Quand irons-nous, la fleur au fusil, dans l’est du Congo, où la guerre se rallume sans cesse, après trois millions de morts probables en une décennie tragique? Quand en Corée du Nord, en Iran?

Dans les deux cas, on nourrit l’engrenage explosif de la région et de ses acteurs les plus irresponsables, régimes radicaux, mouvements islamistes ou monarchies conservatrices.

En appelant à l’action rapide en Syrie, Nicolas Sarkozy refuse toute fatalité. Disons-le, la polémique, une fois n’est pas coutume, peut être fertile: elle permet d’abord de rappeler l’urgence du dossier syrien et ensuite de révéler les lignes de fracture françaises sur les questions internationales. Deux visions s’affrontent.

La première vision, c’est celle d’un message républicain de liberté et d’humanité qui ne peut s’arrêter à nos frontières, même s’il faut le soutenir par la force des armes. Une même filiation unit les enfants de 1789 aux plus sincères parmi les néoconservateurs. Nicolas Sarkozy reprend aujourd’hui ce flambeau, au nom de ce qu’il a voulu en Libye, il y a un an. Il est légitime qu’il s’y tienne, quitte à négliger les différences de terrain, d’environnement et de risque militaire des deux situations. Pourtant, on ne fait pas une politique en enchaînant émotions et coups de force. Si la situation est si inextricable à l’ONU, c’est aussi parce que l’opération libyenne a fragilisé la responsabilité de protéger, désormais pour certains synonyme de changement de régime.

La deuxième vision, c’est, semble-t-il du moins, celle qui s’esquisse ces jours-ci à l’Élysée et au Quai d’Orsay, celle d’un réalisme soucieux non seulement de l’action immédiate, mais aussi des conséquences, au nom de la complexité de l’héritage historique de la France dans la région depuis le mandat colonial, au nom aussi d’une modestie affichée pour une «puissance moyenne». Mais attendre et expliquer qu’on ne peut rien faire n’est pas une politique.

Ce débat doit avoir lieu. Mais le choix, ce ne peut-être la guerre ou rien. La France peut et doit agir, même si l’option militaire est trop dangereuse. L’union de l’esprit d’initiative et du souci d’équilibre est le fil d’Ariane de la diplomatie française des grandes heures, et notamment du gaullisme. Nous avons su porter des principes dans l’affaire syrienne. Soyons aussi au rendez-vous de l’action, guidés par le souci permanent de sauver des vies humaines.

Priorité à l’humanitaire et à la poursuite des auteurs de crimes, car c’est la souffrance des victimes qui mobilise les consciences du monde entier. Il faut pour cela déployer des moyens humanitaires, notamment médicaux, comme la France s’apprête à le faire en Jordanie, mais également envisager des corridors humanitaires pour évacuer les dizaines de milliers de civils hors de l’enfer de la guerre. Poursuivre les coupables en même temps. Le droit international ne sera crédible que quand il saura châtier non seulement les dirigeants, mais tous ceux qui le méritent à chaque niveau de décision et qu’il aura les moyens d’agir, notamment sur les avoirs dans les paradis fiscaux. Il n’y a pas de droit sans possibilité de recourir à la contrainte. Mobilisons également les outils dans le domaine militaire et du renseignement. Si une zone d’exclusion aérienne sur la Syrie paraît difficilement praticable, peut-être peut-on envisager de créer des couloirs aériens protégés. De surcroît, rien n’interdit à la Ligue arabe de prendre toutes ses responsabilités sur le terrain.

Mais il faut aussi préparer l’avenir de la Syrie et de la région, face notamment à un enjeu iranien qui est dans tous les esprits, face également aux risques qu’une partition du pays ferait courir à la stabilité régionale. Quelle serait l’action d’un petit État alaouite surarmé et fanatisé? Nul ne le sait, mais il est évident que la menace pour Israël en serait encore accrue. Pour relever le défi, nous n’avons pas le droit de renoncer à la diplomatie parce qu’elle aurait déçu. Elle reste la seule réponse qui dure dans un monde imparfait. Renouons les fils et saisissons toutes les opportunités avec tous les acteurs internationaux et régionaux et, de ce point de vue, après Kofi Annan, le travail de médiation demeure indispensable.

