Tag

France

1024 576 Dominique de Villepin

On ne peut pas comparer le Parti Républicain et le Front National

Dans une interview en anglais pour CNBC, Dominique de Villepin rejette toute comparaison entre le Parti Républicain et le Front National, appelant à distinguer deux organisations politiques dont la dimension et l’influence dans leur pays respectif sont bien différentes

1024 680 Dominique de Villepin

L’Amérique voit fondre son hégémonie

– Dans un entretien avec Olivier Royant et Régis Le Sommier pour Paris Match, Dominique de Villepin revient sur l’augmentation du risque d’escalade conflictuelle à l’heure où les Etats-Unis ne sont plus les gendarmes du monde –

 

Un haut diplomate russe nous confiait que nous sommes dans un état de tension entre Russes et Américains sans équivalent depuis la crise des missiles, en 1962. Partagez-vous cette opinion ?

Américains et Russes semblent devenus incapables de se comprendre. L’Amérique voit fondre son hégémonie. L’Europe craint la constitution de glacis, d’Etats tampons dans l’étranger proche de la Russie. J’arrive de Pologne, où l’inquiétude des dirigeants et de la population est profonde et les conduit à soutenir le déploiement de missiles de l’Otan. La Russie voit dans les révolutions de couleur ou de Maïdan des empiètements sur son pré carré historique et une vulnérabilité face à l’Otan. Ces réactions en chaîne rappellent la logique des “somnambules” avant la Première Guerre mondiale, dénoncée par Christopher Clark, le cercle vicieux des peurs, des calculs et des réflexes militaires.

 

Cette escalade semble se faire dans l’indifférence générale, comme si l’on ne voulait pas la voir.

Sans doute par sidération devant les enjeux, on se refuse à voir le caractère global de ces tensions, les rivalités profondes, territoriales, fondées sur des intérêts stratégiques. L’affrontement des grands blocs de puissance s’intensifie partout, en Europe orientale comme en mer de Chine du Sud. Une bataille d’influence titanesque a lieu entre Américains et Chinois pour le partage des grands instruments de la domination mondiale, Internet, la monnaie, l’énergie, le droit, la culture. Pour le contrôle du territoire aussi, car la Chine se libère peu à peu du corset étroit que les Etats-Unis lui avaient imposé après 1945, en Asie du Sud-Est – aux Philippines ou en Malaisie – ou en Asie centrale. Nous sommes entrés dans un nouvel âge de rivalité mondiale. En réagissant systématiquement par la sanction et l’exclusion, les Occidentaux aggravent la fracture du monde. Ils ont ainsi, contre toute vraisemblance, poussé la Russie à se tourner vers l’Asie ou encouragé le durcissement de la Turquie. J’ai la conviction que l’Europe a la possibilité, si elle se réveille, d’empêcher le face-à-face et de proposer des alternatives, par exemple, en matière monétaire face au risque de nouvelles crises financières, l’organisation d’un G3 des principales monnaies mondiales, réunissant la Fed, la Banque centrale européenne et la Banque centrale chinoise autour d’un objectif de stabilité monétaire.

 

Certains diplomates parlent de Troisième Guerre mondiale. On n’aurait jamais utilisé ces mots il y a encore dix ans.

La guerre, dans un avenir proche, n’est plus impossible. La société internationale semble s’être convertie à l’esprit de guerre, à la militarisation systématique du règlement de crises. La banalisation de l’outil militaire conduit au risque de dérapage guerrier. C’est pourquoi nous avons le devoir de favoriser les lieux de dialogue et de conciliation. Je propose, dans ce livre, la mise en place d’une concertation structurée, qui associe la France, l’Allemagne, la Russie et la Chine pour éviter les engrenages et donner une colonne vertébrale aux efforts diplomatiques. Nous manquons à notre responsabilité. La France avait vocation à être le pays du dialogue, de l’échange, celui qui fait se rencontrer des gens qui ne se parlent jamais. Aujourd’hui, elle a abandonné cette position de carrefour. Elle a abandonné aussi sa recherche de l’équilibre. La versatilité des diplomaties occidentales offre à certains pays l’occasion de jouer leur avantage au risque de désordres majeurs…

Vous pensez à qui par exemple ?