Hors des alternatives stériles s’ouvre le chemin du devoir et de l’action.

10 août 2012, Le Figaro

150 150 Dominique de Villepin

La droite m’effraie, la gauche m’inquiète !

La campagne du premier tour a été indigente. Celle du second devient indigne. L’instrumentalisation de faits divers, l’improvisation de bien des propositions, le débauchage sans vergogne de voix extrémistes, tiennent aujourd’hui lieu de débat. Les lignes rouges républicaines sont franchies une à une.

Je veux le dire aujourd’hui avec gravité. C’est une route sans retour. La dérive électoraliste qui s’est engagée est un processus incontrôlable et sans fin. Une concession en entraînera toujours une autre. Un gage à l’extrémisme toujours un plus grand encore. Une digue rompue en fera céder une autre. Halte au feu !

Je ne peux cautionner cette dérive.

Le combat contre la logique des idées simples, de la peur et de la force, c’est l’engagement de toute ma vie politique au nom d’une certaine idée de la France. C’est la même spirale qui a entraîné la guerre en Irak et qui nourrit l’islamisme au nom du choc des civilisations. C’est la même spirale qui entraîne le Proche-Orient vers un désespoir toujours plus profond. La division n’a pas de fin. La haine n’a pas de fond. C’est cette conviction qui avait conduit Jacques Chirac à tracer des limites claires entre la droite républicaine et l’extrême droite. C’est cette conviction qui m’a conduit, cinq ans durant, à alerter contre les risques de dérive, de stigmatisation et de division.

Je ne supporte pas l’hystérie générale qui s’est emparée de l’élection dans laquelle le peuple français est pris en otage par six millions d’électeurs en colère. Aujourd’hui, tout se passe comme s’il n’y avait en France que des électeurs du Front national. Comme s’il n’y avait pas d’autres questions que le halal, l’immigration légale, les horaires de piscines municipales. La compétitivité, l’éducation, l’agriculture, l’innovation : disparues. L’Europe, le chômage, les déficits sociaux, la délinquance ? Lus jusqu’à l’absurde à travers les lunettes déformantes et rétrécissantes du FN. Les responsables politiques ne cessent de se laisser creuser l’écart entre le discours et les actes, nourrissant la rage et le désenchantement. Le FN n’est que le produit dérivé de ce mensonge généralisé.

C’est mon devoir de responsable politique d’assumer aujourd’hui l’exigence de mon héritage gaulliste en disant le poison mortel qui menace la droite : celui du reniement de ses valeurs, celui du sacrifice de ce qui fait notre identité. C’est mon devoir vis-à-vis des électeurs de la majorité qui, comme moi, s’interrogent, doutent du bien-fondé d’une telle politique, mais qui veulent croire que dans cette majorité il y a des hommes et des femmes dont la conscience reste en éveil et qui ne cesseront de se dresser pour que l’intérêt général prévale, pour que la dignité de notre pays l’emporte.

Ne nous abîmons pas. Chacun de nous doit prendre ses responsabilités pour faire revenir notre monde politique à la raison et retrouver un chemin d’espérance, de réconciliation et de refondation. A la force et à la peur, nous ne pouvons, citoyens libres, qu’opposer le droit, la raison et l’humanité.

La véritable réponse à cette dérive, ce sera de reconstruire un avenir pour notre pays.

Aujourd’hui, c’est vrai, la droite m’effraie, mais la gauche m’inquiète. Le 6 mai, quoi qu’il arrive, sera la victoire d’un homme, mais pas la victoire de la France. Tout sera à faire. Tout sera à réinventer. Nous aurons une tâche formidable devant nous: la réconciliation des Français.

Aucun des deux projets ne sera à même d’apporter les réponses nécessaires à une crise d’une gravité exceptionnelle. Alors faisons vivre deux exigences.

La première exigence, c’est de regarder plus loin que cette élection pour affronter les grands défis à venir. Notre réponse au chômage, au déclin industriel, au défi énergétique, notre réorientation vers une économie de la connaissance par une éducation nationale plus juste et plus efficace, notre place en Europe, nous ne les trouverons pas dans l’idéologie. La clé de ces urgences, c’est le rassemblement, c’est l’action, c’est le sens du devoir.