La rivalité entre l’Arabie saoudite et l’Iran est centrale dans la crise suicidaire du Moyen Orient. Nous les avons stigmatisés tour à tour et, ce faisant, n’avons jamais tenu de ligne d’équilibre. Aujourd’hui, par exemple, nous poussons nos intérêts par des ventes d’armes, en profitant de la disgrâce des Etats-Unis auprès de l’Arabie saoudite. Nous fermons les yeux sur la guerre au Yémen, si dangereuse parce qu’elle est comme la répétition générale d’un affrontement direct entre Iraniens et Saoudiens. Or il ne peut y avoir de paix au Moyen orient que dans un jeu de contrepoids entre puissances sunnites et chiites, arabes et non-arabes. Notre rôle est de calmer les choses. Nous devons favoriser l’émergence d’une architecture de sécurité collective inclusive, un Helsinki du Moyen Orient. Il faut des outils nouveaux – pourquoi ne pas faire du partage et de la maîtrise de la rente pétrolière, qui a été le nerf des tensions, le coeur d’une démarche coopérative, comme l’Europe l’a fait avec le charbon et l’acier dans la CECA en 1950. 

Russes et Américains ont un ennemi commun qui est le djihadisme radical. Pourquoi continuent-ils à s’affronter ? 

Les Occidentaux ont voulu croire que le djihadisme ne s’attaquait qu’à eux. Ils ont oublié que la Chine a été touchée, ainsi que la Russie, l’Inde ou, plus profondément encore, presque tous les pays musulmans. C’est un problème mondial. Nous devrions traiter ces questions en mobilisant tous les instruments et toutes les bonnes volontés en nous appuyant fortement sur la légitimité internationale. Regagner des territoires à Daech sans stratégie politique ne suffira pas à éteindre le terrorisme.

Vous relevez dans le livre une absence de leadership au niveau international, au niveau de la communauté, au niveau des grands présidents, des grandes puissance…

Au delà de la question du leadership, c’est une communauté médiatique mondiale qui s’est peu à peu affirmée. L’information circule à grande vitesse. Elle est aplatie. Il faut réagir en permanence et en temps réel. L’opinion prime sur l’action. L’affaiblissement des Etats, la montée des passions, y compris dans les Etats démocratiques, font que nos sociétés ont perdu beaucoup d’efficacité sur la scène internationale. On juge plutôt que de responsabiliser nos interlocuteurs et améliorer les choses. Au début de la crise syrienne,  le jugement moral sur Bachar Al-Assad a prévalu sur le souci  de soulager la souffrance des populations. 

Pour vous, il faut dialoguer avec Bachar Al-Assad, l’appuyer comme le font les Russes, préserver l’Etat syrien ?

Le régime d’Assad n’est pas la solution pour la Syrie, mais il faut dialoguer avec tout le monde, cela a toujours été la clé de la diplomatie française : avoir une stratégie inclusive. La diplomatie doit apporter des réponses à des problèmes, pas se faire plaisir. Comment faire en sorte d’avoir des corridors humanitaires, des zones d’exclusion aérienne? La question se pose avec acuité pour Raqqa et Mossoul. Des territoires vont être libérés. Comment les pacifier durablement  en liaison avec les pays de la région, sachant qu’aujourd’hui ceux-ci cherchent à prendre des gages en termes de territoires et d’influence ? 

La grande raison de l’émergence de Daech fut l’invasion américaine de l’Irak en 2003. Vous vous y êtes opposé. En êtes-vous fier ?

Je crois que la position de la France était juste. Mais le désastre de cette région fait que si fierté il y a, elle ne pèse que peu de choses à l’aune des drames que vivent ces populations. Nous avons eu les yeux ouverts pour regarder, parce que notre histoire nous y a obligés. Nous avons vécu des drames, les campagnes napoléoniennes, l’Indochine, la guerre d’Algérie. Cela nous a instruit sur la complexité de la réalité. Je regrette que la France aujourd’hui ne porte pas son histoire et son expérience.

Que reste-t-il de la diplomatie française ?

La politique étrangère de la France s’enferme dans un jeu de rôles qui est souvent un jeu d’intérêts. Elle ne défend pas ce qui est l’honneur de la diplomatie, c’est à dire la recherche de solutions, ce travail ingrat, difficile, humble, qui consiste à nouer des fils dans l’ombre. On a pu le faire à tel ou tel moment, au moment par exemple des Rencontres de Normandie, en juin 2014. La France était dans son rôle quand elle a cherché à retisser un dialogue avec la Russie, avec l’Allemagne. C’est un travail de tous les jours, exténuant mais nécessaire. Et on voit bien aujourd’hui comment, ce qui se passe en Syrie, en Irak, au Sahel, est le résultat d’une démission de la politique au bénéfice des armes. 