La deuxième exigence c’est, au-delà du bulletin de vote, au-delà du choix d’un nom, d’assumer jour après jour notre citoyenneté, avec vigilance et responsabilité face à tous les grands choix de notre nation.

Mon rôle n’est pas de dire pour qui voter, car chacun doit prendre ses responsabilités. Les citoyens ne sont ni des moutons ni des enfants turbulents. Le 6 mai, que chacun vote en pensant à la France et à ce qu’elle a toujours porté de meilleur, à ses valeurs de respect, de dignité et d’humanisme, parce que, en conscience, il faut bien choisir.

Et le 7 mai, tout restera à faire, il faudra se rassembler pour agir. C’est dans cette ligne que je m’engagerai dans la voie du redressement de notre pays.

27 avril 2012, Le Monde

150 150 Dominique de Villepin

Un projet de devoir

Retrouvez ci-dessous les 30 grandes mesures que Dominique de Villepin propose aux Français dans le cadre de son projet de devoir, pour relever la France.

L’EFFORT, UN DEVOIR POUR RELEVER LA FRANCE

1- La semaine de 37h pour produire plus de richesses
– 37 heures de travail par semaine au lieu de 35, c’est l’équivalent de 100.000 emplois dans la fonction publique pour des services publics plus efficaces et moins coûteux
– 37 heures de travail par semaine payées au taux normal, ce sont 10 milliards d’euros d’économies pour l’Etat sur les exonérations de charges liées aux 35 heures, employés à la réduction de la dette publique.

2- Payer plus d’impôts pour résorber notre dette
– Etablissement effectif d’un taux d’impôt sur les sociétés égal à celui des PME pour toutes les grandes entreprises via la suppression des différentes niches et autres avantages qui leur permettaient jusqu’ici de ne payer que 8% d’impôt sur leurs bénéfices.
– Fusion de tous les impôts directs sur les personnes physiques (impôt sur le revenu, CSG, CRDS, impôt de solidarité sur la fortune) pour plus de clarté et de contrôle par les contribuables.
– Imposition similaire, via le nouvel impôt citoyen et unique, des revenus du capital et des revenus du travail, pour cesser de privilégier les premiers par rapport aux seconds.
– Instauration d’une nouvelle tranche d’imposition à 60% pour les foyers dont les revenus dépassent 1 million d’euros par an.

3- Revenir à l’équilibre budgétaire en 2017
– 60 milliards d’euros d’économies pour revenir à l’équilibre budgétaire.
– 40 milliards de recettes fiscales nouvelles pour revenir à l’équilibre.

LE RASSEMBLEMENT

4- Un gouvernement d’union nationale pour surmonter la crise
– Le prochain Premier ministre sera chargé de constituer un gouvernement d’union nationale réunissant les membres les plus compétents de l’ensemble des formations politiques et des personnalités reconnues venues de la société civile.

5- La cogestion pour favoriser l’union des forces sociales
– Un tiers des sièges des conseils d’administration et des conseils de surveillance des entreprises de plus de 250 salariés devront être détenus par des représentants des salariés.

6- Un effort de redressement national partagé en trois tiers
– Les ménages les plus aisés verront leur niveau d’imposition alourdi, au travers notamment d’une nouvelle tranche d’impôt direct fixée à 60% au-delà d’un million d’euros de revenus annuels, mais aussi à travers la réduction des niches fiscales.
– Les grandes entreprises et les banques paieront une surcote temporaire à l’impôt sur les sociétés à hauteur de 4 milliards d’euros.
– Les Français contribueront tous à l’impôt citoyen, même symboliquement.

7- Renouveler la démocratie, à tous les niveaux
– Consultation du peuple français par référendum sur les grands enjeux du quinquennat à venir : réforme des institutions, énergie et environnement, fiscalité.
– Développement et facilitation des référendums d’initiative populaire.
– Extension de conseils de quartier élus au suffrage universel direct pour favoriser le dialogue avec l’Etat, la bonne prise en compte des besoins et spécificités de chaque quartier, le bon fonctionnement des maisons de service public.
– Instauration d’une dose de proportionnelle aux élections législatives pour que tous les courants politiques soient représentés à l’Assemblée nationale.