Vous rendez un hommage appuyé à Jacques Chirac, un des derniers hommes politiques européens à avoir connu l’expérience concrète et immédiate de la guerre. Trop souvent les dirigeants ne savent pas de quoi ils parlent quand ils évoquent la guerre aujourd’hui. On a même vu Barack Obama piloter ses guerres au « joystick », avec l’usage des drones…

La présidence de Jacques Chirac a incarné un sens de l’équilibre et de la mesure, une vision du monde qui en acceptait la complexité, un refus de rétrécir la France à une supposée famille occidentale. Pour lui la guerre n’a jamais été une réponse parmi d’autres. On oublie les drames qui l’accompagnent. On oublie qu’on intervient dans des sociétés divisées, fragiles. On oublie à quel point une intervention militaire et la guerre laissent des traces dans la mémoire d’un peuple. 

Pour vous, la France est en guerre ou pas ?

Non, la France n’est pas en guerre. Que nous ayons peur, que nous soyons inquiets, que, au quotidien, nous vivions dans la crainte d’un attentat, évidemment. Mais l’idée d’être en guerre face à une organisation terroriste, réduit considérablement notre force morale, notre force politique, notre force de nation. Elle nous rend vulnérables. Nous devenons faibles par rapport à des gens qui ont l’initiative. Nous leur offrons une légitimité de guerriers, une reconnaissance qu’ils ne méritent pas. Et dans le même temps, nous nous dispensons d’adapter notre réponse sécuritaire, de nous doter de forces anti-terroristes plus efficaces, mieux coordonnées. 

Vladimir Poutine veut-il la guerre? L’Occident a-t-il raison de l’ostraciser ?

On ne peut ignorer le traumatisme historique de la Russie. L’humiliation profonde née de la chute de l’Union soviétique a miné le pays. L’Occident a manqué à ses devoirs vis-à-vis du peuple russe à ce moment-là, prenant des engagements sans s’y tenir en particulier sur le rôle de l’Otan.  La Russie recherche la reconnaissance et le respect de son identité en renforçant son influence, au Moyen Orient, ou en obtenant des garanties de sécurité, en Europe Orientale notamment. L’histoire du pays est ainsi faite que plus il y a de difficultés économiques, financières, de souffrances, plus le pays se rassemble autour du pouvoir. Aujourd’hui Vladimir Poutine incarne cette politique de fierté nationale, parfois ce sentiment de supériorité sur un Occident avachi, dépourvu de repères moraux. Mais il y a aussi un désir d’Europe, un besoin d’Europe en Russie. Dès lors, à nous de tendre la main, par exemple pour éviter ensemble la faillite de l’Etat ukrainien à travers des initiatives et des financements communs.

En regardant le débat sur la primaire de droite, cela vous a manqué de ne pas être parmi les candidats ?

Pas du tout ! D’abord parce que je ne suis pas favorable à la primaire. Elle constitue un risque de division et d’impuissance, due à des surenchères qui éloignent de la réalité et conduisent mécaniquement aux déceptions. En France, la conquête du pouvoir se situe à l’opposé de l’exercice du pouvoir. Celui-ci doit être fait de réalisme, de mesure, d’ouverture, de dialogue alors que la conquête est tout en dureté, en clivages et en excès.

Et si l’un deux vous le propose, vous avez envie de replonger ?

Je suis dans l’action, pas dans la recherche de pouvoir. 

10 novembre 2016, Paris Match

678 1024 Dominique de Villepin

Mémoire de Paix pour Temps de Guerre

« Depuis quinze ans, le monde semble emporté dans une folle course à la guerre. Le Moyen Orient est pris dans une spirale suicidaire sans fin, le terrorisme international nous défie, de grands empires entrent en confrontation.

Le virus de la guerre est en nous, rendu plus agressif par les peurs, les humiliations et les colères. La crispation des nations occidentales sur leurs privilèges et sur une vision du monde dépassée ne peut qu’aggraver les maux.

Toute ma vie durant, j’ai voulu mettre le travail de la paix au cœur de mon action. En 2003, auprès de Jacques Chirac, j’ai mené le combat de la paix à l’ONU contre l’intervention américaine en Irak, conscient des dangers de la vision néoconservatrice du monde.