SOLIDARITE, JUSTICE SOCIALE & ECOLE

8- Revenir à des écarts de salaires décents
– Lancement de négociations entre les partenaires sociaux visant à déterminer les écarts de salaire acceptables au sein de chaque entreprise.
– En cas d’échec des négociations, un projet de loi encadrant les écarts de salaires sera déposé au Parlement.

9- Faciliter l’accès de tous aux services publics essentiels
– Création de Maisons de Services Publics pour favoriser l’accès aux services essentiels dans les quartiers ou zones rurales aujourd’hui laissés pour compte.
– Dans les quartiers et zones où le taux de chômage est particulièrement élevé, déploiement d’antennes d’une Agence Nationale de Développement Economique qui stimulera l’activité économique et la création d’emplois, notamment au niveau des PME.

10- Garantir l’accès au logement
– Création d’un Service Public du Logement piloté par une Agence Nationale du Logement.
– Encadrement par contrat des loyers au moyen de l’incitation fiscale et de l’apport de garanties publiques aux bailleurs, prioritairement dans les zones où l’accès au logement est le plus difficile.
– Accélération de la construction de logements neufs, notamment d’un parc locatif social privé.

11- Assurer l’accessibilité des services de soins
– Restructuration des hôpitaux publics, au niveau de 8 à 10 Agences Régionales de Santé, pour en faire des structures territoriales polyvalentes assurant les soins de proximité et d’excellence.
– Création de Maisons de Santé ou de Dispensaires, adossés aux pharmacies, pour assurer la présence des personnels soignants dans tous les quartiers et villages.

12- Pour une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans
– L’âge de début de la scolarité obligatoire sera abaissé de 6 à 3 ans.
– L’âge de fin de la formation obligatoire sera fixé à 18 ans.

13- Permettre le vivre ensemble via une Ecole du Socle
– Mise en cohérence des parcours entre les écoles primaires (classes de maternelle et d’élémentaire) et les collèges afin d’aboutir à une véritable Ecole du Socle avec une diversification plus progressive des matières enseignées.
– Concentration des objectifs et programmes de l’Ecole du Socle sur les savoirs fondamentaux (français, mathématiques, histoire, langues étrangères), la culture générale et civique, les activités artistiques et sportives.
– Réforme des rythmes scolaires annuels et hebdomadaires pour une répartition des activités plus conforme aux rythmes de l’enfant.

14- Permettre à chacun de trouver sa place dans la société via une Ecole de la Détermination
– Valorisation des filières d’enseignement professionnel et technologique aux côtés des filières générales, ainsi que de l’apprentissage et de l’alternance.
– Réforme de l’orientation au sein de groupements d’établissements offrant, dans un même bassin scolaire, l’ensemble des formations.
– Maintien dans les deux premières années d’un tronc commun fort pour faciliter les passerelles entre les filières.

15- Faire de l’école le creuset de la justice sociale
– Instauration d’un droit personnalisé pour les élèves défavorisés en remplacement des zonages actuels (ZEP), qui déterminera l’effectif de leur classe et les moyens de leur établissement, l’accès à des dispositifs de soutien personnalisé et l’accès à certaines activités extra-scolaires.
– Mesures statutaires (avancement de carrière) et financières (rémunération) incitant les enseignants à prendre des postes auprès des élèves en difficulté et conserver ces postes dans la durée par l’accès après 15 ans de carrière à un corps d’enseignants-conseils chargés notamment de l’encadrement pédagogique.
– Ouverture de places réservées aux 5% de meilleurs bacheliers de chaque établissement dans les filières sélectives (classes préparatoires aux grandes écoles, BTS, IUT).

16- Fusionner grandes écoles et universités
– Création de grandes universités polyvalentes, intégrant grandes écoles, enseignements et recherche de niveau mondial, mais aussi enseignement et formation professionnelle de proximité.
– Intégration des Classes préparatoires aux grandes écoles au sein des parcours universitaire de licence.
– Amélioration de l’association des pôles universitaires régionaux aux grands pôles de compétitivité à dimension internationale pour accroître les liens entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

REFONDATION POLITIQUE

17- Des pouvoirs moins dispersés : 10 ministres, 400 députés, 200 sénateurs
– Nomination d’un gouvernement de 10 ministres aux responsabilités claires.
– Nomination de hauts fonctionnaires compétents et respectés par leur administration aux postes de secrétaires d’Etat.
– Réduction des sièges à l’Assemblée nationale, de 577 à 400.
– Réduction des sièges au Sénat, de 348 à 200.
– Interdiction stricte de tout cumul de la fonction de ministre ou du mandat de parlementaire avec un mandat exécutif local

18- Rendre la justice indépendante par son statut et ses moyens
– Création d’un Procureur Général de la Nation qui sera le plus haut magistrat du parquet, rompant ainsi le lien de dépendance entre les magistrats et le ministre de la Justice, investi aux 3/5e par le Congrès pour sept ans et chargé de la nomination et de l’avancement des procureurs.
– Développement des procédures infra-judiciaires de type médiation ou « plaider-coupable » pour désengorger les tribunaux.

19- Veiller à l’indépendance des médias
– Interdiction légale de détention d’entreprises audiovisuelles ou de presse par des entreprises dont une partie significative du chiffre d’affaires dépend de la commande ou de la régulation publiques.

20- Donner aux régions françaises une taille critique
– Réduction de 22 à 8 du nombre de régions métropolitaines.
– Election du président de région au suffrage universel direct.
– Création d’un Conseil Territorial qui permettra d’associer les régions françaises aux grandes décisions portant sur la stratégie industrielle et économique du pays.

21- Pour lutter contre l’insécurité : une police nationale et une police territoriale
– Recentrage de la police nationale sur deux missions essentielles : maintien de l’ordre et enquêtes judiciaires.
– Création d’une police territoriale assumant les missions de police administrative ainsi qu’une présence de proximité, de prévention et d’interpellation, au coeur de tous les territoires et quartiers.
– La police territoriale sera placée sous l’autorité des maires, mais son recrutement sera national afin d’offrir à ses policiers une formation reconnue, un statut clair et une égale présence sur le territoire.

22- Relancer la construction européenne
– Création d’un haut conseil franco-allemand permanent pour favoriser la coordination des politiques fiscales, économiques et sociales.
– Ouverture d’un nouveau cycle de négociations institutionnelles visant à favoriser la croissance et l’emploi au niveau européen ainsi qu’à obtenir l’élection du président du Conseil européen au suffrage universel direct.

REFONDATION ECONOMIQUE ET ENVIRONNEMENTALE

23- Baisser de manière significative le coût du travail
– Baisse de 60 milliards du volume des cotisations sociales (patronales et salariales).
– Encadrement des négociations visant à décider de l’emploi des baisses de charge, entre un impératif de compétitivité pour les entreprises et un impératif de hausse des salaires, notamment des plus petits.
– Augmentation du taux de TVA de 2,5 points, en complément de la hausse de la CSG et de l’Impôt sur les sociétés.

24- Jeter les bases d’une véritable stratégie industrielle mêlant les échelons nationaux et locaux : création d’un Conseil National Stratégique
– Création d’un Conseil National Stratégique auprès du Président de la République et réunissant les représentants de l’ensemble des acteurs économiques (entrepreneurs, banques, pouvoirs publics), politiques (Commissions compétentes de l’Assemblée Nationale et du Sénat) et sociaux (Syndicats et organisations patronales).
– Nomination d’un entrepreneur reconnu à la tête du CNS pour symboliser la stratégie de redressement national par le dynamisme économique et entrepreneurial.