Nous devons apprendre à regarder le monde et à en comprendre les métamorphoses. A nous d’entendre ce qui anime aujourd’hui les peuples et les nations, en Russie, aux Etats-Unis, comme en Chine, en Turquie, en Côte d’Ivoire ou en Colombie. C’est au plus près de la réalité que nous pourrons mesurer la faillite des Etats-Nations et le jeu des revendications identitaires dans une mondialisation qui semble condamnée à l’accélération perpétuelle.

Le moment est venu de s’atteler au travail de la paix, d’ouvrir les yeux sur les blessures du monde et de nous doter des outils pour construire un nouvel ordre, stable et juste. Des solutions existent, mais elles nécessitent de la patience, de l’imagination, de la volonté. Pour contrer les épopées mensongères de la guerre, nous avons besoin d’un récit de la paix, qui constitue le grand défi, le seul héroïsme possible de notre temps, adapté à un monde fragile aux identités blessées, en mal de réconciliation.  J’ai la conviction que la France a un rôle à jouer dans ce nouveau monde, à condition de retrouver sa vocation d’initiative, de médiation et de dialogue, fidèle à son message et à son histoire. »

D. d  V.

1024 604 Dominique de Villepin

Il faut un sursaut de la France

Interrogé sur RTL, Dominique de Villepin a donné son sentiment sur la personnalité de Donald Trump et a insisté sur la nécessité de redéfinir le rôle que doit jouer la France dans le monde d’aujourd’hui

 

950 818 Dominique de Villepin

La vague populiste touche le monde entier

 – Ces extraits sont issus de Mémoire de paix pour temps de guerre, dernier livre de Dominique de Villepin paru chez Grasset – 

La nouvelle question politique

« Faute d’avoir compris que la mondialisation était un processus essentiellement politique, les gouvernements ont été surpris par la vague populaire de revanchisme et de colère qui souffle sur le monde. Les élites internationales vivent en effet depuis vingt‐cinq ans dans une triple illusion de la mort du politique, qui traduit en réalité un refus viscéral de la politique exporté avec plus ou moins de succès à travers le monde. […]
Paradoxe final, cette dépolitisation à marche forcée du monde s’est accompagnée de l’exigence de démocratisation des Etats. On leur a enjoint d’exprimer une vision politique de leur avenir tout en les privant des moyens effectifs de la réaliser. Comment s’étonner que le résultat de la démocratie, depuis plusieurs décennies, ait été la frustration des peuples et leur choix d’aller vers des idéologies tournant le dos au formalisme : l’islamisme, le souverainisme, le nationalisme ? Comment s’étonner que les démocraties elles‐mêmes se fatiguent et cherchent de nouveaux modèles, que ce soit dans la démocratie « illibérale » ou souveraine à l’est de l’Europe, ou dans un populisme de star‐system aux Etats‐Unis ?
Le traitement d’un monde passionnel par les moyens de la raison raisonnante a conduit à un aveuglement général. Au sein des peuples comme entre les peuples, on a fait mine d’oublier le plus puissant moteur de la politique, la soif de reconnaissance : revendication de dignité, revanche contre les oppresseurs, aspiration à la puissance demeurent les mobiles profonds de notre monde, la source des révolutions et des guerres. Mais nos vieilles sociétés semblent n’y rien comprendre. »

 

La métamorphose des pouvoirs


« La vague populiste touche le monde entier. Le phénomène Trump ou Le Pen n’est pas en soi différent de celui qu’affrontent la Chine et la Russie. Néanmoins, l’intégration de la demande sociale se fait différemment : d’un côté par des risques de basculement et une panique des élites, de l’autre par une tension du discours nationaliste et une personnalisation du pouvoir qui incorpore la nouvelle exigence sans lui permettre de prendre une forme décisive. Les régimes autoritaires peuvent ainsi promettre plus de stabilité et plus de souplesse que les démocraties, soumises aux à coups de la demande identitaire. »


France et Etats-Unis : les jumeaux terribles

 