25- Développer nos PME à travers des filières d’excellence pour une qualité à la française
– Analyse et sélection des filières d’excellence industrielle par le Conseil National Stratégique (notamment autour du numérique, de l’aéronautique, de l’énergie, de l’automobile).
– Effort de R&D industrielle, public et privé, afin d’aider les PME françaises à monter en gamme et à gagner des parts de marché à l’export.
– Regroupement et renforcement des pôles de compétitivité afin de retrouver leur dimension internationale.
– Réforme de la gouvernance des pôles de compétitivité afin de donner plus de pouvoirs aux dirigeants de PME et de grandes entreprises, en lien avec les représentants du monde universitaires, des régions et de l’Etat.
– Relance de l’investissement en faveur des TPE et PME d’Outre-Mer afin de les aider à compenser leur handicaps structurels (insularité, difficultés de transport, aléas climatiques).

26- Amener les banques à contribuer positivement à l’économie française
– Création par loi cadre d’un service public bancaire assurant le suivi des directives et règles devant être suivies par les banques pour le financement de l’économie française, notamment des PME.
– Création du « 1% PME », soit l’allocation d’un pourcent de l’encours des produits d’assurance vie au financement de projets portés par des PME dans le cadre de filières d’excellence.
– Définition et mise en oeuvre, par le service public bancaire, d’un cadre d’accès universel aux banques pour tous les citoyens.

27- En finir avec le gaspillage et restaurer notre cadre de vie
– Instauration d’une TVA Emploi, Environnement, Exportations favorisant les produits surs et économes.
– Grenelle de l’énergie devant évoquer l’ensemble des questions énergétiques françaises et notamment la part du nucléaire dans la production électrique. Adoption par référendum de la politique énergétique de la France à l’issue de ce Grenelle de l’énergie, qui pourra être notamment la perspective de réduction de l’énergie nucléaire dans notre mix énergétique, à hauteur de 50% à l’horizon des prochaines décennies.
– Elaboration d’une fiscalité incitative pour les entreprises via une modulation de l’impôt sur les sociétés en fonction de critères liés à l’emploi et au respect de l’environnement.
– Réforme des autorités de veille sanitaire et alimentaire afin de renforcer leur indépendance et de leur permettre ainsi de mieux jouer leur rôle de conseil et d’alerte auprès des pouvoirs publics sur tous les enjeux sanitaires et alimentaires (médicaments, OGM, etc.).
– Elaboration et mise en application d’une charte des paysages et des centres villes pour préserver voire restaurer l’identité de nos territoires, de nos terroirs, de notre culture.

REFONDATION DU LIEN SOCIAL

28- Recréer du lien via le service citoyen
– Instauration d’un service citoyen obligatoire pour les jeunes, fractionnable en périodes de trois mois minimum.
– Le service citoyen pourra être effectué auprès d’associations reconnues d’intérêt public ou d’aides aux personnes, auprès d’entreprises de l’économie solidaire et sociale, au sein de l’Etat (hôpitaux, armée, éducation nationale).
– Ouverture progressive du service citoyen, sur une base volontaire, à l’ensemble des citoyens désireux de consacrer quelques mois de leur vie à l’intérêt général et aux autres.

29- Un revenu citoyen en contrepartie d’une activité d’intérêt général
– Fusion-suppression des allocations et pensions existantes pour aboutir à terme à une allocation unique.
– Ouverture, dans un premier temps, du revenu citoyen de 850 euros aux personnes âgées et personnes handicapées.
– Création d’un million de contrats citoyens destinés aux chômeurs en fin de droits et aux allocataires de minima sociaux. Ces contrats leur permettront de toucher le revenu citoyen en contrepartie d’un service citoyen obligatoire, au service de l’intérêt général, à hauteur de 20 heures par semaine.
– Dans le cadre du service public bancaire, conversion du revenu citoyen en prêts bonifiés aux jeunes porteurs de projets d’intérêt général. Ces prêts seront remboursables dans le cadre de l’impôt citoyen.

30- Assumer ses devoirs civiques et citoyens
– Instauration du vote obligatoire pour tous les citoyens français majeurs, à l’ensemble des élections locales et nationales.
– Prise en compte du vote blanc parmi les suffrages exprimés.

150 150 Dominique de Villepin

On n’est pas couché 25 février 2012

150 150 Dominique de Villepin

Conférence Iségoria

150 150 Dominique de Villepin

Intervention à Sciences-Po / Ceri

150 150 Dominique de Villepin

Critique du rapport Goasguen sur la nationalité