« Quelle relation avec les Etats‐Unis pour la France ? Cette amitié est unique. Névrotique parfois, étrange sans doute, mais toujours exigeante. Il n’y a plus aucune nation qui puisse vivre hors du monde, certes, mais la France, par son histoire, sa diversité, son message universaliste, a la possibilité d’être un laboratoire de l’esprit du monde. C’est une caractéristique qu’elle partage avec les seuls Etats‐Unis, qui ont les mêmes espérances et les mêmes risques, avec bien sûr des dimensions et des moyens incomparables. Il nous faut assumer pleinement cette gémellité pour éviter les alignements, assumer les différends et avancer ensemble. Des Etats‐Unis de Donald Trump à la France de Marine Le Pen s’exprime une même tentation de sécession d’une partie de la population blanche défavorisée, anxieuse pour sa place dans la société. Les deux nations portent des messages parallèles et traversent des angoisses symétriques. Dix ans après l’aventure d’Irak, beaucoup d’Américains en sont convaincus : la France n’est jamais aussi soucieuse d’amitié que lorsqu’elle s’oppose et s’inquiète. Une puissance hégémonique, de même qu’un souverain, a peu d’amis et beaucoup de vassaux. Nul autre pays ne peut avec la même franchise que la France exprimer un point de vue différent, parfois dérangeant. Cela fait de nous des médiateurs naturels des doléances et des doutes du monde, position difficile.

Afin de tenir ce rôle d’utilité publique, nous avons le devoir d’être sourcilleux sur notre indépendance. Nous devons faire attention aux symboles et veiller aux glissements progressifs qui pourraient nous entraîner dans l’orbite exclusive des Etats‐Unis. Et il y a aujourd’hui beaucoup de choses à leur dire, car ils se trouvent bel et bien à la croisée des chemins, entre d’un côté l’exagération croissante de leur hégémonie, absorbant peu à peu le monde entier, jusqu’à la surextension ou l’explosion, comme tous les empires avant eux ; et, de l’autre, le choix d’une nouvelle voie, celle de l’exemplarité et de l’équilibre, acquérant d’autant plus de pouvoir qu’ils y renonceront précocement au profit d’un partage équitable. Les Etats‐Unis peuvent exercer un leadership moral, à condition de s’abstenir de contrôler le monde. Aujourd’hui, tous les signaux indiquent le risque d’une sorte d’hystérie hégémonique : leur poids réel décroît – en part du PIB mondial comme en part des dépenses militaires –, tandis que leurs revendications s’accroissent pour consacrer leur suprématie par la maîtrise des outils juridiques et financiers. Dans le même temps, des contre‐pouvoirs ressurgissent, en Chine et en Russie. La vraie tragédie des Etats‐Unis serait de devoir renoncer à la pureté de leur idéalisme, parfois de leur messianisme de la liberté, pour préserver la réalité d’un pouvoir désormais sans valeur. »

1024 633 Dominique de Villepin

Il y a une dynamique de peur et de colère qui monte

Invité de la matinale d’Europe 1, Dominique de Villepin réagit à chaud sur les résultats des élections américaines

1024 628 Dominique de Villepin

Le président ne comprend pas ce qui se passe aux Etats-Unis

Lors d’une interview pour BFMTV, Dominique de Villepin revient sur le résultat des élections américaines et envisage ce que signifie pour la France l’arrivée de Donald Trump au pouvoir

1024 1024 Dominique de Villepin

Il n’y a pas de destin pour la France en dehors de l’Union européenne

– Dans une tribune publiée par Le Figaro, Dominique de Villepin analyse le Brexit et ses conséquences –

Soyons lucides, l’enjeu du vote britannique sur la sortie de l’Union européenne, c’est l’avenir de la Grande-Bretagne, pas l’existence même de l’Europe. Poser la même question en France n’aurait ni le même sens ni la même portée. Brexit is not Frexit.

Résumer le vote britannique à un cri populiste serait méconnaître ses logiques historiques profondes. L’Angleterre est une île. Cela résume tout. Elle a entendu à nouveau l’appel du grand large. Son adhésion s’était faite à contrecœur, par peur du déclin, regimbant sans cesse contre l’impression d’une entrée en maison de retraite. Puisque la Grande-Bretagne était malheureuse en Europe, il fallait qu’elle parte.
À elle maintenant de faire de ce vote le choix d’un nouveau destin. Les prochains mois et les débats de politique intérieure britannique décideront du sens que prendra la sortie de l’Union européenne. Soit le Brexit sera l’aveu de faiblesse du marin resté à quai et le rétrécissement sera sans fin. Si l’Ukip devient l’interprète du vote au lieu des travaillistes, la Grande-Bretagne plongera dans une spirale identitaire et xénophobe, se repliera sur elle-même et sera quittée par l’Écosse. L’Angleterre d’avant la guerre de Cent Ans.
Soit la Grande-Bretagne fera le choix de la réinvention, tournée vers le monde, assumant la fin de l’Empire mais en même temps son héritage mondial, troquant l’illusion de la puissance contre la réalité de l’influence, s’ouvrant sur le Commonwealth, sans prétendre le dominer, pour articuler une nouvelle vision du monde et évitant l’écueil de la soumission aux États-Unis. Elle retissera des liens économiques et politiques neufs avec l’Inde et la Chine, assumant une place de courtier dans une mondialisation multipolaire, un Singapour de dimensions mondiales avec le poids de l’histoire et de la culture. La relation à la Chine, avec laquelle Canada, Australie et Nouvelle-Zélande entretiennent des liens étroits sera décisive et pourra contrebalancer la logique de confrontation avec les États-Unis, notamment en mer de Chine du Sud.

Mais pour nous Européens, la responsabilité aujourd’hui est tout autre. À nous de faire de ce vote l’occasion d’un rebond de l’Union.
Non l’adhésion britannique de 1973 n’avait pas le même sens que la fondation de 1951. Pour ses fondateurs, l’Europe est née de l’expérience de l’horreur et de l’absurdité des guerres européennes, née de l’idée d’une réconciliation sans précédent entre la France et l’Allemagne après une guerre de trois cents ans, née de la mise en commun des destins. La Grande-Bretagne peut avoir un destin hors d’Europe, pas la France, pas l’Allemagne. Qui serions-nous, sinon un pâle chromo d’un passé révolu? Quels autres appuis aurions-nous pour exister dans le monde? Quel sens cela aurait-il de s’amputer par un vote de ce qui fait partie intégrante de notre nation? Que l’on s’interroge sur les orientations de la construction européenne est parfaitement légitime. Mais rayer d’un trait de plume soixante ans d’héritage serait pure folie. Où s’arrêterait la machine infernale? Que dirions-nous aux régions françaises qui voudraient quitter le territoire national?
En Europe, aujourd’hui plus qu’hier, nous pouvons peser et agir. Principale puissance militaire de l’Union européenne, seule détentrice de la dissuasion nucléaire, seul membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, la France a un rôle et un devoir.

Non l’Europe n’est pas morte. Elle peut même sortir renforcée de cette épreuve. Beaucoup dépend des fondateurs et surtout de la France et de l’Allemagne qui doivent prendre, dès les prochaines semaines, une initiative majeure qui nous fasse avancer dans tout ce qui fait l’union des peuples. Comme en 1955, c’est parune Conférence de Messine ambitieuse que d’un défi pourra naître un sursaut.
Cette nouvelle Europe a des atouts. Elle a pour elle une cohérence accrue, un esprit continental, une vision politique partagée depuis longtemps. Elle correspond mieux aujourd’hui aux espaces concrets de la construction européenne, qui nécessitent des réformes urgentes, la zone euro et l’espace Schengen, dont la Grande-Bretagne n’était pas membre.
Elle a pour atout un leadership franco-allemand retrouvé, nouveau mariage de raison peut-être, mais d’autant plus exigeant et tourné vers l’action. Après quarante ans de trio passionnel avec la Grande-Bretagne, après vingt ans d’éloignement graduel entre la France et l’Allemagne suite à la réunification, le moment de l’initiative est venu.

L’Europe doit traiter de front les questions existentielles. Il ne s’agit plus de sparadraps pour les bleus à l’âme des opinions publiques. Sur l’asile et l’accueil des réfugiés, sur les frontières européennes, sur l’Europe de la Défense à l’heure où le continent est cerné de crises terribles, sur la cohésion de la zone euro – à travers un budget européen renforcé ou une assurance-chômage communautaire, même embryonnaire. Le choc peut permettre d’avancer là où nous étions suspendus depuis six ans à la frustration des sommets de la dernière chance, ces montagnes diplomatiques qui accouchaient toujours des mêmes souris.

À l’heure où va s’ouvrir une année électorale décisive pour la France, il en va de la responsabilité de chacun de refuser les surenchères et les postures.

27 juin 2016, Le Figaro

1024 768 Dominique de Villepin

La politique arabe de la France

Dominique de Villepin est intervenu, en mai 2016, à l’Institut du Monde Arabe sur le thème de la « Politique arabe de la France » aux côtés d’Hubert Védrine, Jean-Pierre Filiu et François l’Yvonnet.

1024 942 Dominique de Villepin

Entretien avec Régis Debray

Lors d’un entretien avec Régis Debray le 17 mai 2016, Dominique de Villepin a évoqué la place de notre époque dans l’histoire.